MONDE

Antananarivo, théâtre d'affrontements



Samedi 22 Mai 2010

Antananarivo, théâtre d'affrontements
Des sources  militaires malgaches ont fait état de violents affrontements entre la Force d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (FIGN) et la Force d’Intervention Spéciale (FIS) malgaches à Antananarivo, capitale de Madagascar, laissant trois morts et 15 blessés.  Les affrontements ont eu lieu lors  d'une manifestation d'une unité des forces FIGN, Force d'intervention de la Gendarmerie nationale (FIGN) basée à Fort-Duchesne dans la capitale malgache, "pour exprimer la lassitude des éléments de la FIGN à l'égard des dirigeants et des plus hauts chefs de la Gendarmerie. Les éléments de la FIGN ont donné rendez-vous à la population tananarivienne et notamment "à tous ceux qui sont dans le désespoir par rapport aux comportements des dirigeants et leur ont assuré protection contre toute velléité de répression". L'appel à manifestation aurait été suivi par des partisans du Mouvement des ecclésiastiques qui s'oppose régulièrement aux agissements de la Haute Autorité de la Transition. Depuis le 17 mars dernier où Andrey Rajoelina ancien  maire de la capitale  a pris le pouvoir avec le soutien des généraux Madagascar est en crise. L’incident a commencé vers 10 heures jeudi matin lorsque le commandant de la FIGN, le général Zafera, qui avait un mandat d’arrêt du colonel Raymond Andrinjafy, a tenté d’entrer dans le camp de la FIGN. Ce camp a pourtant été protégé par les gendarmes dirigées par Raymond Andrinjafy, qui, avec son équipe, voulaient avoir des explications sur l’enquête concernant le détournement de la somme d'environ 250 000 dollars, prévue être donnée par l’ancien président malgache Ravalomanana à la FIGN. Quand Rajoelina a pris le pouvoir par le coup d'Etat il n'a pas réussi à obtenir le soutien de la communauté international et de l'Union africaine et a mis Madagascar dans une crise. Les efforts des médiateurs internationaux  dont l'Union africaine, l'Union  européenne la communauté francophone et le SADC pour persuader  Rajoelina de remettre pacifiquement le pouvoir ont été sans résultat.  Il semble qu'à la suite de l'intensification de la crise à Madagascar, le régime de transition  de Rajoelina soit isolé et les soutiens des généraux réduits.

http://french.irib.ir/ http://french.irib.ir/



Samedi 22 Mai 2010


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires