ALTER INFO

Antisémites, antijuifs, ou antisionistes? – Un défrichage idéologique


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes


Le rôle politique dominant joué par Israël au Moyen-Orient et dans le monde couplé par l'amalgame récurrent entre Sionisme et Judaïsme nourrit la confusion et cache même la vérité sur ce qui définit l'identité juive. Je montre dans cet article d'une part la différence entre les Sémites et les Juifs d'après la Bible, puis je présente un fait encore relativement éclipsé par l'analyse historico-politique actuelle du "problème" sioniste, mais essentiel selon moi à sa résolution: l'existence des 10 tribus perdues d'Israël et leur reconnaissance dans le monde actuel.


romain.angeles@gmail.com
Lundi 10 Décembre 2007

Antisémites, antijuifs, ou antisionistes? – Un défrichage idéologique

La fraude de l’antisémitisme

« Antisémitisme ça veut dire qu’on est contre les Juifs. » C’est l’interprétation populaire du terme. Mais oublions les conventions sociales pour un moment, et rentrons dans l’étymologie du mot anti-sémitisme. Littéralement, cela signifie contre le sémitisme, contre les Sémites, ou contre les descendants de Sem. Mais qui donc sont les Sémites, et qui est Sem? Sem fut un des trois fils de Noé qui sortirent de l’arche après le Déluge pour repeupler la Terre :

« Les fils de Noé, qui sortirent de l’arche, étaient Sem, Cham et Japeth. » Genèse 9 :18

En supposant donc que chacun des trois fils de Noé aient engendré trois peuples quantitativement semblables, on peut affirmer qu’un anti-sémite s’oppose à un tiers de l’humanité! Avec la population mondiale actuelle élevée à plus de 6,6 milliards d’individus, un antisémite se mettrait donc à dos 2,2 milliard d’êtres humains!! Pas très astucieux comme stratégie.

Être antisémite, qu’est-ce que ça veut dire? Dans l’esprit de beaucoup (surtout des Sionistes) cela qualifie quelqu’un qui est prêt à tuer un Juif par le simple fait qu’il est Juif. (On les entend déjà jouer sur leur identité de victimes et la culpabilité des Européens.) Mais les Sionistes allongent cette définition et mettent tous ceux qui critiquent Israël ou le Judaïsme dans le même panier : l’antisémitisme. Pour eux, critiquer une personne, un groupe de personnes, un état implique directement qu’on est prêt à l’éliminer. Quelle absurdité! Je peux critiquer un film sans pour autant vouloir tuer tous les acteurs, le directeur et le producteur!

Antisémites, antijuifs, ou antisionistes? – Un défrichage idéologique

L’origine du mot Israël

La descendance de Sem représente donc ce qu’on appelle les Sémites. D’après la Bible, Abraham (né Abram) est le neuvième descendant de Sem. Abraham aurait été choisi par Dieu (Yahvé) comme « géniteur » d’un peuple avec qui il allait s’allier et duquel il allait s’occuper.

« Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai » Genèse 12 :2

Abraham eut ensuite deux fils : Ismaël et Isaac. Isaac eut ensuite deux fils : Ésaü et Jacob. Dans une des parties les plus intrigantes de la Bible, Jacob se bat avec Dieu, et réussit à lui tenir tête. À partir de là, le nom de Jacob est changé :

« Ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël » Genèse 32 :28

C’est à ce moment que le peuple d’Israël trouve son origine, et que la descendance d’Israël (Jacob) prendra le nom de peuple juif.

D’après certaines estimations chronologiques de la Bible, le peuple Sémite a son origine environ 2300 ans avant la naissance de Jésus-Christ. 390 ans après, Abram (plus tard nommé Abraham) est né. Et encore 160 ans après, c’est Jacob qui est né, et donc aussi le peuple d’Israël à travers sa descendance. Jacob a eu 12 fils (Reuben, Siméon, Lévi, Juda, Dan, Nephtali, Gad, Asher, Issachar, Zebulun, Joseph, Benjamin), formant ainsi les 12 tribus d’Israël. Joseph, le préféré de Jacob, a eu deux fils (Éphraïm et Manassé) que Jacob a aussi bénit spécialement. On compte souvent les 12 tribus comme 13 tribus, en comptant les deux tribus de Manassé et Éphraïm comme la tribu de Joseph.

On voit donc tout d’abord que le peuple Sémite et le peuple Juif sont deux peuples distincts. Le dernier fait certes partie du premier, mais c’est justement pour cette raison qu’on ne peut qualifier quelqu’un d’antijuif comme étant antisémite. C’est linguistiquement et historiquement incorrect et incohérent.

Le peuple juif n’est qu’une partie de tout le peuple Sémite. Parmi le peuple Sémite on peut noter les « Arabes » qui sont, encore selon la Bible et aussi le Coran, les descendants d’Ismaël. Ismaël est le fils aîné d’Abraham, frère d’Isaac et donc oncle de Jacob, et par conséquent oncle du peuple juif. On voit donc que les Arabes et les Juifs font partie du peuple Sémite. Mais il est important de noter que 8 générations séparent la descendance de Sem et celle d’Abraham, ce qui montre que le peuple sémite comporte en fait plus de peuples que simplement les Juifs et les Arabes. [1]

On a établit la différence de manière assez simple et logique entre le peuple Sémite et le peuple Juif, en se basant sur la Bible, le livre sacré des Juifs dont ils tirent leur spiritualité et leur histoire. Maintenant il s’agit de définir le mot Juif.

Antisémites, antijuifs, ou antisionistes? – Un défrichage idéologique

Qui est juif?

Pour parler de l’identité juive, revenons à ce que la Bible nous apprend sur l’histoire des tribus d’Israël issues des 12 fils de Jacob. On apprend, entre autres, que le peuple juif a formé le Royaume d’Israël dans la région actuelle du pays d’Israël et la Palestine, du 10ème au 8ème siècle avant Jésus-Christ environ. Le royaume était divisé entre les tribus d’Israël. Les 12 tribus ont été séparées, on l’a vu plus tôt, en 13 tribus, en remplaçant la tribu de Joseph par les tribus de ses deux fils. De plus, la tribu de Manassé a été séparée en deux tribus : la tribu de Manassé Est et la tribu de Manassé Ouest. Ce qui faisait en réalité un total de 14 régions différentes représentant les 14 tribus formant le peuple juif. Vers 720 avant Jésus-Christ, les Assyriens conquièrent le nord du Royaume d’Israël et forcent ainsi 10 des 14 tribus à fuir la région et partir en exil. C’est là qu’elles disparaissent totalement des récits et des traditions juives et qu’elles ont été surnommées les « 10 tribus perdues d’Israël ». Les Juifs qui se revendiquent Juifs aujourd’hui et sont reconnus depuis plusieurs générations comme étant Juifs sont donc majoritairement issus des 3 tribus qui n’ont pas été « perdues ». Ces tribus correspondent aux tribus de Juda, Siméon et Benjamin.

Mais une question devient inévitable : qu’en est-il des 10 autres tribus, dites « perdues »? En supposant que chaque tribu comptait le même nombre d’individus, on pourrait affirmer que 5 Juifs sur 7 (10 sur 14) ne savent pas qu’ils sont Juifs. Ou d’une autre manière, les Juifs qui se revendiquent Juifs aujourd’hui ne représentent que 28% de tous les Juifs de la Terre. Cette statistique n’est certainement pas exacte, mais une chose est sûre : il y a des Juifs dans le monde qui ne savent pas qu’ils sont Juifs, et leur nombre est supérieur à ceux qui le savent. Il y a donc plus de Juifs qui ne savent pas qu’ils sont Juifs que de Juifs qui le savent.

Antisémites, antijuifs, ou antisionistes? – Un défrichage idéologique

Qui donc est Juif, mais ne le sait pas encore?

Plusieurs groupes ont déjà revendiqué leur appartenance aux tribus perdues d’Israël dans des régions très diverses comme l’Afrique du Sud, le Ghana, l’Afghanistan, et même la Chine. Notons cependant que parmi eux certains affirment simplement qu’ils descendent d’Abraham, et cela ne veut pas automatiquement dire qu’ils sont Juifs. Aussi, un mouvement extrêmement important à souligner est la religion Mormone. Ils reconnaissent la Bible comme un livre sacré, ainsi que leur propre livre, le livre Mormon qui trace l’histoire d’un groupe descendant de la tribu de Manassé parti de Jérusalem avant sa destruction pour venir peupler l’Amérique centrale et possiblement certaines régions d’Amérique du Nord à travers des migrations. Ainsi, certains peuples indigènes d’Amérique (pas tous) appartiendraient également aux tribus perdues d’Israël. À travers les enseignements de leur prophète Joseph Smith, ils affirment notamment que les Américains représentent la tribu d’Éphraïm.

Certains autres mouvements rejoignent en partie cette dernière théorie, notamment le « British-Israelism » et « Brit-Am » qui soutiennent que la majorité des tribus perdues seraient en Europe, en Amérique du Nord et dans les pays du Commonwealth : France, Pays-Bas, pays Scandinaves, Grande-Bretagne, États-Unis, Québec [2] et Australie. Cela pourrait expliquer l’affinité historique particulière avec le Christianisme puisque l’on considère l’Occident surtout comme étant Chrétien.

Notez que mon intention n’est que de vous éveiller à la réalité de ce qu’on appelle le peuple Juif et surtout du fait que lorsqu’on pense communément aux Juifs, on en oublie très probablement 5 sur 7! Et que lorsqu’on vous traite d’antijuif, vous et peut-être même la personne qui vous insulte êtes peut-être Juifs! Aussi, je ne tiens pas à vous imposer les théories européennes des tribus perdues d’Israël, mais je tiens simplement à vous informer sur les quelques recherches que j’ai faites sur le sujet. Finalement, je souhaite combattre la fusion aveugle qui se fait souvent entre Juifs et Sionistes.

Antisémites, antijuifs, ou antisionistes? – Un défrichage idéologique

Un mot de sagesse du Coran

On pourrait se poser la question, si on est croyant : mais pourquoi Dieu a-t-il créé plusieurs races humaines? Pourquoi ne nous a-t-il pas tous créé pareils de sorte à éviter toute possibilité de racisme? La question paraît légitime, mais peut-être un peu trop centré sur l’histoire contemporaine. Je pense d’une part que pour répondre à la question, nous devrions être en mesure de nous replacer dans le contexte de « l’époque », ce qui peut être très difficile. D’autre part, nous devrions nous aider des écrits sacrés eux-mêmes qui, de par leur inspiration divine, devraient pouvoir nous éclairer un peu sur la question.

D’après mes recherches, le livre qui répond le mieux à la question est le Coran. Il nous éclaire sur le concept de races à l’intérieur de la famille humaine :

« Ô hommes ! Nous vous avons créés d'un mâle et d'une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entreconnaissiez. » 49 :13

« Et parmi Ses signes [de Dieu] la création des cieux et de la terre et la variété de vos idiomes et de vos couleurs. » 30 :22

On voit clairement l’absence totale de notion de supériorité entre les races et les peuples du monde. Et même s’il y en avait réellement une, comment pourrait-elle justifier la domination d’un peuple sur un autre? Tout se joue dans notre définition du « mieux » par rapport au « plus fort ». Est-ce que quelqu’un de plus fort est meilleur? Le système économique mondial actuel pourrait nous le faire croire, mais au fond on sait très bien que cela relève d’un choix personnel de comportement, d’attitude et d’idéologie, et qu’il est par conséquent transformable. La question n’est donc pas vraiment de savoir si un peuple est supérieur à un autre, mais plutôt de trouver notre position personnelle par rapport à cet enjeu : s’il existe une supériorité, cela justifie-t-il selon nous une domination violente ou plutôt une responsabilité particulière?

Remarquons à juste titre la position idéologique du Sionisme à l’égard du racisme. Les Sionistes utilisent justement l’argument de supériorité raciale pour justifier leurs actions criminelles au niveau international, comme on peut très bien le lire dans « Les Protocoles des Sages de Sion ». À nous maintenant, Juifs « perdues » et tous les autres opposants au Sionisme, de penser à mettre en œuvre une société, une économie et une politique internationales basées sur des valeurs antiraciales et prohumanité.


--------------------

[1] Certaines théories affirment que Sem est l’équivalent de Khem en ancien égyptien qui linguistiquement signifie noir et par extension le peuple noir. D'autres encore affirment que le peuple noir descend plutôt de Cham. Je mentionne ces deux faits conjointement non pas pour créer de la confusion mais simplement pour équilibrer mon niveau de compréhension primaire de ce sujet particulier.

[2] Un article particulier sur les Québécois a été écrit ici (en anglais seulement malheureusement) : http://www.british-israel.ca/Quebec.htm
Pour des articles sur la France : http://www.britam.org/FrenchContent.html


Lundi 10 Décembre 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires