Propagande médiatique, politique, idéologique

Antisémitisme Sioniste En Palestine


Certains ici en France ( UPJF, CRIF...) font du lobbying pour faire voter un texte de loi condamnant l'anti sionisme comme étant de l'antisémitisme. Une aberration quand on sait que le régime sioniste a depuis le début mené et continue de mener une politique antisémite des plus virulentes en Palestine contre des groupes de Juifs ultra orthodoxes anti sionistes qui revendiquent depuis des décennies leur volonté de vivre en paix en Palestine dans un seul état palestinien.


Myriam Abraham
Vendredi 7 Août 2009

Le Judaisme rejette le Sionisme
Le Judaisme rejette le Sionisme
Des affrontements ont lieu régulièrement en Palestine ( dans l'entité sioniste) entre forces de l'ordre sionistes et des ultra orthodoxes anti sionistes principalement ceux de Mea Shearim à Jérusalem. Ces groupes, souvent rassemblés autour d'une personnalité religieuse reconnue comme une autorité en matière de Talmud Torah et fréquemment consulté sur les applications des règles religieuses, sont discriminés, méprisés, traités comme des sous humains par une majorité de Sionistes qui les accusent pour les diffamer d'appartenir à des sectes.

Récemment, une femme juive appartenant à un de ces groupes ultra orthodoxes de Mea Shéarim, est tombée dans un piège tendu par des travailleurs sociaux sionistes qui l'ayant convoqué pour des problèmes de maltraitance familiale, l'ont fait arrêter lors de ce rendez vous. Sans préjuger de la responsabilité de cette femme dans les accusations de mauvais traitements infligés à l'un de ses enfants qui l'a conduit à un état de malnutrition avancée et a nécessité son hospitalisation d'urgence, cette affaire a déchaîné dans les médias sionistes et la société sioniste en général une vague haineuse à l'égard de ces groupes ultra orthodoxes qui ont pris sa défense en manifestant dans la rue. En représailles, le maire de Jérusalem, Nir Barkat - homme d'affaires millionnaire séculier qui a été élu grâce aux voix des électeurs du parti d'extrême droite de Lieberman, Israel Beitenou - avait annoncé la suspension des services municipaux, notamment de la voirie fournis aux quartiers ultra orthodoxes. Cette mesure a été dénoncée comme punition collective par les ultra orthodoxes.

Cette histoire illustre bien le fossé infranchissable existant entre les Juifs ultra orthodoxes anti sionistes et le régime sioniste qui prétend parler au nom de tous les Juifs alors même qu'il est de plus en plus contesté, y compris parmi ses soutiens les plus inconditionnels au sein des communautés américaines juives pour ses crimes commis à l'égard des populations palestiniennes des territoires occupés.

Ces pratiques antisémites du régime sioniste ne sont pas récentes et remontent en fait au tout début du Sionisme. Le Sionisme, en déclarant que les Juifs ne peuvent vivre en sécurité que dans un état juif, et par conséquent ne peuvent s'intégrer aux sociétés et pays où ils vivent est par essence antisémite. C'est en effet le discours tenu par les antisémites - le Juif c'est l'étranger, celui qui est incapable de s'intégrer etc... depuis des siècles avec son pic haineux génocidaire sous le régime nazi pendant la seconde guerre mondiale.


L'antisémitisme sioniste en Palestine

En Palestine, il existe deux groupes distincts d'ultra orthodoxes juifs. Le premier, composé d'anti sionistes et qui constituent historiquement les "Juifs de Palestine", des Juifs installés là depuis très longtemps, pour qui la création d'un état/royauté juive en Palestine et le retour des Juifs à Zion , ne peuvent se faire que par intervention divine et donc qui refusent de reconnaître l'état d'Israël, ne votent pas, ne font pas l'armée, et pour certains refusent également d'avoir affaire aux services sociaux et autres institutions sionistes.

Le deuxième groupe est constitué d'ultra orthodoxes sionistes dont un grand nombre peuvent être considérés comme des "Juifs Messianiques" c'est à dire considérant, comme les sionistes séculiers, que le Sionisme est une forme de messianisme politique ayant permis le retour à Zion, qui revendique la Palestine comme leur héritage "divin", la terre de Palestine comme étant la leur, qui doit être "purifiée" de toute présence des goys ( non juifs) et surtout des populations autochtones : les Palestiniens. Ce dernier groupe - qui alimente le gros des bataillons de colons violents installés en Cisjordanie dont certains viennent des Etats Unis et sont soutenus financièrement par les Chrétiens Messianiques Sionistes Américains - épouse les positions les plus racistes extrémistes des sionistes séculiers du parti de Lieberman, Israël Beitenou. Ce dernier regroupe majoritairement des immigrants venus des républiques de l'ex Union Soviétique dont 1/3 ne sont pas Juifs selon la Halakhah ( loi juive ultra orthodoxe) et soutient activement le nettoyage ethnique et, en temps de guerre, comme cela a été le cas dernièrement dans la guerre contre Gaza, l'Opération Plomb Durci, encourage les massacres des Palestiniens qu'ils qualifient de "descendants d'Amalek". Amalek est le nom de code pour tout ce/ceux qui veut détruire les Juifs, et pour ces Sionistes sectaires barbares, quiconque est qualifié d'Amalek doit être détruit, selon une lecture primitive faite par ces fanatiques sionistes des livres saints juifs.

L'anti sioniste des ultra orthodoxes juifs palestiniens remonte au début du XXème siècle comme en témoigne des documents d'archives britanniques, dont un compte rendu du 21 décembre 1917 de Ronald Storr, premier gouverneur militaire de Grande Bretagne à Jérusalem :

" j'ai eu mon premier entretien avec les rabbins ashkenazes ultra orthodoxes anti sionistes. 20 d'entre eux m'ont reçu avec beaucoup de cérémonie dans la salle du conseil municipal, une banale pièce tout en longueur indigne de ces rabbis à péots (mèches de cheveux au niveau des tempes de chaque côté du visage) portant bonnets et redingottes garnies de fourrure, assis telle une peinture de Rembrandt de chaque côté le long d'une longue table usée. La seule langue qu'ils comprenaient c'était le Yiddish. J'ai quitté ce puissant et remarquable Synode après environ une heure, et je crois vraiment que, là, j'ai été témoin de la première confrontation sous mandat britannique entre les juifs orthodoxes et les sionistes juifs. C'était particulièrement déconcertant de voir que les Juifs orthodoxes anciens ne voulaient pas parler aux Sionistes juifs modernes. Dans mon effort personnel pour les faire se rencontrer, j'ai complètement échoué".

Trois jours après ce compte rendu le Synode a pris une décision extrêmement importante dans sa dispute avec les Sionistes de Jérusalem. Il ont mis sur pied leur propre conseil communautaire askhenaze, l'ancêtre du Eda Haredit.

Le 12 Mai 1918, le dirigeant de l'Organisation Zioniste Mondiale (la WIZO), Chaim Weizmann, a essayé de les soudoyer en leur promettant des financements à la condition qu'ils introduisent un programme plus moderne dans leurs Yeshivas ( écoles religieuses). Le Rabbin Avraham Aharon de Prague l'a de suite marqué du sceau de Cain, quand, parlant au nom de tous les dirigeants de Yeshivas il a tonné, indigné : " Dieu nous a confié les âmes de nos étudiants. Allons nous violer cette confiance sacrée pour notre bien être personnel ? Nous continuerons à préserver cette confiance jusqu'à notre dernier souffle. Et si c'est notre sort de mourir de faim, alors mourrons en hommes courageux et ne vendons pas nos âmes pour de l'argent." Jusqu'à aujourd'hui, le mouvement mondial des Yeshivas Haredis continue de préserver cette confiance quoi qu'il en coûte et avec une indépendance obstinée.

Lorsque le 7 Juillet 1937, une commission d'enquête royale dirigée par Lord Peel a proposé comme solution au conflit juif arabe la partition de la Palestine, ce qui fit 10 ans plus tard l'ONU sans même demander son avis au peuple palestinien, donc en violation flagrante de sa propre Charte stipulant le droit des peuples à disposer d'eux -mêmes, une délégation d' Haredim ( juifs ultra orthodoxes) , parmi eux le vénérable Dr Moshe Wallach figure légendaire ayant fondé l'Hôpital Shaare Tzedek de Jérusalem, ont témoigné devant la commission contre une souveraineté juive en Palestine. Ils ont cependant approuvé l'un des éléments du plan de partition : celui de maintenir Jérusalem sous contrôle britannique. Le dirigeant haredi, lui aussi personnalité vénérée, Rabbi Moshe Blau, a écrit dans le journal ultra orthodoxe Kol Yisrael du 4 Juillet 1937 : " ceux qui refusent de reconnaître la formation d'un état juif séculier quelque soit la forme qu'il prend, pensent que Jérusalem doit être épargnée et ne pas tomber entre les mains d'un gouvernement juif séculier. La proposition de la Commission Royale concernant Jérusalem est providentielle car elle sauve la ville sainte des griffes des Juifs qui refusent de reconnaître l'autorité de la Torah."

La résolution de l'ONU du 29 Novembre 1947 décidant de la partition de la Palestine a crée une ligne de clivage insurmontable entre le Judaïsme Ultra Orthodoxe et le Sionisme. Alors que le nettoyage ethnique de la Palestine par les Sionistes avaient commencé, que la ville de Jérusalem était assiégée, et que le mandat britannique se terminait le 15 Mai, le 9 Avril 1948 une délégation de trois dignitaires juifs ultra orthodoxes comprenant le Dr Yerachmiel Vechsler, le Rabbi Raphael Katzenllenbogen, et le Dr Moshe Walah se sont adressés désespérés au représentant de sa Majesté en ces termes selon le compte rendu britannique relatant l'entrevue :

" 2. Ils ont commencé par dire qu'ils parlaient au nom des Juifs orthodoxes de Jérusalem; que leur point de vue était celui de tous les 200 000 Juifs orthodoxes de Palestine; et que malgré le malheureux constat que durant cette période le gouvernement accordait aux orthodoxes une moindre reconnaissance comme cela avait aussi été le cas par le passé, ils restaient totalement loyaux à l'administration britannique.

"3. Ils ont dit qu'ils étaient les Juifs d'origine en Palestine. Qu'ils apportaient tout leur soutien au gouvernement et étaient contents de faire tout ce que le gouvernement pourrait ou devrait décider. Ils haïssaient et craignaient l'Agence Juive et l'atmosphère qu'elle faisait régner et sa politique; l'Agence était responsable d'encourager le Sionisme, d'amener en Palestine des Juifs indésirables, et d'exploiter et même d'entretenir la violence juive et de ne pas respecter la loi et la souffrance humaine qui domine actuellement.

"4. Le but de leur visite s'était de faire pression pour la paix en Palestine. Ils avaient entendu l'appel de Sir Alan ( Sir Alan Cunningham le Haut Commissaire). Il y a dans le pays une grande partie de l'opinion, Arabe de même que Juive, qui pense que les accrochages actuels conduisent à la souffrance et à la destruction. La difficulté c'était de faire entendre la voix de ces personnes dans les assemblées des puissances mondiales.

"5. Le Rabbin Katzenellenbogen avait organisé dans le quartier de Mea Shearim une manifestation en faveur de la paix. Cette manifestation a été brisée par la Haganah ( ancêtre des forces armées israéliennes) et les participants ont été battus.

"6. Les Juifs orthodoxes ont été privés de leur part équitable de distribution de nourriture par la Haganah. C'était inutile pour eux de protester auprès de l'Agence ; ils devaient souffrir.

"7. Pour eux-mêmes ils avaient deux demandes principales : de la nourriture. Pourraient-ils être autorisés à acheter des stocks du gouvernement ou de l'armée disons 20 tonnes de pommes de terre ? Ils étaient prêts à payer pour cela, et en avaient besoin pour distribuer à leurs pauvres. Cela serait nécessaire que le Gouvernement fasse clairement comprendre à la Haganah que la nourriture étaient destinée exclusivement aux juifs orthodoxes.

"Sécurité. Ils voulaient être protégés entre maintenant et le 15 Mai. après le 15 Mai ils en auraient encore plus besoin, ne pouvaient-ils pas être traités comme des sujets britanniques ? Ils avaient toujours été loyaux à la Couronne et n'avaient provoqué aucun trouble. Ils pensaient qu'une telle reconnaissance, et le droit à la protection, leur revenaient."

"8. En ce qui concerne la paix en général ils ont suggéré que le Haut Commissaire pourrait lancer un appel au Conseil de Sécurité disant qu'en Palestine il y avait des milliers de Juifs et d'Arabes qui voulaient la paix par dessus tout; suggérant que le Conseil de Sécurité s'adresse au Président Truman, s'en remettant à lui pour stopper le flot d'argent américain qui facilitait énormément les activités politiques et militaires sionistes.

"9. Je leur ai dit que l'approvisionnement en nourriture spécialement pour leur communauté pourrait être difficile, et même si cela était faisable, cela aurait des chances de provoquer des représailles contre eux de la Haganah. Cependant je leur ai dit que le gouvernement faisait tout son possible pour améliorer l'approvisionnement en nourriture en général.

"10.. Je leur est dit que je mettrai la suggestion dans le paragraphe 8. de la note de la haute autorité (ils ont demandé si cela pourrait être montré à H.E).Bien que paraissant naïf, il y a quelque chose de bon là dedans.

"11. Finalement ils ont dit qu'ils ne croyaient pas que l'administration britannique cesserait bientôt en Palestine. Quand j'ai confirmé qu'il en serait ainsi, ils ont semblé découragés - je pense que ce n'était pas simulé. Ils ont dit que si nous quittons la Palestine sans assurer leur subsistance et leur sécurité, nous laisserions des sujets inoffensifs, de bonne volonté et loyaux à la merci des éléments sauvages qui maintenant dirigeait la communauté juive, ou, comme l'a dit le Rabbi Katzenellenbogen " 100% dans une situation difficile".


Les Juifs ultra orthodoxes continuent d'être discriminés par les Sionistes, servent souvent de boucs émissaires pour les problèmes de violence qui agitent la société sioniste. Récemment un lieu de rencontre gays à Tel Aviv a été le théâtre d'une fusillade meurtrière qui a fait 2 morts et plusieurs blessés. Immédiatement après, les médias israéliens ont insinué que le point de vue des Haredim sur l'homosexualité (qu'ils considèrent comme une "déviance") était pour partie responsable de ce drame.

Mais la violence fait partie de l'essence même du Sionisme, une entreprise coloniale raciste, qui n'a strictement rien à voir avec le Judaïsme qu'il détruit plus sûrement que n'ont pu le faire toutes les tentatives génocidaires passées, et ce avec la complicité des grandes puissances occidentales.

C'est en cela que le Sionisme est le summum de l'antisémitisme dont il se nourrit et qu'il alimente, et c'est pour cela aussi qu'il doit être combattu avec beaucoup plus de conviction et de force qu'il ne l'est aujourd'hui. Il est grand temps maintenant pour les Juifs de faire le choix entre Sionisme et Judaïsme.

http://www.planetenonviolence.org/ http://www.planetenonviolence.org/



Vendredi 7 Août 2009


Commentaires

1.Posté par Fredd le 08/08/2009 03:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ici, les antisémites,

C'est pas les musulmans!
http://www.takeourworldback.com/itwasntmuslims_fr.htm

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires