Conflits et guerres actuelles

Anomalies diplomatiques


Reprenons quelques-unes des plus graves anomalies qui accompagnent l’agression israélienne contre le Liban et que les dirigeants des grandes puissances et les médias feignent d’ignorer.


Farid@evhr.net
Samedi 22 Juillet 2006

La Convention de Genève interdit aux belligérants de s’attaquer aux civils et aux infrastructures civiles. C’est bien ce que fait Israël. Aucun pays membre du Conseil de sécurité ne s’en souvient et ne le rappelle à Israël.
Ils demandent au Hezbollah de libérer les deux soldats et pas un mot sur les dizaines et dizaines de prisonniers libanais détenus sans jugement depuis vingt ans pour certains d’entre eux. Deuxième anomalie, la France feint de demander des couloirs humanitaires entre Chypre et Beyrouth. Depuis quand a-t-elle légalement une quelconque souveraineté sur les eaux internationales en Méditerranée et sur les eaux territoriales du Liban ? Lui demander ce genre de permission légalise de fait un rôle de contrôle d’Israël sur toute la région. Le blocus israélien du Liban a-t-il été approuvé par le Conseil de sécurité ? Non ! Alors ? Israël peut mener sa politique de barbeau comme elle l’entend, quand elle l’entend et où elle l’entend. C’est clair. L’anomalie la plus dangereuse reste quand même la couverture que viennent de lui donner Kofi Annan et Douste Blazy. Ils entendent tous les deux faire désarmer le Hezbollah et rétablir le gouvernement libanais dans sa pleine souveraineté. Ils couvrent ainsi en partie l’action de guerre d’Israël en légitimant son action par l’existence de cette fameuse résolution prise au lendemain de l’assassinat de Rafic Hariri dont on voit maintenant qu’Israël avait plus d’intérêt que la Syrie à le faire tuer au lendemain de la découverte d’un important réseau israélien d’espionnage et d’influence. Entre les Etats-Unis qui soutiennent directement et ouvertement l’agression israélienne et la France n’existe pas de différence majeure dans les objectifs mais quelques divergences sur les manières de faire. Comme dirait Solana, elle veut la réalisation des objectifs d’Israël sans perdre le cœur des Arabes. Mais sur le fond, ils sont intraitables. Israël n’exécute que la première partie de leur plan. La force multinationale qui se prépare viendra finir le travail pour construire un Etat libanais garant de la sécurité d’Israël. Son deuxième Etat harki en somme. En attendant la recomposition générale de la région.

Mohamed Bouhamidi
Le Soir d'Algerie.


Dimanche 23 Juillet 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires