Propagande médiatique, politique, idéologique

Alain Duhamel et les dérives du journalisme politique : le fond sérieux contre la surface « people » ?


Le dernier livre d’Alain Duhamel- Les prétendants 2007 - propose le portrait de quinze des candidats potentiels à l’élection présidentielle avec l’ambitieux objectif - si on se fie à l’énoncé de la quatrième de couverture - « de mesurer les chances et les aptitudes des candidats à la candidature. Avec, bien sûr, une part de subjectivité, contrepartie nécessaire à la franchise ». On se doute qu’un ouvrage aussi important, rédigé par un auteur prolixe et un chroniqueur multimédia, méritait une promotion intensive. Une promotion assurée entre autre dans l’émission Café Bazard sur France inter, présentée par Mathieu Vidard [1].


Mardi 14 Mars 2006






L’occasion de découvrir un petit peu, à l’écoute des ses analyses fulgurantes, ce que sont les exigences d’un prétendant au titre de journaliste sérieux, sa conception du métier et cette « part de subjectivité » qu’il revendique.



Le sens du sérieux


À plusieurs reprises, interrogé sur sa conception du travail de journaliste politique, Alain Duhamel relève certaines dérives. Et notamment, face à une tendance dominante qui privilégie les analyses superficielles et un traitement « people » des questions politiques, il défend un journalisme de contenu qui s’intéresse avant tout aux débats de fond et aux idées.

Ainsi :

Alain Duhamel : - « Euh, si. Je trouve un peu que c’est comme ça. Parce que c’est la société qui est comme ça, en ce moment. Pas simplement le journalisme politique et c’est vrai que on parle trop des hommes... des femmes d’ailleurs, et en plus de façon quelquefois un peu dérisoire et pas assez des idées. Et je dirais que les français ont leur part de responsabilité parce que les mêmes par exemple qui disent "quel scandale de parler de la vie privée de untel !" se précipitent pour acheter le journal qui bat ses records de diffusion dans ces cas-là. Alors je pense qu’il y a à la fois... un vrai défaut dans le journalisme politique, trop people ça c’est vrai, et en même temps un peu d’hypocrisie des français qui disent "c’est mal mais qui se précipitent". »].

Dont acte. On s’attend donc à entendre des analyses portant sur du vrai contenu et du débat d’idées pur et dur...

Comme dans cet extrait, sans doute :

- Mathieu Vidard : - « De Sarkozy à Jospin en passant par Chirac, Besancenot, Le Pen, vous proposez donc une sorte d’évaluation de ces prétendants, et alors au sujet de Fabius vous dîtes qu’il a une tête de Président : ça ressemble à quoi une tête de chef d’Etat, comme ça ? »
- Alain Duhamel : - « Ben, je pense que, il en a d’abord l’allure physique, je veux dire... Vous savez il y a des gens qui, quand ils entrent dans une pièce, effacent un peu les autres, ils sont là et c’est eux qui comptent, c’est comme ça... Bon, c’est vrai de Chirac hein, c’est vrai de Sarkozy, c’est vrai de Jospin, et c’est vrai de Fabius, il est comme ça. C’est quelqu’un qui a du charisme, bon. »

Un trombinoscope en guise d’analyse politique ? Voilà qui ne se situe pas si loin d’un journalisme politique privilégiant un peu la « surface » des choses. Mais sans doute ne s’agit-il que d’un moment de détente. Ne préjugeons pas du contenu du livre ni de la suite de l’émission...

Alain Duhamel : - « Quand ils [les responsables politiques] ont quelque chose de sérieux à dire, ils aiment bien le dire avec moi ». Et de jouer les modestes : « c’est peut-être pas la vérité, puis on n’est pas son meilleur propre juge ». Avant de laisser croire que c’est son « sérieux » qui risque de le desservir :

- Alain Duhamel : - « [...] Peut-être que ça veut dire que quand ils ont quelque chose de plus drôle à faire, ils préfèrent d’autres. »
- Mathieu Vidard : - « Mais ça leur arrive souvent d’avoir des choses drôles à dire, les hommes politiques, franchement ? »

- Alain Duhamel : - « Ça leur arrive, oui. Il y en a qui ont... »
- Mathieu Vidard : - « Ah oui, quand même ?... »
- Alain Duhamel : - « Ben, je sais pas, François Hollande, il a de l’humour. Il peut être vraiment drôle. »
- Mathieu Vidard : - « Alors il parait qu’il a beaucoup plus d’humour d’ailleurs en privé que dans l’image qu’il donne de lui-même ? »
- Alain Duhamel : - « Ah même ! Non, je trouve que non, d’abord il est rapide et ensuite il a un regard qui est malicieux, et puis l’humour, c’est instinctif de toute façon, hein, on l’a ou on l’a pas, on n’apprend pas, Ben lui, il en a. Voilà. Ségolène n’a pas d’humour, lui a de l’humour. »

Chacun aura mesuré la profondeur et le sérieux de cet essai comparatif. Passons.

Plus loin, l’animateur et son invité évoque la campagne de publicité de la chaîne de radio concurrente RTL, et son utilisation des images de personnages politiques au sein de montages photographiques :

- Mathieu Vidard : - « Alors il parait que Ségolène justement était furieuse ? Parce qu’on leur a pas demandé leur avis ? »
- Alain Duhamel : - « Oooh... Non. Mais eux, on leur a pas demandé leur avis parce que... Mais bon, on leur a pas demandé leur avis... Ségolène était furieuse, oui elle était pas très contente... Bon, François Hollande trouvait que c’était pas mal,... je sais pas peut-être qu’elle se trouve, j’en sais rien... Peut-être que ça lui plaisait peut-être pas d’être derrière son mari, même si elle était deux marches plus haute sur l’affiche. Voilà... Franchement c’est pas très grave... ».

Chacun aura mesuré la profondeur et le sérieux de cette analyse iconographique. Passons encore.

Quelques instant plus tard, nullement déconcerté par les questions de plus en plus graves, Alain Duhamel nous offre des fragments d’analyse qui, dignes d’un conseiller en communication, sont évidemment à cent lieues d’une analyse « people » de la vie politique.

- Mathieu Vidard : - « Alors la bête médiatique dans ce livre c’est Strauss-Kahn, ou pas ? Quel est le meilleur sur un plateau de télévision ? Il y a Noël Mamère aussi qui n’est pas mauvais ? ».
- Alain Duhamel : - « Oui, mais Noêl Mamère est très bon. D’ailleurs, c’est ce que je dis, c’est un professionnel, mais enfin il est bon. Il est le bon, sur un plateau il est bon, il est intéressant d’ailleurs. Même quand on n’est pas d’accord avec ses idées, ce qui est mon cas, il est intéressant. Je pense que chez les socialistes, le meilleur sur un plateau, c’est Strauss-Kahn... Encore que la dernière fois il ait un peu loupé son émission à mon avis. Mais enfin normalement c’est le meilleur parce que justement, il a son poids personnel, qu’il a sa réflexion personnelle, et je pense que ça se sent puisqu’il a une autorité naturelle. Je pense que le meilleur à droite, c’est Sarkozy, sur un plateau de télévision, là incontestablement, puis il y en a beaucoup qui sont très mauvais... ».

L’évocation des « bêtes » de plateaux télés semble même devenir un gimmick :

- Mathieu Vidard : « Besancenot, c’est le souffle de la jeunesse dans le paysage politique, comment ses aînés l’ont traité d’ailleurs au début ? »
- Alain Duhamel : - « Besancenot, c’est un visage nouveau et sympathique avec de très très vieilles idées qui sont complètement déconnectées par rapport à la réalité du monde d’aujourd’hui. Complètement. Bon, Hè mais lui c’est un personnage sympathique, intéressant à interroger, et puis assez drôle parce que... »
- Mathieu Vidard : « Mais on le ménage plutôt, les autres politiques le ménagent plutôt. C’est quoi c’est la peur d’être ringardisés ou... ? »
- Alain Duhamel : « Oui, c’est le benjamin, c’est le benjamin en plus il a une bonne tête et il se comporte enfin... il dit ce qu’il a à dire euh... Non, le problème c’est quand il commence à proposer une solution, parce que là n’importe qui de raisonnable sait bien que ça n’a aucune chance de s’appliquer. »

« Intéressants », « bons », « mauvais », « sympathiques », « le meilleur normalement », « très vieilles idées » etc. On peut ne pas réclamer des analyses politiques de haute tenue ou de longs développements qui seraient sans doute trop « fastidieux » dans le cadre d’une émission d’une heure. Mais, force est de constater que ces propos, sans être tout à fait dans le registre « people » dénoncé plus haut, ne relèvent pas franchement de considérations particulièrement rehaussées, notamment par leur précision !

Heureusement pour le mieux-disant culturel, les deux interlocuteurs sont de temps en temps interrompus par des vraies questions des auditeurs, pas si portés que ça sur le registre « people ».

Le sens de l’amitié


Ainsi, celui-ci qui interroge Alain Duhamel sur la récente consultation controversée du ministre de l’intérieur, par un éminent responsable de la radio Europe 1, préalable au choix de la nomination d’un journaliste à un poste clef, auditeur qui s’interroge également sur le doute que cette affaire fait planer sur l’indépendance souvent affichée des journalistes vis-à-vis des pouvoirs politiques :

Réponse en trois temps du confrère sur son confrère.

Premier temps : ne pas généraliser.

- Alain Duhamel : « Absolument nan, nan, mais je suis très content de votre question, alors d’abord je pense que si on est de bonne foi, il faut pas généraliser c’est pas parce qu’il y a ce cas-là qui est posé qu’il faut - je vais vous répondre sur ce cas-là bien entendu - mais il y a... parce qu ’il y a ce cas-là qu’il faut dire, "donc ça se passe comme ça partout et c’est normal". Non ! »
- Mathieu Vidard : « Non, c’est le plus éclairé en ce moment en tout cas... »

Deuxième temps : noyer le poisson.

Alain Duhamel : - « Non ça se... enfin moi je... J’ai assez souvent vu du recrutement de journalistes politiques, hein, puisque ça faisait partie aussi de ce dont je m’occupais, je peux vous dire que c’était pas les hommes politiques qui les choisissaient, ça c’est clair. Pas les hommes politiques qui les choisissaient. Je dirais, depuis les années, la fin des années 70, parce que avant, si. Bon, mais maintenant non, bon. D’autre part en l’occurrence, ce qui s’est passé, ... je dis pas ça parce que Jean-Pierre Elkabbach est un de mes meilleurs amis, mais en même temps c’est un concurrent donc... ce qui s’est passé c’est en fait, c’est que comme souvent quand il doit faire un recrutement, il a demandé systématiquement à des dizaines de personnes, des journalistes dont moi d’ailleurs, je peux vous le dire au passage ! Mais à des dizaines de personnes qu’il voyait, "tiens ben on va changer". Il faut parce qu’il y avait une fille qui était d’ailleurs une bonne journaliste qui était partie ailleurs, il faut la remplacer vous avez des idées vous ? Il a demandé ça à plein de gens. Il a eu le tort de le demander à Sarkozy, je pense qu’il a eu tort de le demander à Sarkozy. Et je pense pour dire les choses, attendez, je pense pour dire les choses que par-dessus le marché, Sarkozy a eu tort de s’en vanter parce que un des défauts de Sarkozy c’est qu’il se croit toujours au centre de toutes les décisions, qu’il veut démontrer qu’il est l’homme le plus important du monde, et que c’est retombé sur le nez de Jean-Pierre Elkabbach. Mais c’est pas Sarkozy qui aura choisi le prochain journaliste politique d’Europe 1, sûrement pas et je dirais même que, si il y avait eu, ce que je ne crois pas du tout hein... mais s’il y avait eu la tentation qu’il soit associé à une décision, elle a forcément disparu maintenant. Celui qui sera choisi ne sera pas son poulain, ça c’est sûr ! »

Voilà un style de « langue de bois » qu’on avait plutôt l’habitude de relever... chez les responsables politiques interrogés par Mr Duhamel.

- Mathieu Vidard : « Est-ce que Elkabbach le regrette ou pas ? »
- Alain Duhamel : « Oh sûrement... »
- Mathieu Vidard : « Ben sûrement vous le savez vous l’avez au bout du fil quand même... ? »
- Alain Duhamel : « Je vous dis, sûrement. »
- Mathieu Vidard : « Oui... C’est une gaffe pour vous ? »
- Alain Duhamel : « Oh ben, c’est une maladresse, oui, c’est évident. Mais, en même temps c’est insignifiant ce que je vais dire c’est que ... il a dit ça à lui comme il a demandé ça à Hollande etc... pour une raison toute bête hein qui est... d’ailleurs qui pourrait m’arriver, mais qui est, il s’agissait là de choisir un jeune journaliste. Les jeunes journalistes c’est plus sa génération, il les connaît pas vraiment, il sait pas vraiment qui est bon ou mauvais, d’ailleurs moi je ne le sais pas non plus. Et il demandait ça un peu à tout le monde, à tous les gens qu’il rencontrait, "vous avez une idée, vous savez qui, vous pensez... est-ce qu’il y a quelqu’un que vous avez remarqué... ?", bon il a eu le tort de le demander à Sarkozy et Sarkozy a eu tort de s’en vanter, voilà. »
- Mathieu Vidard : « Alors Sarkozy consultant donc, pour Europe1... »
- Alain Duhamel : « Non ! Non... Non... »

Nous voilà pleinement rassurés... Toujours sur la question des « collusions des journalistes avec les hommes politiques », un autre auditeur aborde le délicat sujet du couple Béatrice Schonberg/Jean-Louis Borloo, avec en toile de fond le délicat débat sur l’indépendance journalistique.

- Mathieu Vidard : -« [...] cette question pour parler de la présentation du journal télévisé de France 2. Qu’est-ce que vous pensez du fait justement que la présentatrice soit la femme d’un ministre ? Béatrice Schonberg, Borloo... » >
- Alain Duhamel : - « Ben ce qui me choquerait beaucoup, ce serait que, ait été choisie la femme d’un ministre. Bon, en l’occurrence, c’est pas le cas. C’est une journaliste qui était et qui est présentatrice à la télévision, et qui était déjà présentatrice, qui s’est mariée avec un ministre . Alors là c’est compliqué parce que d’un côté, ça créé une ambiguïté, il faut pas tourner autour du pot, c’est évident. J’ai pas envie d’entendre Béatrice Schonberg parler de Jean-Louis Borloo, ça c’est clair... Et j’ai pas envie non plus de l’entendre parler, même de tout ce qui de près ou de loin touche aux responsabilités ministérielles de Jean-Louis Borloo. »

« De près ou de loin » ? Alain Duhamel suggère-t-il qu’il faut donc lui interdire de parler de toute la politique gouvernementale... ? Visiblement, la question est si délicate que les principes doivent être très souplement appliqués, comme nous l’apprend la suite...

- Alain Duhamel : - « En même temps, c’est une bonne journaliste qui fait bien son travail, et euh... est-ce qu’il fallait la punir et dire puisque vous vous mariez avec un ministre, ou d’ailleurs avec un leader de l’opposition ça aurait été pareil, est-ce que puisque vous êtes mariée avec un homme politique, vous devez démissionner ?... »
- Mathieu Vidard : - « Comme l’a fait Anne Sinclair d’ailleurs... »
- Alain Duhamel : - « Comme l’avait fait Anne Sinclair. Mais Anne est quelqu’un qui a beaucoup de principes , que j’aime beaucoup d’ailleurs, Anne Sinclair, que je connais beaucoup mieux que je ne connais Béatrice Schonberg, et dont j’avais salué à l’époque l’initiative, mais euh... je pense que, imaginer qu’une femme ne puisse pas faire honnêtement son travail, euh... c’est aussi une approche un peu réductrice de l’indépendance de la femme, je pense qu’il y a une carrière...


Perfidie involontaire ? Car, enfin, si une journaliste qui quitte un poste important en raison de son union avec un personnage politique est quelqu’un qui a des principes, c’est donc que celle qui ne le fait pas n’en a pas. Laissons cela : la question de l’indépendance des journalistes ne se réduit pas à celle de leurs relations matrimoniales. Mais sur l’arrière-plan social de toutes les relations de connivence, notre commentateur « profond » n’a rien à nous dire...

Le sens de la nuance


Alain Duhamel est aussi ce journalisme attentif aux nuances qui le distinguent des éditorialistes qui, à défaut de penser exactement comme lui, pensent dans le même sens que lui. Hors de ce cercle, c’est la nuit noire où toutes les voix se confondent. Il peut donc leur faire dire n’importe quoi. A ces amis aussi d’ailleurs quand il s’agit de les défendre. Qu’on en juge par ce bilan de la campagne référendaire.

Citation intégrale du passage :

- Mathieu Vidard : - « Une question de Betty : lors du référendum la presse parisienne a taxé la France du non de raciste, de protectionniste, de régionalisme etc... mais 80% de oui dans la presse parisienne, est-ce que ça n’est pas a contrario la preuve d’un repli et d’un quant-à-soi parisianiste ? »

- Alain Duhamel : - « Alors ce que dit cette auditrice qui est tout à fait libre bien entendu de ses convictions, mais est complètement faux. Jamais j’ai entendu quelqu’un dire des partisans du "non", que ce soit des candidats ou que ce soit des électeurs à fortiori, "ce sont des racistes, ce sont des crétins etc..." C’est de la blague ça ! Moi j’étais franchement pour le "oui", j’ai toujours respecté et les hommes politiques et les femmes politiques, et a fortiori les électeurs qui avaient d’autres idées, d’autant plus que comme je connais un peu les sujets, je sais à quel point c’est compliqué, et je sais que le "oui" n’était pas la solution universelle qui allait brusquement rendre le monde heureux, et régler nos problèmes bien entendu. Que c’était un choix entre deux solutions très imparfaites toutes les deux. Mais l’idée que l’on aurait exclu tous les gens et tous leurs porte-parole, c’est de la blague ce n’est pas vrai ! Et que eux, en revanche, les militants... Alors il y avait des sites que je me faisais sortir, qui étaient d’une violence comme si le fait d’être pour le "oui", c’était la preuve qu’on trahissait l’intérêt national, qu’on n’aimait pas les français je veux dire... Il y avait vraiment des exagérations qui étaient pas très raisonnables. »


Ouf ! Reprenons notre souffle, bien qu’Alain Duhamel ait enchaîné sans laisser aux auditeurs le temps d’assimiler la première partie de sa longue tirade. Des affirmations péremptoires, des omissions affligeantes, une falsification outrancière des critiques. Et ce n’est pas fini :

« Alors sur l’autre point que soulève votre auditrice, qui est "est-ce qu’il y avait trop de oui au fond parmi les journalistes influents à Paris" ? Ben oui. Il y avait trop de "oui" d’ailleurs je l’ai dit à France Culture notamment. J’ai même fait une suggestion de quelqu’un pour une chronique du "non", je pense que c’est jamais sain quand il y a trop d’accords. Mais en l’occurrence, je relève deux choses. La première c’est que le fait qu’il y ait beaucoup de concentration autour du "oui" n’a strictement rien changé au résultat, peut-être même l’inverse, peut-être même l’inverse... peut-être que la concentration du "oui" a renforcé le "non", bon... Et puis la deuxième chose c’est que c’est vrai que sur ces questions européennes qui sont tellement compliquées, ceux qui connaissaient bien les dossiers avaient tendance à être quand même pour le "oui", les uns avec enthousiasme, les autres avec regret ou avec réserve... ».

On renverra donc Alain Duhamel, lui qui affirme lire « six heures par jour pour essayer de comprendre ce qui se passe hein... », à la lecture du petit livre Médias en Campagne, notamment un certain chapitre intitulé « Les merveilles de la pédagogie (p. 56) ».


Pour un journalisme politique de haute culture


Finissons délicieusement sur cette question d’une auditrice :

- Mathieu Vidard : - « Cette question d’Emeline. Elle souhaite passer le concours de journaliste, le CUEJ. Elle aimerait savoir ce que vous en pensez, elle aimerait savoir aussi quel parcours vous avez suivi, bon ça on l’a déjà un petit peu dit... »
- Alain Duhamel : - « Oui ben moi, c’était une autre période malheureusement... »
- Mathieu Vidard : - « Alors sur cette volonté, ce désir de devenir journaliste quelle est la meilleure école peut-être pour vous, la meilleure voie ?... »
- Alain Duhamel : - « Alors, je pense que il y a deux choses. Il faut l’apprentissage minimal des techniques du journalisme, bon ça c’est... Il y a plusieurs écoles qui les proposent. Mais qu’il faut, alors ça c’est vraiment très très important, une culture générale de base, historique, économique, politique évidemment vraiment solide et que ça... Bon, j’espère que la filière qui est en train de se mettre en place, enfin qui commence à exister à Sciences-Po pour le journalisme, va y répondre, mais on a encore des progrès à faire. »

Au vu des éléments de jugement mobilisés, au moins dans cette émission, pour illustrer la vocation et la fonction de journaliste politique, on se demande si toutes ces qualités requises sont vraiment indispensables.

Benoît Chartron

- Lire aussi, dans « Lu, vu, entendu n°23 » : Eloges de la raison.




_________________________________________________
[1] Une émission que le site de France Inter présente ainsi : « Une émission pour questionner, discuter, rebondir sur un exploit, une personnalité, un fait de société qui aura marqué l’actualité très récemment.[...] Pour cela, Mathieu s’entourera de spécialistes qui sauront répondre aux questions des auditeurs [...]. Chaque vendredi, une personnalité qui a fait l’actualité de la semaine ou du mois, répondra, en direct, aux questions des auditeurs. »


acrimed


Mardi 14 Mars 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires