Conspiration

Annie-Anne Your


"Il n’avait qu’une compréhension minimale de ce à quoi pouvaient servir les instruments."

"Ben Conner insista également sur le fait que le problème ne se limitait pas au faible niveau d’anglais d’Hanjour. C’était son inaptitude générale."

Dans une false flag operation, les fantoches qui servent de dupes sont forcément des imbéciles et des niais pilotés par des contrôleurs et des agents qui les manipulent et qui les intègrent dans le programme pour lequel ils sont recrutés. Lisez le cas Hanjour qui suit et extrapolez un peu à partir de documents officiels : imaginez!


aucoursdureel@blogspot.com
Lundi 10 Août 2009

Annie-Anne Your
"Il n’avait qu’une compréhension minimale de ce à quoi pouvaient servir les instruments."

"Ben Conner insista également sur le fait que le problème ne se limitait pas au faible niveau d’anglais d’Hanjour. C’était son inaptitude générale."

Dans une false flag operation, les fantoches qui servent de dupes sont forcément des imbéciles et des niais pilotés par des contrôleurs et des agents qui les manipulent et qui les intègrent dans le programme pour lequel ils sont recrutés. Lisez le cas Hanjour qui suit et extrapolez un peu à partir de documents officiels : imaginez!
Il était une fois un Saoudien paumé qui fut recruté dans les conditions que l'on sait par des services saoudiens, suivi sur le sol américain par des agents saoudiens, pisté de loin par des services israéliens, et qui obtient par miracle son brevet de pilote alors qu'il était incapable de piloter, de parler anglais ou de réfléchir un tant soit peu correctement. C'est cet incapable notoire qui aurait réussi des exploits techniques et physiques afin de lancer son Boeing détourné contre la façade du Pentagone? Il est évident que l'inspecteur fédéral de la FAA John Anthony devrait avoir à répondre sérieusement du permis de laissez-faire absolu qu'il a octroyé à Hanjour.
Pas sur la base de suspicions de terrorisme. Sur la base lucide et évidente d'incompétence notoire : un pilote incapable constitue un danger pour de nombreuses vies - pas seulement la sienne. La mansuétude inquiétante ou le laxisme inexplicable des dirigeants de la FAA n'est qu'une pièce dans le puzzle des manquements graves de cette journée du 911. Dans le cas Hanjour, ils ont laissé faire parce que Hanjour le fantoche était nécessaire dans le plan. Bien entendu, ceux qui ont suivi les consignes n'étaient pas au courant du 911. Ils n'ont fait qu'appliquer à la lettre, avec zèle, sans relier leur teneur locale avec une quelconque vision d'ensemble. Un exemple nominal : quelles consignes Anthony a-t-il reçues pour fermer les yeux à ce point sur les manquements drolatiques de Hanjour le pilote? Il est impossible qu'il n'ait pas reçu de consignes spéciales tant son imbécilité serait manifeste, donc...
Donc Hanjour est habilité en toute impunité à conduire des avions alors qu'il est manifeste qu'il en est totalement incapable. C'est cet abruti confusionnel qui sera présenté comme un kamikaze virtuose et doté de qualités hors normes? Le plus stupéfiant est que c'est la Commission censée apporter lumière et vérité sur cette ténébreuse affaire qui ment avec le plus de nocivité en validant le fait que Hanjour ait pu mener à bien son entreprise terroriste sur le Pentagone. Un peu de sérieux, messieurs les experts! Après la balle magique façon JFK, le pilotage tragique à la mode 911? Couvert par la FAA, couvert par la Commission, Hanjour est couvert par le FBI...
Un fantoche, qu'on vous dit! Le point standard réside dans la supercherie obvie établie par un certain Eddie Shalev, officiellement instructeur dans une école de Washington : grâce à cet instructeur consciencieux et courageux, vers août 2001 (tout va bien!), en trois jours, LOL, Hanjour est subitement devenu capable de piloter, un vrai petit miracle de Dieu, alors que son incompétence avait été attestée par plusieurs instructeurs précédents. Après la complaisance de John Anthony, voici l'aveuglement de Shalev! Mais tenez-vous bien sur l'identité de ce Shalev. Selon un document déclassifié, issu des archives de la Commission, "M. Shalev a servi dans les forces de défense israéliennes comme parachutiste. Il était professeur de saut en parachute sur un Boeing C-130. M. Shalev est arrivé dans la zone de Gaithersburg en avril 2001 et il était parrainé pour l’emploi par le Congressionnal Air Charters… (NDT : entreprise) qui s’est retiré des affaires par la suite."
Faut pas rire trop fort, hein? Shalev a travaillé pour l'armée israélienne, pour une entreprise disparue subitement depuis le 911 et est introuvable sur le sol américain depuis au moins 2007? D'autres détails piquants pullulent sur le débrouillard Hanjour, comme son incapacité à retirer de l'argent dans une banque américaine ou son oubli des codes de cartes de crédit... Un incapable qu'on vous dit! Encore une buse qui a participé au casse du siècle! On nous prend vraiment pour des ânes et l'on voudrait qu'on braie? Tu embrayes?
Récapitulons ou capitulons :
- en août 2001, le pirate de l'air présumé Hani Hanjour cherchait encore à piloter des avions, ce qui indique au plus haut point qu'il ne semblait pas au courant de l'opération 911;
- l'armée israélienne est impliquée d'une manière précise et nominale dans le suivi d'(au moins) un pirate présumé. On avait la rumeur d'un pirate présumé qui travaillait pour le compte du Mossad, un certain Ziad Jarrah, Libanais de son état et qui était présumé à bord du vol 93 crashé en Pennsylvanie. D'autres éléments accablants incriminent des forces israéliennes, suspectes d'avoir planqué à proximité de certains appartements de terroristes présumés. Des affaires d'espionnage au plus haut niveau de l'Etat américain font également surface, qui indiquent qu'un État présumé ami se comportait en trompeur et en manipulateur. Le cas des cinq Israéliens dansants membres pour certains du Mossad, la bonne cinquantaine d'Israéliens arrêtés sous des couvertures artistiques, certains spécialistes d'explosifs ou d'électronique, l'histoire ubuesque de la messagerie Odigo, l'implication d'éléments sionistes dans le 911, comme la coïncidence invraisemblable de Larry Silverstein le propriétaire prévoyant et chanceux du complexe WTC, tous ces éléments suffisent de loin à incriminer Israël comme une pièce majeure dans l'élaboration du 911. Pour le compte d'Israël ou pour le compte de factions atlantistes? Je pense résolument pour la seconde option!
- D'après un mémorandum pour mémoire qui résume le témoignage fourni le 23 avril 2004 par un informateur du FBI résidant en Californie du sud, ayant loué en 2000 son appartement à deux des terroristes du 911, cité par l'EIR de l'excellent Jeffrey Steinberg, deux présumés pirates de l'air saoudiens, Nawaf al-Hazmi et Khalid al-Mihdhar, étaient suivis par le FBI. L'informateur était Shaikh et son officier de liaison du FBI Butler. Shaikh, l'informateur du FBI dans la région, était en contact avec un agent des services secrets saoudiens, Omar al-Bayoumi. Le plus guignolesque intervient quand on apprend qu'al-Bayoumi a aussi hébergé Hanjour au printemps 2000. LOL BIS! Al-Bayoumi est ainsi l'agent saoudien de reconnaissance pour aider certains des pirates de l’air du 11 septembre. Précisons qu'al-Bayoumi s'est occupé, entre autres faux frais d'installation, de toutes les démarches nécessaires pour que Nawaf al-Hazmi et Khalid al-Mihdhar bénéficient d’un entraînement dans un centre de formation pour pilotes d’avion! Y'a pas que Hanjour qui pilotait à vue? Al-Bayoumi est en contact avec les institutions saoudiennes les plus officielles, en particulier avec l'ambassadeur le prince Bandar Bush bin Sultan, et sa femme, la princesse Haifa. D'autres détails instructifs figurent dans le rapport à consulter :
http://aucoursdureel.blogspot.com/2009/07/decidement-en-ce-moment-les-pseudo.html
- l'affaire Able Danger montre que certains des pirates présumés du 911, au premier rang desquels l'inénarrable Mohammed Atta, travaillaient pour le compte de la DIA, services secrets militaires américains, du SOCOM (opérations spéciales) et du Pentagone depuis au moins 2000. Cette affaire implique des militaires américains et le Pentagone, au premier rang desquels le général Schoomaker, connu pour ses positions extrémistes. Le colonel Shaffer et ses collaborateurs, responsables de l'opération et qui ont dévoilé le pot aux roses, affirment avoir contacté sans suite une agente du FBI Xanthig Mangum pour mener une enquête à cet effet. Ca vous rappelle quelque chose, la léthargie du FBI? Encore un oubli fâcheux : la Commission, en particulier son directeur exécutif le sioniste Philip Zelikov (proche de Condoleeza Rice la protégée du général Scowcroft), a passé sous silence l'existence d'Able Danger. Bien entendu, les services du secrétariat à la Défense ont tenu à démentir ces allégations inexactes. Bien entendu, les documents Able Danger, une bibliothèque imposante, ont été fâcheusement détruits sur ordre de supérieurs bien intentionnés dans les bureaux de la DIA en septembre 2004. Encore des omissions troublantes, oserait l'humoriste pas drôle et franchouillard Bigard?
http://aucoursdureel.blogspot.com/2008/03/condens-arbitraire.html
- Pour expliquer le silence du FBI, reportons-nous à un article du Réseau Voltaire, qui explique que l'administration Obama empêche que la justice américaine se penche, à la demande des famille des victimes, sur les manques épineux parsemant le 911 : "Sur intervention de l’Attorney General des États-Unis Éric Holder, le juge Alvin Hellerstein a interdit l’audition des agents du FBI, empêchant ainsi les compagnies d’aviation de développer leur défense. L’audience reprendra le 28 juillet. 8 ans après les faits criminels, l’enquête du FBI, qui comprend 155 000 pièces à convictions et 167 000 procès-verbaux d’interrogatoire, n’a pu être examinée par aucun tribunal. Son contenu n’est connu qu’au travers de procès relatifs à des affaires connexes et de déclarations d’agents à la presse. Ceux-ci assurent que leur enquête dément la version gouvernementale des évènements. Contredisant les propos des responsables de la CIA et des secrétaires à la Justice successifs, le FBI a toujours refusé d’imputer ces attentats à Oussama Ben Laden, qu’il ne recherche pas à ce titre." Très instructitf pour expliquer le comportement des agents du FBI dans l'article qui suit ou dans l'article de l'EIR, non?
http://www.voltairenet.org/article161127.html

On voit que les services israéliens impliqués agissent en étroite concertation avec les services saoudiens et que l'implication des services américains est connexe et patente. D'après l'EIR, remarquablement informée, on ne peut comprendre le puzzle détaillé qu'en l'associant à l'affaire Al-Yamamah/BAE, une escroquerie armes contre pétrole ayant généré d'immenses pots-de-vin, à des fins notamment de terrorisme. C'est le fonctionnement de l'édifice de l'Empire britannique qui est dévoilé dans le 911, en particulier sa connexion anglo-saoudienne. Les impérialistes anglo-saxons ont agi de mèche avec (au moins) leurs alliés pakistanais, saoudiens, israéliens. Je ne prétends pas qu'ils soient seuls, mais cette implication ahurissante est abondamment détaillée. A l'heure actuelle, ceux qui ne savent pas ne veulent pas savoir.
Dernière question, qui taraude l'esprit quand on lit ce rapport sur Hanjour ou les rapports sur les autres incapables présumés pirates de l'air du 911 : étaient-ils dans les avions? Je rappelle qu'aucune preuve ne permet de l'affirmer et qu'il est évident que la difficulté des manœuvres réalisées, en particulier celles de Hanjour sur le Pentagone, laisse présumer que des techniques de pilotage automatique auraient pu être utilisées avec profit. Cette particularité expliquerait de nombreux détails, comme les balises ayant pu téléguider les avions autour du WTC et ayant brouillé de nombreuses émissions radio dans les parages (voir L'Effroyable imposture notamment).
Il est bien plus pratique de réussir de tels attentats sans les passagers et leurs tortionnaires, en pilotage automatique. On aurait ainsi changé les avions qui se sont incontestablement écrasés contre le WTC ou en Pennsylvanie, en gardant le même modèle d'engin (ou un modèle fort voisin). Quant à l'avion présumé écrasé contre le Pentagone, et présumé piloté par Hanjour, il est impossible que ce soit lui qui se soit abattu sur le bâtiment militaire. Outre l'impossibilité technique tous azimuts de cette éventualité, il est utile de rappeler que l'avion a disparu des radars civils dans l'Ohio (d'après mes souvenirs) et que ce sont les radars militaires qui l'auraient localisé par la suite. Quand on mesure la portée des innombrables mensonges dans le dossier 911 des militaires, des civils, du FBI, on a compris le topo - ou l'on fait exprès de ne pas comprendre.

http://www.reopen911.info/News/2009/08/07/comment-le-fbi-et-la-commission-du-119-ont-fait-disparaitre-des-preuves-cles-a-propos-d%E2%80%99hani-hanjour-le-pirate-de-lair-pilote-presume-du-vol-aal-77/


Lundi 10 Août 2009


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires