Diplomatie et relation internationale

Ali Asghar Soltanieh lance un sévère avertissement à l'AIEA


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Mardi 30 Septembre 2008

Ali Asghar Soltanieh lance un sévère avertissement à l'AIEA
L'ambassadeur de l'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Ali Asghar Soltanieh a lancé un sévère avertissement à l'agence onusienne pour avoir violé sa propre Constitution.

S’adressant à la cinquante-deuxième session de l'Assemblée générale de l’AIEA lundi Ali Asghar Soltanieh a évoqué les objectifs avancés par l'agence «ces dernières années, l'agence onusienne, en tentant de régler la question nucléaire iraniennes, en transformant des mesures volontaires en engagements légaux et en pénétrant dans des activités militaires normales, est allé au delà de ses propres fonctions constitutionnelles et sous prétexte d’inspections à la demande d'un certain nombre de pays occidentaux a menacé la sécurité nationale. »

Ali Asghar Soltanieh a averti que l'Iran ne permettrait pas la poursuite d'une telle politique et a ajouté que quand l'agence a été fondée il y a un demi-siècle, elle ambitionnait de remplir certains objectifs, mais en raison des ingérences d'un certain nombre de pays occidentaux, particulièrement de celle des Etats-Unis, dans ses fonctions de secrétariat et ses activités en général et son autorité et neutralité en ont pâti, l'agence onusienne a été manipulée.


L’ambassadeur de l'Iran auprès de l'AIEA a poursuivi que la centrale nucléaire de Boushehr aurait du être opérationnelle il y a de cela 30 ans pour assurer l’approvisionnement énergétique de la nation, mais en raison de politiques irresponsables de compagnies occidentales face à leur contrat et engagements légaux, le projet n'a pu être achevé à la date initialement prévue et l’Iran n’a pas obtenu réparation pour les dommages causés.


« Je veux que soit consignée que des mesures injustifiables comme la suspension de l'enrichissement vont au delà du Traité de non-prolifération (TNP) et que cela a considérablement endommagé le crédit de l'Iran sur la question concernant la sécurité et nous avons l'intention de demander des compensations » a averti le représentant permanent de l'Iran auprès de l'AIEA.

http://www2.irna.ir/ http://www2.irna.ir/



Mardi 30 Septembre 2008

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires