Opinion

Alégrie: Plaidoyer pour un avenir énergétique cohérent


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 15 Novembre 2017 - 11:43 L'arbre qui ne cache plus la forêt

Mardi 24 Octobre 2017 - 11:16 Algérie, Maroc, seul l’essentiel nous incombe


"Le spectacle du monde ressemble à celui des Jeux olympiques: les uns y tiennent boutique; d´autres paient de leur personne; d´autres se contentent de regarder."

Pythagore


vdida2003@yahoo.fr
Vendredi 22 Août 2008

Alégrie: Plaidoyer pour un avenir énergétique cohérent

Professeur Chems Eddine Chitour


Depuis plus d´un mois, le pétrole a perdu 35 dollars, soit 25% de son prix du 11 juillet 2008 (record à 147$, soit avec un euro à 1,58 dollar près de 95 euros). Il faut rappeler qu´en 1980 le prix du baril était à 35 dollars, soit près de 90 dollars actuels. Souvenons-nous du battage médiatique qui a accompagné cette ascension. Les pays pétroliers, au premier rang desquels les pays arabes de l´Opep, étaient rendus responsables de l´étranglement du monde industrialisé. Personne n´a parlé à l´époque du Venezuela producteur important, pourtant bête noire des Américains, ni même de la Russie pourtant deuxième producteur mondial- on en parle maintenant que pour la diaboliser et on indexe son retour sur la scène internationale par les dollars engrangés indûment sur le dos du monde libre! - Par ailleurs, les pays arabes, constamment sur la défensive, ont fait des assauts d´allégeance à qui mieux mieux. Il faut savoir que les prix du pétrole obéissent en théorie à des fondamentaux liés à l´offre et la demande, mais aussi, dit-on, à la psychologie des acteurs de la scène pétrolière internationale. Dans la réalité, les Etats-Unis jouent le rôle principal par trois paramètres que eux seuls maîtrisent: le niveau des stocks de sécurité aux Etats-Unis, la consommation, mais aussi les facteurs géostratégiques qui peuvent précipiter à la hausse ou à la baisse les prix.
Cependant, tous les "analystes", qui arrivent à tout expliquer...après coup et même l´Opep, avaient prévu mordicus que les prix du pétrole allaient dépasser les 150 dollars; voire les 200 dollars; le pétrole, dit-on, entamait une tendance haussière! C´était sans compter sur la réalité, la spéculation et l´AIE, véritable gendarme du monde dans le domaine. Qu´on en juge! Il faut savoir que l´Agence internationale de l´énergie a été créée en 1975 par Henri Kissinger comme arme contre l´Opep. Son objectif est de discipliner les pays membres pour "réguler" le marché. L´arme fatale est l´obligation faite aux membres de constituer des stocks de sécurité d´au minimum 30 jours en cas de crise, conflits. On remarquera au passage que cette façon de faire est en contradiction totale avec les lois du marché. La " main invisible " dont parle Adam Smith est, dans les faits, une vue de l´esprit puisqu´on crée une abondance artificielle en déstockant, en clair en n´allant pas sur le marché pour se ravitailler. Cette abondance factice fait chuter les prix et il est toujours loisible au pays qui a déstocké d´acheter quand les prix sont au plus bas!!

A quoi sert l'Opep ?
De ce fait et comme l´avait prédit Henri Kissinger, moins de dix ans après l´avènement de l´AIE, l´Opep n´existait plus en tant que force chargée de défendre les intérêts des pays producteurs. La meilleure preuve est qu´avec l´avènement du pétrole " Brent " de la mer du Nord, " l´Arabian Light ": marker crude, qui a servi pendant les trois décennies précédentes, fut abandonné au profit du Brent et de tout un tas "d´instruments nouveaux" permettant des achats à terme "les futures ", de " barils papiers ", du marché spot, de net back...De fait, l´Opep étant la seule institution permise encore par la mondialisation, a un rôle, celui de discipliner les pays de l´Opep avec un chef de file: l´Arabie Saoudite dont la politique est indexée sur les desiderata américains qui lui offrent, ainsi qu´aux pays du Golfe, une sanctuarisation de leur territoire. En clair, toute l´agitation de l´Opep n´est qu´une façade, les décisions se prennent en Arabie Saoudite. Nous l´avons vu en juin quand le président Bush lors d´un déplacement pour aller témoigner son soutien à Israël pour son soixantième anniversaire, a fait un crochet par Riyad pour demander au roi d´ouvrir les vannes. Ce que fit le roi en inondant le marché alors que tous les spécialistes, pour une fois, étaient d´accord- le président de l´Opep en tête- et soutenaient que le marché était correctement approvisionné et que l´envolée était due à la spéculation. Rien n´y fit, le marché n´était pas demandeur, mais l´Opep s´est exécuté!! Pourtant, même aux Etats-Unis d´après un sondage publié le 16 juillet par la coalition multisectorielle Stop Oil Speculation Now, 80% des 800 Américains interrogés estiment que les spéculateurs jouent sur les cours du pétrole et plus des deux tiers d´entre eux s´expriment en faveur d´un renforcement de la réglementation dans ce domaine. Ce que tente de faire le Congrès américain en trainant les pieds...

Les prix ont atteint le 11 juillet plus de 147 dollars. Depuis, les mêmes analystes, qui avaient prévu un baril à 150 dollars ou même 200 dollars en fin d´année, ont surfé sur la dégringolade du baril qui a perdu, en un mois, plus de 35 dollars, c´est-à-dire 25%. Et là, les informations concernant la chute du pétrole se sont faites de plus en plus rares. Il faut vraiment aller les chercher sur des sites spécialisés, il faut se souvenir que durant l´ascension il ne se passait pas d´heure sans que l´on annonce sur le ton de la catastrophe que le pétrole est en train de compromettre la croissance.
Bref, le pétrole a perdu 25% de sa valeur et aucun pays de l´Opep ne bouge, ne serait-ce que pour retirer les centaines de milliers de barils injectés par les Saoudiens et qui ont contribué à la chute. Les rentiers sont tétanisés et chacun revoit à la baisse ses achats ou ses placements sans essayer de défendre le prix pour arriver à le stabiliser.


Les raisons invoquées pour "expliquer arès coup" la chute des prix
Elles sont multiples! Il y a d´abord, comme écrit plus haut, la contribution de l´Opep par l´Arabie Saoudite en noyant un marché qui n´était pas demandeur. Naturellement, on trouve toujours des explications a posteriori: "La demande traditionnellement forte en été en Chine, au Proche-Orient et en Asie n´a pas suffi à contrebalancer l´énorme déclin de la demande de pétrole dans les pays de l´Ocde lors du deuxième trimestre (de 2008)", a encore noté le cartel. En ce qui concerne les récentes baisses du prix du pétrole, le cartel estime qu´il s´agit de la conséquence des prévisions économiques plus faibles que prévues dans les pays riches, qui vont peser sur la demande alors que les exportations de brut de l´Opep ont été augmentées et que le dollar américain s´est un peu ressaisi. Le prix du panier des 13 bruts des pays membres de l´Opep a atteint son niveau le plus bas depuis trois mois, à 109 dollars le baril, le 12 août dernier. Sur les marchés vendredi 16 aout, les prix du pétrole repartaient en direction du seuil de 110 dollars le baril, les modestes gains enregistrés en milieu de semaine ne résistant pas à la perspective d´une décélération de l´économie mondiale et d´un recul de la consommation mondiale d´or noir.
Les tensions, qui restent patentes entre la Russie et la Géorgie, ne soutiennent apparemment plus le marché pétrolier, étant peut-être passées au second plan face aux considérations météorologiques. Pourtant, le président russe Dimitri Medvedev a promis une "riposte écrasante" à toute nouvelle agression contre des citoyens russes, faisant référence au conflit ossète. L´ouragan tropical Fay a fait son apparition dans le détroit de Floride lundi dernier après avoir traversé Cuba sans avoir causé de grands dégâts.
Ce fléchissement s´explique par la prise en compte, par les acteurs du marché, de la réduction de la demande aux États-Unis, bien que la tendance reste à la hausse sur le long terme. Il semblerait que les opérateurs spécialisés dans le pétrole aient finalement conscience de la réaction du grand public face à l´augmentation des prix de l´énergie. Comme l´explique Joel Fingerman, président du cabinet de conseil Fundamental Analytics.com, "pendant toute une période, les investisseurs n´ont tenu compte que de ce qui sous-tendait la hausse et ont ignoré tout facteur pouvant motiver une baisse. Mais maintenant que les consommateurs renoncent à leurs Hummers et à leurs pick-up, ils commencent à se préoccuper du phénomène".
Si les opérateurs ont, jusqu´ici, parié sur la demande croissante des pays en développement comme la Chine ou l´Inde, la baisse de la consommation américaine commence à envoyer des signaux que le marché ne peut ignorer. De plus, les chiffres publiés le 16 juillet par le ministère de l´Énergie américain montrent que les stocks de brut atteignent 296,9 millions de barils, soit 3 millions de plus que prévu, alors que les analystes tablaient sur un déclin des réserves. Quant à Joel Fingerman, il s´appuie sur la réduction de 5% de la demande d´essence enregistrée aux États-Unis par rapport à la même période l´an dernier pour évoquer "un changement structurel sur le marché de l´automobile" et insiste sur la chute des ventes des gros véhicules commercialisés par General Motors et Ford ainsi que sur la recrudescence de l´utilisation des transports publics. Ford a converti 4 usines de Hummer en usines pour la fabrication de petites cylindrées
Dans la mesure où la consommation quotidienne des Américains représente un quart de celle du monde entier, la baisse de la demande outre-Atlantique influence tout le reste du marché, ce qui commence à se refléter sur le marché. Le baril pourrait retomber à 80 dollars d´ici à la fin de l´année. "C´est le début de la fin, dit-il. Les données fondamentales pointent de plus en plus vers une baisse." Un autre opérateur du marché, Edward L. Morse, économiste chargé de l´énergie chez Lehman Brothers, estime que le cours du pétrole devrait se stabiliser autour de 90 dollars d´ici à 2009. "La chute de la demande est stupéfiante, notamment aux États-Unis", déclare-t-il. Nous y voilà encore des prévisions qui ne reposent sur aucun fondement!
Les professionnels estiment que sur le long terme, la croissance de la demande des pays émergents comme la Chine et l´Inde, devrait prendre le pas sur le ralentissement constaté aux Etats-Unis et au Japon. Le dollar, passé mercredi pour la première fois depuis deux semaines sous le seuil de 1,57 dollar pour un euro, est d´abord soutenu par la baisse continue du pétrole, parvenu en dessous des 125 dollars le baril. "La force du dollar reflète les attentes en hausse d´une remontée des taux d´intérêt par la Fed et la baisse des prix du pétrole, et a également profité des profits que les marchés d´actions ont réussi à dégager", a encore expliqué M.Henderson, jeudi 14 aout .
Selon l´Agence internationale de l´énergie (AIE), dans son dernier rapport de début août, il est trop tôt pour annoncer la fin de la crise du pétrole qui s´est abattue l´année dernière sur les marchés énergétiques de la planète. L´Agence américaine d´information sur l´énergie (EIA) a fait savoir qu´aux Etats-Unis, la demande a chuté de 800.000 barils par jour pendant le premier semestre 2008. Il s´agit du plus fort recul enregistré depuis vingt-six ans. L´EIA l´explique par le ralentissement de la croissance économique et la hausse des prix du pétrole. "Il semble que le pétrole se dirige vers un prix à deux chiffres", a estimé Phil Flynn, d´Alaron Trading. Une décélération de l´économie mondiale risque de peser sur la demande pétrolière, qui a, d´ores et déjà, reculé aux Etats-Unis. Les automobilistes américains ont ainsi parcouru environ " vingt milliards de kilomètres " de moins dans le pays en juin qu´à la même période de 2007, soit une baisse de 4,7% de la consommation d´essence.
Pour conclure, il faut ajouter le fait que le dollar s´échange à 1,47 dollar pour un euro, un niveau plus vu depuis le 20 février. Le dollar a gagné environ 5 ¨%. Il vient qu´en perte sèche, le baril a perdu 20%. Pourtant parmi les matières premières, le blé a établi un nouveau record. Il a atteint un nouveau record lundi 12 aout à Chicago. La tonne de blé cotée sur NYSE Euronext atteint actuellement 284 euros. Il y a deux ans encore, le cours de cette céréale s´établissait autour de 110 euros. On explique cela par la demande mondiale qui a fortement progressé depuis 2006. Elle est tirée par la croissance des pays émergents comme l´Inde ou la Chine. Un pays comme l´Algérie a vu sa facture alimentaire doubler en passant à 4,7 milliards de dollars. Et s´il n´y avait pas de pétrole? comment aurions nous fait?

Qu´en est-il de l´Algérie?
Beaucoup de pays, notamment les pays rentiers, ont pensé " placer " leurs excédents dans des fonds souverains. Emblèmes du rééquilibrage économique Nord-Sud, sources d´inquiétudes autant que de fantasmes, les fonds souverains confirment leur montée en puissance dans l´économie mondiale. Ce mouvement n´en est qu´à ses débuts. Ces géants de la finance, dont la puissance financière pourrait être multipliée par cinq d´ici à cinq ans, passant de 3000 milliards de dollars à 15.000 milliards de dollars, s´intéressent maintenant à d´autres secteurs de l´économie. Pour Alain Demarolle, il va falloir s´habituer à voir ces grands investisseurs s´installer durablement dans l´économie des "vieux pays développés". "Les fonds souverains constituent l´une des principales sources de liquidités. De plus en plus, la demande d´investissement au Nord va rencontrer l´offre au Sud".(1)
Avec 300 milliards de dollars, l´Arabie Saoudite occupe la quatrième position, suivie du Koweït avec 250 milliards de dollars, de la Chine avec 200 milliards de dollars, de la Russie avec 158 milliards de dollars, et du Qatar avec 50 milliards de dollars. La Libye, le Canada, la Malaisie, l´Iran et le Kazakhstan ont créé également des fonds souverains. Devons-nous faire de même? Avons-nous les moyens? Certains de nos ministres sont pour, d´autres contre. En fait, les 120 milliards de dollars placés d´une façon frileuse aux Etats-Unis, perdent plus qu´ils ne rapportent. Pourquoi cette frénésie de pompage que rien ne justifie. Au risque de me répéter
" notre meilleure banque est encore notre sous-sol. " A titre d´exemple, les 20% perdus sur le dollar sont équivalents pour le million et demi de barils produits, à environ 30 millions de dollars par jour de perte sèche soit, à cette cadence, près de un milliard de dollars sur l´année! Il est vrai que l´on nous promet 80 milliards de dollars. Qu´allons-nous en faire?
La vérité est que nous n´avons pas de cap, nous ne savons pas où nous allons. La politique énergétique, qui devrait être un vecteur structurant de la politique du pays au même titre que la politique de l´eau, la politique alimentaire, voire la politique en matière scientifique, est à créer. Nous gaspillons d´une façon paresseuse, comptant sur un Etat providence et rentier qui règle les problèmes à coups de subventions. Y a-t-il un pilote dans l´avion? Qui pourrait donner des raisons d´espérer à ce peuple harassé par la détermination de ceux qui nous gouvernent à s´installer confortablement dans les temps morts, pensant que le temps travaille pour nous. Ce qui est un tort. On s´en aperçoit tous les jours par le retard scientifique qui devient chaque jour de plus en plus difficile à rattraper.


1.Anne Michel: Les fonds souverains s´installent durablement dans les pays occidentaux. Le Monde du 31.07.2008

Pr Chems Eddine CHITOUR

Ecole Polytechnique Ager



Vendredi 22 Août 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires