Tribune libre

Alerte !!! Education Dangereuse


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 14 Octobre 2018 - 01:44 France-Croatie et le scandale des matchs truqués



Georges Zeter
Jeudi 9 Août 2018

Tous les parents aiment leurs enfants, enfin je crois, pourtant, si on comparait la conduite automobile à l’éducation, cela reviendrait à remonter une autoroute dans le mauvais sens et le pied au plancher. Oui ! Il faut le dire haut et fort, les parents d’aujourd’hui déconnent complètement. Bon d’accord, facile de tirer sur l’ambulance, car il est vrai qu’une énorme majorité de ces parents tirent le diable par la queue, partent à l’aube et rentrent le soir à l’heure du journal de 20heures totalement vannés par un travail vide de sens, des transports en commun ou des embouteillages; Alors, faire la bouffe, surveiller les devoirs, avoir une conversation, jouer, mettre les gamins au lit vers 21 heures après la douche-brosser les dents...Mission pas possible !
Pourtant, nous sommes dans un pays privilégié comparé au reste du monde ; Nous avons des weekends, 5 semaines de congés payés, des jours fériés, alors pourquoi y a-t-il tant de gamins ingérables, dépressifs, suicidaires ??? 600 de moins de 25 ans se tuent par an, cela fait presque deux par jour...On ne compte plus les pathologies psychiatriques, les addictions, les conduites à risques, la souffrance psychique ou tout simplement le mal-être. J’ai ma petite idée sur la question, elle vaut ce qu’elle vaut, cependant fondée sur mon expérience personnel de parent et aussi en tant qu’enseignant. Voici ce que j’en dis.
« Il est scientifiquement prouvé que le cerveau a la capacité de se relier à l’environnement. Malheureusement, avec l’environnement et les nouveaux styles parentaux que nous fournissons à nos enfants, nous dirigeons leurs cerveaux dans une mauvaise direction et contribuons à leurs problèmes dans la vie quotidienne. » Je cite Victoria Prooday, une thérapeute spécialisée dans l’interrelation entre enfants-parents-professeurs. Et oui, l’inné et l’acquis, ce dernier se formant dans un environnement, c’est simple à écrire mais très compliqué à mettre en place. Se poser la question ? Est-ce que nos enfants grandissent dans un environnement qui leur permettra plus tard de devenir des adultes épanouies ? Je réponds par un massif NON !!! Alors, qu’est-ce qui ne va pas ?
D’abord : Il y a quand même des enfants difficiles et malgré les efforts des parents pour fournir un environnement équilibré, ces enfants là, malgré tout l’amour du monde continueront malheureusement d’avoir des soucis. Ce ne sont pas de ceux là dont je vais parler ici ; mais de ceux, la majorité dont les problèmes sont grandement façonnés par les facteurs environnementaux que leurs parents, avec les meilleures intentions, fournissent à leur descendance.
J’affirme que les enfants d’aujourd’hui sont privés de fondements d’une enfance saine, tels que:
Des parents disponibles au niveau émotionnel - Des limites et directives clairement définies - Des responsabilités - Une alimentation équilibrée et un sommeil adéquat et régulier - Du mouvement et du plein air - Des jeux créatifs non supervisés - De l’interaction sociale - Des opportunités pour les temps libres et contre l’ennui.
Au lieu de cela, les enfants ont :
Des parents distraits numériquement parlant - Un style parental indulgent, « copains » qui laissent les enfants « diriger le monde » - Le sens du droit plutôt que du devoir - Un sommeil inadéquat et une alimentation déséquilibrée - Un mode de vie sédentaire, à l’intérieur - Une stimulation sans fin dans le vacarme - Des baby-sitters technologiques - Une gratification instantanée et une absence de moments calmes.
Pas étonnant que ces pauvres gamins perdent la boule, en fait ils vivent plus ou moins comme les adultes de leur entourage : dans l’agitation permanente, l’irresponsabilité, les excès, vautré dans le canapé, et regarder toutes les 3 minutes le IPhone... Je viens de décrire des gens que vous connaissez non ? Tout ce que je viens d’énoncer est sous le coup du bon sens, comme si j’expliquais que lorsqu’on mange on doit mettre les aliments dans la bouche et non pas dans l’oreille...On en est là !
Combien de fois en commençant mes cours entre 8 et 9 heures toutes mes classes étaient complètement dans le cirage, je demandais juste comme ça à quelle heure mes élèves s’étaient couchés... onze heures, minuit et +. Une autre question juste comme ça : quels sont ceux qui ont eu une conversation cette semaine avec vos parents, par exemple à table le soir ? 2 ou 3 mains se levaient sur une classe de 30... Par contre si je collais un élève j’avais les parents sur le dos dès le lendemain qui défendaient leur rejeton bec et ongle comme si j’avais martyrisé le petit trésor; dans ce cas là je laissais tomber en me disant que je n’étais pas là pour donner une éducation à un petit morveux. Le pire, c’était les rencontres prof/parents, où devant l’élève je disais à sa mère « votre fils participe bien, il a une attitude très positive en classe par contre où ça blesse c’est au niveau du travail personnel, des devoirs », la réponse invariable : « oh, vous savez Monsieur Zeter, il n’aime pas travailler le soir ! » et moi j’avais envie de lui répondre « et le matin non plus ! Mais qui est le parent ici ? Qui doit commander ? » mais cela aurait été comme pisser dans un accordéon (oui ! je suis créatif et alors ?). Ne parlons pas du nombre incalculable de fois où j’ai entendu « vous n’avez pas le droit » « J’AI le droit » ; pour ça ils/elles en ont des droits mais en ce qui concerne les devoirs, les responsabilités...Et surtout ne jamais reconnaître ses erreurs, défendre l’indéfendable, « l’ouvrir » à tous propos, devoir se battre chaque jour pour que ces petites et petits seigneurs disent simplement « bonjour ! »... Pour tout dire, j’ai retrouvé en beaucoup de mes élèves les travers de leurs ainés...Comme on dit « les chiens ne font pas des chats ».
C’est pourtant pas si compliqué, mais il faut y passer du temps et de l’énergie et avec beaucoup d’amour ; eux, les mômes, testent sans arrêt pour trouver les limites car cela fait parti de leur construction, et s’il n’y en a pas de limite ? Et bien curieusement ils ont peur et sont stressés et deviennent intenables. Il faut définir des limites, les expliquer clairement et s’y tenir, et surtout ne pas oublier qui est l’adulte, le parent et ne pas être un pote ! Offrez aux enfants un style de vie bien équilibré et rempli de ce que les enfants ont absolument besoin, pas seulement de ce qu’ils veulent, et surtout, surtout savoir dire non ! et de manière ferme et définitive. Tout ça tombe sous le sens pourtant ce n’est qu’une minorité de parents qui l’applique.
Un des aspects de l’éducation dont on parle jamais c’est qu’un enfant, particulièrement un préado, ado s’ennuie, ce qui est normal ! Et oui, car l’ennui est le moment où la créativité se réveillera. C’est là où un petit enfant va parler à un copain imaginaire, et ou plus grand il s’inventera des personnages ou copiera ceux de fiction. Les parents ne doivent pas sans arrêt être des pourvoyeurs de « divertissements », d’amusements. Il est important qu’un enfant se crée son univers, il formera ainsi son caractère ; alors qu’aujourd’hui les pauvres gamins ne peuvent plus être des mômes tellement ils sont inscrit à des « activités dirigées » multiples.
Je penses qu’il y a quelques « trucs » important à transmettre : la responsabilité et l’indépendance. Ne pas trop les protéger en cas de petit échec. Cela permettra de les entraîner à avoir les compétences nécessaires pour relever les défis de la vie, et enfin, se taire lorsqu’on a fait une bêtise, reconnaître ses erreurs et en assumer les conséquences.
Simple non ?

Georges Zeter/aout 2018



Jeudi 9 Août 2018


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires