Diplomatie et relation internationale

Ali Larijani demande aux Etats-Unis de ne pas répéter les erreurs du passé


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Irna
Mercredi 22 Août 2007

 Ali Larijani demande aux Etats-Unis de ne pas répéter les erreurs du passé
Le secrétaire du Conseil Supérieur de la Sécurité Nationale de l'Iran a réagi face à la possibilité soulevée par les Etats-Unis de porter le corps des Gardiens de la Révolution (Pasdarans) sur la liste des organisations terroristes demandant à Washington de ne pas répéter à nouveau les erreurs du passé en particulier celles faites sur le dossier nucléaire iranien.

Ali Larijani, qui s’exprimait dans le cadre d’une conférence de presse, a ajouté : « les Gardiens de la Révolution sont des forces qui ont émané du peuple, qui disposent d’une place privilégiée dans le cœur des gens qui n’ont pas oublié les nombreuses atrocités réalisées pendant la guerre imposée par l’Irak et qui ont défendu l'intégrité de la nation de tout leur être. »

CETTE MESURE DES ETATS-UNIS A PLUSIEURS EXPLICATIONS

À la question de savoir si cette décision pourrait être le prélude d'une guerre contre l’Iran, Ali Larijani a répondu : « que cela serait très surprenant. Outre le fait que ce qu’allèguent les Etats-Unis est complètement faux, nous avons été énormément étonnés par cette décision. »

« Il y a de cela plusieurs jours, les Etats-Unis ont prétendu qu'un des commandements militaires américains en Irak a annoncé que 50.000 combattants de Qods se sont réunis dans un lieu en Irak et que nous [Etats-Unis] voulons prendre des mesures dans cette région. »

« Il est regrettable que les américains emploient des méthodes incorrectes. Si ce qu'ils veulent c’est bombarder la zone, comme ils l’ont fait aujourd'hui dans le nord de Bagdad, on peut inventer plusieurs excuses » a t’il condamné.


Ali Larijani a qualifié de « déraisonnables et d’irréelles » les allégations des responsables américains ».


« Plusieurs hypothèses coexistent pour justifier cette décision des responsables américains, soulignant qu’ils auraient pu également l’annoncer depuis le bureau qui gère ses intérêts, à l'ambassade Suisse à Téhéran, mais qu’ils ont choisi de le faire par la voie médiatique de façon à ameuter l’opinion publique »a déclaré Ali Larijani.


Il évoque également pour justifier la décision américaine les négociations constructives qui se tiennent avec Javier Solana et Mohammad El-Baradei et l’impact positif de ces négociations dans beaucoup les pays qui pensent que l’Iran s’est engagée sur une voie correcte, par conséquent, ils veulent créer une atmosphère viciée par des allégations et accusations en croyant que le dossier se radicalise, il y aura des pays qui cèderont et accepteront d’adopter une nouvelle résolution. »

« C'est un jeu dans lequel on voit clair » a ironisé le secrétaire du Conseil Supérieur de la Sécurité Nationale de l’Iran.


Ali Larijani a conclu par une dernière hypothèse qui est celle « d'effrayer l’Iran », en expliquant : « en polluant les négociations, les Etats-Unis espèrent nous effrayer, mais ils devraient savoir que l'Iran n'a pas peur et que cela ne sert à rien. »


Ali Larijani : « la politique américaine au Moyen-Orient s’explique par la pénurie d'énergie »

« Les politiques ambitieuses des Etats-Unis dans la région s’expliquent par la pénurie énergétique de ce pays, c’est pourquoi il s ont poussé le parlement irakien a approuvé la loi sur pétrole », a déclaré le secrétaire du Conseil Supérieur de la Sécurité Nationale dans une conférence de presse.

Ali Larijani a indiqué qu'il est peu probable que les Etats-Unis ignorent par qui sont soutenus les terroristes, parce que « le précèdent ambassadeur Américain a rencontré plusieurs groupuscules terroristes auxquels il a déclaré que s’ils tournent leurs armes contre l’Iran et les chiites, les responsables américains les soutiendraient. »

« Si ce que vous vouliez c’était bombarder une zone de l'Irak vous ne chercheriez pas des justifications. Pourquoi des citoyens iraniens seraient-ils entrés en Irak et si tel est le cas rendez public leurs noms et vous ne rejetteriez pas autant la faute sur les autres. Pourquoi dissimulez-vous votre échec ? »s’est interrogé Ali Larijani.


Le responsable des négociations nucléaires pour la partie iranienne a déclaré qu'un certain ministre européen lui avait dit pendant les négociations que « nous ne souhaitons pas que vous accédiez aux technologies de pointe; seulement les pays les plus puissants peuvent accéder à ces technologies. »

« Selon eux, les pays de seconde et troisième catégorie la seule chose qu’ils peuvent produire c’est de la sauce tomate » a-t-il ironisé.


« Israël et l'Inde ont la bombe atomique, mais contre eux on n'émet aucune sanction, mais on émet des sanctions contre l’Iran, qui dit de ne pas la détenir. John Negroponte, directeur de la CIA jusqu’en janvier 2007, a aussi affirmé que l'Iran ne détenait pas la bombe atomique. »

Ali Larijani a incité les penseurs et les intellectuels du monde musulman à présenter au monde le véritable visage de l'Islam pour de cette manière neutraliser les conspirations de ces personnes qui s'efforcent de présenter un Islam violent.



Mercredi 22 Août 2007

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires