Politique Nationale/Internationale

Algérie: quand les Youtubers s’attaquent aux élections, les autorités paniquent


Avec plus de trois millions de vues en moins d’une semaine, des vidéos satyriques réalisées par de jeunes Algériens se propagent de manière virale sur Internet pour dénoncer les élections législatives du 4 mai


Malek Bachir
Lundi 1 Mai 2017

Anis Tina dans une parodie du film « Le Messager », dénonce corruption et clientélisme (capture d'écran)
Anis Tina dans une parodie du film « Le Messager », dénonce corruption et clientélisme (capture d'écran)
Le coup n’est pas venu de la presse écrite, ni de l’opposition, ni de la société civile, qui, à eux trois, peinent à incarner de véritables contre-pouvoirs. Contre cette voix-là, les autorités se retrouvent impuissantes, et c’est sans doute ce qui les inquiète le plus.

En moins d’une semaine, leurs vidéos ont enregistré presque trois millions de vues. Anis Tina, DZ Joker et Kamel Labiad, trois Algériens très connus sur YouTube, ont réalisé trois clips très différents contre les élections législatives qui se tiendront dans quatre jours (le 4 mai). En face : le gouvernement déploie toute son énergie, via des médias traditionnels, à mobiliser les Algériens pour qu’ils aillent voter.

Anis Tina, 27 ans, compte plus de 700 000 abonnés. Sa dernière vidéo, postée le 26 avril, est une parodie du film « Le Messager », célèbre biopic du prophète Mohammed.

Dans la version d’Anis Tina, qui compte plus d’1,2 million de vues, une tribu « du peuple » résiste à une tribu « de députés » qui appelle les gens à aller voter. Le film touche à des questions sensibles comme l’abstention, la corruption et le clientélisme puisque les parlementaires finissent par proposer de l’argent au représentant du peuple.

Tournée en arabe, dans une forêt, avec des comédiens en costumes d’époque, cette version du Messager parlera à tous les fans de la série Kaamelott – et ils sont nombreux en Algérie – notamment par ses ressorts humoristiques basés sur l’anachronisme. On voit par exemple un des personnages, censé vivre au VIIe siècle, utiliser un ordinateur portable, et un autre parler avec son compagnon de Messenger.



Chemseddine Lamrani, alias DZ Joker, est des un des Youtubers les plus connus en Algérie (capture d'écran)
Chemseddine Lamrani, alias DZ Joker, est des un des Youtubers les plus connus en Algérie (capture d'écran)
La vidéo inspire un hashtag sur Twitter

L’autre vidéo virale est celle de DZ Joker. Postée le 27 avril, elle affiche déjà plus d’1,8 million de vues et a inspiré sur Twitter le hashgtag Mansotich (jeu de mots fabriqué à partir du verbe sowat, voter, et qui signifie « je ne vais pas sauter le pas », autrement dit : « je ne vais pas voter ».

DZ Joker, de son vrai nom Chemseddine Lamrani, 26 ans, compte aussi parmi les plus anciens Youtubers algériens puisque ses premières vidéos remontent à 2011. Il s’est notamment fait connaître avec ses parodies de « Game of Thrones » ou de « Braveheart ».

Dans une sorte de slam subversif, il énumère les nombreuses situations de détresse sociale auxquelles les Algériens sont confrontés dans leur quotidien.

Son texte est appuyé par des images : celles du harraga flottant dans l’eau qui s’excuse auprès de sa mère parce que son bateau s’est retourné, du malade couché sur un lit d’hôpital qui dénonce la construction « d’une mosquée de deux milliards d’euros » au détriment d’hôpitaux, du père de famille qui n’a pas assez d’argent pour nourrir sa famille ou encore du sportif obligé de ramener sa baignoire sur les lieux d’entraînement.

À la fin du clip dans lequel on comprend qu’il s’adresse à l’Algérie en disant « Elle » et aux dirigeants en disant « eux », il conclut : « Ce n’est pas contre toi que je dis ça, tu m’as bien compris, toi je t’aime, mais je parle d’eux ».



Kamel Labiad a détourné un film de zombies pour inciter les Algériens à ne pas aller voter aux législatives du 4 mai (capture d'écran)
Kamel Labiad a détourné un film de zombies pour inciter les Algériens à ne pas aller voter aux législatives du 4 mai (capture d'écran)
Des personnalités algériennes en zombies

Mais la plus violente est sans doute celle de Kamal Labiad, un autre internaute adepte des parodies, postée le 22 avril sur YouTube.

Dans un détournement de film de zombies, qu’il a intitulé « La takon Chiyyat » (Ne sois pas un cireur de pompes), on voit une berline s’avancer dans la nuit et le brouillard, à l’arrière de laquelle est assis le président Abdelaziz Bouteflika que l’on ne distingue que grâce à ses yeux qui s’allument comme ceux d’un robot. Sur la plaque d’immatriculation de la voiture est écrit « Il ne meurt pas ».

Un compte à rebours explique ensuite que les élections législatives approchent mais qu’« elles n’intéressent aucun homme sage et honorable sauf les chiyyatine [brosseurs de pompe] qui courent derrière leur maître dès qu’ils sentent son odeur ».

Les acteurs du film, dont une bonne partie sont des zombies, ont été remplacés par des personnalités algériennes connues pour être des fidèles du président.

Parmi elles : le Premier ministre Abdelmalek Sellal, l’ancien ministre du Commerce et leader du Mouvement populaire algérien (MPA) Amara Benyounès, la cheffe du Parti des travailleurs (PT) Louisa Hanoune, le prédicateur Chemseddine Bouroubi, Anis Rahmani, le directeur de la chaîne télé Ennahar, ou encore, en bébé géant surgissant au milieu de la route, le député Front national de libération (FLN) d’Annaba Bahaeddine Tliba, présumé impliqué dans des affaires de corruption.

Sur la route où est écrit « La route qui ne mène nulle part », les zombies et une voiture surmontée d'une énorme brosse, se mettent à courir derrière la berline, conduite par Saïd, le frère du président, qui se dirige vers un bâtiment appelé « La ferme de Bouteflika et sa famille ».

Kamel Labiad, qui apparaît à visage découvert dans la vidéo, prend ensuite la parole pour « conseiller » aux Algériens « de ne pas aller voter ». « Il ne faut pas donner de légitimité à ceux qui ont trahi le pays », explique-t-il.



La participation à ces élections est un enjeu crucial pour le gouvernement qui veut s'en prévaloir pour asseoir sa crédibilité.

Samedi 29, le président Bouteflika a adressé un « message à la nation » pour exhorter les Algériens à voter. « L'élection législative de cette année revêt une importance accrue car elle se situe dans le sillage d'une profonde révision constitutionnelle survenue l'année dernière, tout comme elle se déroule dans une conjoncture financière lourde de défis pour notre pays », est-il écrit dans un communiqué diffusé par l'APS, l'agence de presse officielle.

Mohamed Aïssa, le ministre des Affaires religieuses, a dénoncé « une violente campagne sur les réseaux sociaux ». « On en a un qui ‘’mansotich’’ – qu’il saute ou pas – et un autre qui se moque de Rissala (Le Prophète) et des compagnons du prophète. Un autre qui jure dire la vérité alors qu’il ment ».

En Algérie, « détourner des suffrages » ou « déterminer des électeurs à s’abstenir de voter » est puni par le code électoral d’un emprisonnement de trois mois à trois ans et d’une amende de 6 000 à 60 000 DA (50 à 510 euros). Mi-avril, un utilisateur Facebook a été selon le ministre de l’Intérieur, « présenté devant les tribunaux » pour avoir détourné l’affiche électorale officielle. Jusqu’à aujourd’hui, son sort reste inconnu.


http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/alg-rie-quand-les-youtubers-s-attaquent-aux-lections-les-autorit-s-paniquent-1625526529 http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/alg-rie-quand-les-youtubers-s-attaquent-aux-lections-les-autorit-s-paniquent-1625526529




Lundi 1 Mai 2017


Commentaires

1.Posté par gjingis le 01/05/2017 10:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"il a construit une mosque pour 1 milliard d us dollars a la place d un hopital dites vous"
c'est ce que Bouteflika de ce monde appelle donnant-donnant

2.Posté par as le 01/05/2017 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est une guerre entre factions sepharades talmudistes pour piller le gaz et le petrole, le peuple n'a jamais rien gagne de ses elections truquees, elles sont une impasse dajjaliste destinees a renforcer la colonisation sioniste... les bouteflika-dgse, hamel, et tartag sont des mercenaires franco-israéliens, avec tewfik, et sa clique de mafieux juifiste comme rebrab, et compagnie, ils sont artificiels, le peuple ne vote pas pour des traîtres et leurs sous fifres pro-franco-israeliens

les bouteflika ont ete rejetes lors des 4 elections a plus de 85% par la population qui n'a pas vote pour la DGSE/mossad presente a el mouradia, la france trafique les elections comme en france, sur le meme model, l'occupation doit cesser, la france-israel est l'ennemi de tous, elle doit partir quel qu'en soit le prix a payer, soit la france se soumet et elle part libre, soit elle commet ses attentats nrbc, et elle finie dans les poubelles de l'histoire, détruite totalement

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires