Santé

Alimentation : Pour le bétail humain


Dans la même rubrique:
< >


georges zeter
Mercredi 19 Juin 2019

Echangeons l’auge à l’assiette et on y est : De la boustifaille digne des porcs à l’engraissement, des poulets en batterie, des vaches folles...Et ça c’est pour la classe moyenne qui peut se permettre d’acheter «des morceaux de choix», bourrés d’hormones qui font pousser la moustache aux petites filles et les seins aux petits garçons, en n’oubliant pas ces bons vieux antibios, qui, arrivés à l’âge adulte, ces gamins devenus grands seront antibio-immunisés et pourront trépasser pour un simple rhume des foins...
Penchons nous sur les 15 millions de gaulois et autres peuplades exotiques qui, ne connaissent que pour les plus rupins Liddle et pour les autres, les miséreux, le secours catholique, la croix rouge, les restos du cœur. Eux, auront droit à ce que débite la machine à dépiauter BAADER ; mais qu’est-ce donc ? Un gros tas de ferraille de 6 tonnes qui produit un zombie de «viande» nommé Les Minerais : Il s’agit de produits obtenus par le grattage/dépiautage en profondeur à l’aide de moyens mécaniques sophistiqués : des restes de lambeaux de bidoche sur les carcasses. Au final, après le désossage, ces produits contiennent des résidus de muscle, graisse, os, tendons, cartilages, yeux, moelle...La source ? Des vaches laitières réformées venant des 4 coins d’Europe et donc, sans traçabilité possible, d’un opaque digne du brouillard londonien. Cette VSM (viandes séparées mécaniquement) est conditionnée en sac de 5 à 10 kg et congelée. Ce magma viandard deviendra, viandes hachées, saucisses, lasagnes, hachis Parmentier, raviolis en boite, boulettes et autres plats cuisinés.
C’est «ça», cet ersatz de barbaque, ces 780 tonnes de steaks hachés qui ont été vendus aux associations citées plus haut afin de nourrir les plus nécessiteux.
Le scandale part d’une société (Voldis) de Loudéac dans les Côtes-d'Armor. Les minerais étaient concoctés en Pologne, qui en plus des ingrédients n’ayant rien à voir avec de la viande avait été ajouté du soja et de l’amidon...Pour le pauvre, c’est niveau zéro en apport nutritionnel en dégustant cette merdasse, par contre, pour la boite Voldis, bingo ! Voldis SAS avait remporté en 2018 (ainsi qu’en 2015 et 2016) le marché du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) : trois lots de steaks hachés pour un montant total de plus de 5,2 millions d’euros. S’ils ne sont pas dangereux pour la santé, ces steaks sans viande n’en sont pas moins manifestement frauduleux. Et que les cris d’orfraie sifflent dans les couloirs de ceux qui attribuaient : «Nous demandons une sévérité exemplaire afin que de tels actes frauduleux ne puissent plus se reproduire en France. Il est de notre devoir de garantir à tous nos concitoyens une viande irréprochable en termes de qualité»...Ne prononçaient-ils pas les mêmes arguments lors du scandale de la viande de cheval dans les lasagnes, ou encore plus loin et les magouilles de la vache folle ? A parier, que la fois prochaine, et il y en aura une, ils reprendront ce bon vieux copié/collé, pour nous assurer, croix de bois, que de tels actes frauduleux ne se reproduiront plus...
Lors d’offres d’appels de marchés, l’état et ses batteries de vérificateurs, de contrôleurs, d’experts ne devrait-il pas à y regarder plus d’une fois concernant les sociétés concernées et leurs dirigeants ? Pour Voldis, il suffit d’aller sur Google et de taper : Valéry Le Helloco (sacré coco ce Helloco), propriétaire de cette société... Domiciliée au Luxembourg à travers sa financière VLH. Le Helloco détient aussi l’abattoir Le Clézio (dinde) à Saint Caradec, et des sociétés immobilières ou encore l’agence Flèche intérim. Voldis SAS est domiciliée au 42, rue de Pontivy à Loudéac ; Une adresse qui correspond à celle d’une maison particulière... Seulement, celle-ci est occupée par une commerçante de la ville qui n’a rien à voir avec cette société. Bref, je ne suis pas là pour faire une enquête sur ce «dirigeant»...Qui aurait dut être faite par les agents des fraudes, car, avec un tel profil, l’étique avait peu de chance d’être au RDV... Le plus terrible, c’est que des associations de défense des consommateurs sur le plan alimentaire telle Foodwatch, s’occupa de faire analyser les «steaks» et ensuite alerta le gouvernement en mars dernier...C’est dire le sérieux des autorités en charge de la santé public et des produits alimentaires destinés aux plus démunis, dont beaucoup d’enfants. Une traçabilité défaillante et beaucoup d’opacité ; il est très difficile pour le consommateur d’accéder à l’information, en outre Il est aussi très difficile de remonter les filières jusqu’aux industriels concernés. Le manque de moyens des autorités de contrôle, c’est un tapis rouge pour ceux qui voudraient frauder parce qu’ils se disent qu’ils ne vont pas se faire avoir ; Et cela ne touche pas seulement la filière viande, c’est aussi vrai pour les légumes et le lait contaminé... Même les associations se défaussent en disant «qu’il n’y a pas eu de conséquences sur la santé»...Ah bon ? Donc, un enfant en bas âge nourrie à coups de fausses viandes et donc, privé des éléments vitaux que compose ce produit, sa santé n’en serait pas impactée ? hey, les gars, ne pensez surtout pas à une carrière de nutritionniste !
-------------------------------------------
Pourquoi ? Toujours de ces arguments fallacieux qui diluent les responsabilités, les complicités et j’oserais même avancer les corruptions : le secteur viande, à tous les niveaux est gangrené par des accointances, qui misent à jour, mèneraient pas mal de monde devant les tribunaux, pour de lourdes peines financières et carcérales.
Des hommes de paille, des dirigeants plus que douteux, des paradis fiscaux, des organisations mafieuses, des sièges sociaux à des adresses inconnues, des jonglages aux taxes et enfin, les franchissements de frontières qui n’existent plus, d’où l’impossibilité de la traçabilité. Comme de l’autre coté, celui des politiques et du gouvernement, ce n’est pas plus folichon : de la corruption, des pots de vin, des petits arrangements entre amis, fait que tout cela crée le terreau pour un sentiment de toute puissance au dessus des lois et de la santé des administrés. En bout de chaîne, ce sont nous les consommateurs qui payons le prix fort par un tas de maladie inconnues du temps de nos grands-parents. Et là encore, je parle des classes moyennes qui ont accès au «bio», mais pour celles tout en bas, nourries ni plus ni moins des mêmes morceaux que l’alimentation pour animaux domestiques... Nous ne sommes plus de veaux comme aurait dit de Gaule, mais des poulets en batterie attendant la pâtée qui n’a rien d’épatant.

Georges Zeter/juin 2019

j’avais écrit un article sur le sujet en mai 2014 : «Filière viande : Tout doit disparaître !»
http://gezile-delareunion.over-blog.com/2014/05/filiere-viande-tout-doit-disparaitre.html

vidéo France2
https://www.francetvinfo.fr/sante/alimentation/alimentation-nouvelle-fraude-sur-780-tonnes-de-faux-steaks-haches_3479581.html

Cet article est inspiré de l’article sur actu/France
https://actu.fr/bretagne/loudeac_22136/la-societe-voldis-loudeac-coeur-scandale-faux-steacks-haches_24892880.html


Mardi 18 Juin 2019

Santé


Publicité

Brèves



Commentaires