ANALYSES

Analyse stratégique de la guerre contre Gaza


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:49 Le prix de la rétrogradation

Lundi 17 Octobre 2016 - 11:17 Olivier Roy : « Le djihad et la mort »


Le projet américain, qui consiste à faire du Liban et de l’Irak un fondement de restructuration d’un nouvel proche Orient a échoué.


Walid Soucaria - Al Jazeera


Samedi 14 Février 2009

Analyse stratégique de la guerre contre Gaza
Mort et destruction dans Gaza... Photo : PCHR

La situation politique avant la guerre

Ce projet devait garantir à l’Amérique un contrôle total sur la région sous les conditions israéliennes et sionistes. Par conséquence l’Amérique fut confronté à plusieurs réalités :

-  Faire céder l’Iran par la guerre s’avère de plus en plus hors de portée. De plus les sanctions économiques n’ont pas aboutis à de grands succès.
-  Une invasion sur la Syrie sera inutile, car les Etas Unies seront confronté par une résistance plus forte que celle de l’Irak.
-  Une éventuelle guerre contre le Liban et la Syrie menée par Israël échouera certainement.
-  Le Projet américain du nouvel Orient doit, par la force des choses, se soumettre aux orientations palestiniennes. De ce fait il faudrait éliminer la résistance.

Les choix ouverts devant Obama

-  Gagner l’Iran par le dialogue. Ceci exige une grande capacité d’influence et de confrontation. Imposer des sanctions économiques et politiques d’une part, et exercer une pression et la menacer d’une éventuelle guerre d’autre part.
-  Etablir le dialogue avec la Syrie pour la séparer de l’Iran. Pour atteindre ce but il faudrait la séduire par des décisions que l’Amérique ne pourra pas imposer à Israël, pas seulement en ce qui concerne le Golan, mais aussi l’établissement d’un équilibre de force entre l’Iran, la Turquie et Israël.
-  Mettre en accord les factions palestiniennes, et stabiliser la paix entre les pays arabes modérés et Israël. Ceci entraînera l’isolement de la Syrie et l’affaiblissement de sa position, surtout si une coalition arabe contre l’Iran serait réalisée. Il faudra aussi fournir des efforts pour joindre l’Irak au conseil de coopération du Golfe. Ceci éloignera l’Iran des pays arabes et facilitera par la suite une attaque militaire contre l’Iran.

Facteurs temporels

-  L’expiration de la trêve entre le Hamas et Israël fin 2008
-  L’expiration du mandat présidentiel d’Abbas le 9/01/2009 et l’opposition du Hamas à ce mandat
-  L’investiture d’Obama le 20/01/2009

Les motifs de la guerre

-  Garder Abbas au pouvoir, pour garantir la réalisation du processus de paix et le calme sur les frontières Israéliennes.
-  Eliminer la résistance et établir « la paix », ce qui affaiblira l’Iran et la Syrie par une confrontation avec l’Amérique.
-  Stopper les tirs de roquettes sur Israël pour conserver sa sécurité avec l’aide de l’autorité palestinienne en Cisjordanie.
-  Freiner une éventuelle Intifada en Cisjordanie.
-  Tester la performance et la disposition de l’armée israélienne, en vu de regagner sa confiance en soi après sa défaite au Liban en 2006.
-  Exploiter les résultats de la guerre aux élections en Israël.

Les buts de l’offensive

-  Détruire le Hamas
-  Changer l’autorité politique à Gaza et maintenir le pouvoir de Abbas, qui pourra être consolidé par des forces internationales.
-  Réorganiser la sécurité en Israël.
-  Réaliser les motifs cités en haut.

Les contraintes de l’invasion israélienne

-  Provoquer une Intifada en Cisjordanie. Ce qui contrarie les plans d’Israël, visant la destruction total du Hamas.
-  Mener une guerre au nord, dont Israël est conscient des suites.
-  Pendant les derniers jours de l’offensive l’opinion internationale a exercé de grande pression pour limiter l’offensive israélienne.

La situation à Gaza

-  La bande de Gaza s’étend sur 35 Km, sa superficie est de 350 Km2. Elle compte 1.5 millions d’habitants. Entre 800 et 900 mille habitants vivent dans La région nord de la Bande, qui se trouve à côté de l’entité sioniste et d’où les roquettes sont lancées. Alors que 400 mille habitants peuplent la région sud, avoisinant l’Egypte et d’où proviennent les armes.
Au cœur de la Bande se trouve une région agricole et les camps des réfugiés.
La Bande manque de profondeur stratégique, car elle est exposée aux tirs israéliens. Elle ressemble à une ville renfermée et peut être prise par :
-  Une invasion militaire et une colonisation des villes de la Bande après l’anéantissement de la résistance qui défend la Bande de Gaza.
-  Le blocus et empêcher les médicaments, les carburants et les aliments de passer à la Bande en plus de la pression militaire.

L’activité militaire

Les points forts d’Israël

-  Le succès militaire
-  Le blocus imposé à la Bande de Gaza
-  L’appui de grands états qui ont encouragé l’offensive (des pays arabes et européens) Les points faibles d’Israël
-  La peur de subir des dégâts dans l’armée, ce qui influencera négativement la performance des soldats israéliens et les élections.
-  L’expansion éventuelle de la guerre au nord et en Cisjordanie. Les atouts de la Résistance
-  La volonté et le sacrifice de soi
-  Le soutien de la population de Gaza au Hamas et sa disposition à supporter toute difficulté
-  L’engagement de la population palestinienne et arabe
-  L’engagement militaire du Liban et de la Syrie, si Israël dépasse les limites
-  La faiblesse de l’engagement de la population israélienne si la guerre s’étendait aux colonies Israéliennes.

La stratégie militaire israélienne

L’invasion sur la bande de Gaza et le renversement politique

-  L’anéantissement de la population Gazaouie par le blocus
-  L’écrasement de l’infrastructure du Hamas et la destruction de son pouvoir politique Le déroulement de l’invasion militaire israélienne
-  L’invasion a précédé un blocus quasi-total pour obliger la population à consommer les approvisionnements alimentaires, ce qui affaiblira leur lutte contre l’invasion Israël a effectué des raids aériens durant une semaine pour :
-  Ecraser le pouvoir politique par les premiers raids aériens. En effet Israël a détruit les habitations des dirigeants du Hamas
-  La destruction des bases de tirs de roquettes et la démolition des armes et le matériel de guerres en possession du Hamas
-  La destruction de l’infrastructure de la Résistance
-  Affaiblir la résistance de la population Gazaouie en attaquant les centrales électriques, les stations de carburants, et les approvisionnements alimentaires.

L’offensive terrestre

Elle avait pour but maintenir le blocus sous haute surveillance, disloquer la Bande de Gaza, et coloniser les régions dépeuplés pour détruire les sièges de la Résistance et ses bases. Israël a aussi exercé une grande pression militaire contre les villes de la Bande et a menacé des les envahir.

Après les raids aériens et l’offensive terrestre, Israël n’a pas pu atteindre ses buts, ce qui l’a mené à changer de stratégie ; Israël réorganisa les dispositifs de sécurité sur les frontières égyptiennes en empêchant l’acheminement des armes vers la Bande de Gaza.

Pourquoi Israël n’a pas envahi les villes ?

-  Israël cherchait à limiter le risque pour les soldats. En cas d’offensive terrestre un combat entre résistant et soldat pourrait entrainer des dommages importants, et les armes de la résistance auraient pu prouver leur efficacité.
-  Israël sous la pression de l’opinion palestinienne, arabe et mondiale craindrait de faire plus de victimes
-  La menace de l’expansion de la guerre au nord

La stratégie de la Résistance

-  La défense sur plusieurs fronts avec un commandement et une décision politique unifiés. Etant donné la difficulté du déplacement d’une région à l’autre, chaque région de la Bande se défendait.
-  Se cacher de la surveillance de l’ennemie et l’attaquer subitement (les leçons tirées de la guerre contre le Liban en 2006).
-  L’emploi de bombes artisanales.
-  La résistance le plus long possible avec les tirs de roquettes.

L’accord israélo-américain

Israël n’a pas pu briser la volonté de la Résistance et l’obliger à accepter l’autorité d’Abbas, ou l’acheminement des forces internationales dans la Bande de Gaza ou mêmes sur les frontières égyptiennes.

L’Egypte de son côté a refusé le déploiement d’une force internationale au long de ses frontières et sur ses territoires, ce qui est considéré comme un défaut de confiance envers l’armée égyptienne d’une part, et d’atteinte à la souveraineté égyptienne d’autre part. Israël a fait recours au Etats Unies et à l’OTAN pour empêcher la contrebande des armes à Gaza par :

-  Les services de renseignement, pour détecter les opérations de contrebande
-  La surveillance des mers et l’inspection des bateaux soupçonnés.
-  L’augmentation des pressions sur l’Egypte pour prendre les mesures nécessaires au contrôle de la contrebande avec une surveillance européenne et américaine.

Pourquoi un cessez-le-feu unilatéral ?

-  L’échec de l’invasion militaire à fonder une nouvelle autorité à Gaza, avec laquelle un accord bilatéral de cessez-le-feu pourrait être conclu.
-  L’échec des dispositifs de sécurité employés sur les frontières avec l’Egypte
-  Le prolongement de l’offensive n’aboutira à aucun résultat, de plus les buts attendus n’ont pas été atteint. Toutefois Israël fut conscient qu’il ne pourra pas envahir les villes.

Les résultats de l’offensive sur le plan militaire

-  L’échec des attaques aériennes
-  La restriction des dégâts chez la Résistance
-  Le prolongement des tirs
-  La capacité de la Résistance à supporter des affrontements de longue durée
-  Les massacres israéliens contre les civils ont provoqué l’opinion internationale

Les conséquences de l’offensive sur le plan militaire

-  La victoire de la Résistance face aux armes israéliennes hypersophistiqués
-  La défaite d’Israël sur le plan militaire, malgré les armes sophistiqués, pour des raisons se relatant à l’offensive en Israël, Palestine, le monde arabe et le monde entier
-  La réserve des dirigeants européens de se servir d’Israël en tant qu’appareil militaire pour atteindre des fins politiques

Les conséquences de l’offensive sur le plan politique En Palestine

-  La victoire de la Résistance et le symbole qu’elle représente en tant qu’alternative politique pour récupérer des droits palestiniens bafoués.
-  L’affaiblissement du pouvoir d’Abbas.

Dans le monde arabe

-  La réminiscence de la question palestinienne et le refus de la paix avec Israël.
-  Le recul des pouvoirs des pays modérés après leur position suspecte envers la question palestinienne, ce qui a poussé des pays arabes à changer leur position lors du sommet arabe au Kuwait.
-  Le renforcement du concept de la résistance.
-  L’échec d’un compromis de paix entre les palestiniens favorisera le déclanchement d’une Intifada palestinienne.
-  Le renforcement du rôle de la Syrie et du Dialogue avec l’Amérique.

Dans le Moyen Orient

-  L’intervention de la Turquie au Moyen Orient en jouant un rôle essentiel dans l’avenir de la Région.
-  Renforcer le rôle de l’Iran par le Dialogue avec l’Amérique.

A l’échelle mondiale

-  L’Insuccès des projets américain dans le Moyen Orient
-  L’intervention de l’Europe en Palestine par les mesures de sécurité, qui ont pour but d’empêcher l’acheminement des armes avec le consentement de l’Amérique et d’Israël, alors qu’il refusait auparavant toute intervention européenne.
-  L’ambiguïté de la position de la Russie envers l’offensive, en plus de son manque de soutien aux forces de la Résistance et sa négligence du droit de retour aux palestiniens. Comme si le monde arabe affrontait l’occident (chrétien) qui cherche à s’emparer des biens du Moyen Orient.

La guerre ne s’est pas terminée... elle se poursuivra politiquement

La guerre militaire est bien terminée pour continuer sur le plan politique et économique :

-  Israël continuera le blocus d’une façon ou d’une autre en contrôlant les matières transmises à la Bande de Gaza, surtout les matériels de construction.
-  Israël contrôlera aussi la reconstruction et imposera le pouvoir d’Abbas comme fait accompli au Gazaouis, ce qui pourra créer une différence entre la population et la Résistance.
-  Israël empêchera la Résistance d’organiser s sa force militaire par les services d’information et les mesures de sécurité au long de la frontières palestino-égyptienne.

Al Jazeera - Vous pouvez consulter cet article ici :
http://www.aljazeera.net/NR/exeres/...
Traduction de l’arabe : Soumaya Alimam


http://www.info-palestine.net/


Samedi 14 Février 2009


Commentaires

1.Posté par geronimo888 le 14/02/2009 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

et ils depenseront leur argent pour vous combattre puis ils n'auront pas la victoire coran.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires