EUROPE

Aider la pêche n’est pas compatible avec l’Europe de Lisbonne


Dans la même rubrique:
< >


Samedi 24 Mai 2008

Aider la pêche n’est pas compatible avec l’Europe de Lisbonne

Tout le monde le sait. Même Sarkozy, de passage au Guilvinec il y a quatre mois, avait admis que faute de disposer d’un gazole détaxé à 30 centimes d’euro le litre, la pêche française est condamnée à disparaître.

Cependant, les cours du brut s’envolent. Le baril est à 135 dollars et le gazole s’achète à 0,75 centimes le litre, en hausse de 29% depuis décembre !

Notons d’abord que la rémunération des marins-pêcheurs obéit à un calcul très particulier, appelé « rémunération à la part », qui les rend très vulnérables à toute hausse du prix des carburants. Pour calculer les salaires, le patron prend pour base le chiffre d’affaires. Sur cette recette, 55% reviennent en général à l’armateur et le reste à l’équipage. Mais d’abord, il déduit les frais : taxes, criée, vivres, entretien, glace et surtout carburant, dont le prix représente désormais la moitié des coûts de la pêche. Par l’effet mécanique de la hausse du carburant, les rémunérations des matelots basculent dans le négatif !

Acculés à la faillite personnelle et économique, les pêcheurs ont lancé la contestation. Michel Barnier a dû trouver des astuces pour calmer la situation. En aides directes, les marins-pêcheurs disposeront de 22 millions d’euros à condition que cette mesure puisse être « requalifiée en aide d’urgence pour être eurocompatible » (dixit Le Figaro), car Bruxelles, c’est-à-dire les traités de Maastricht et de Lisbonne, interdisent toute aide directe accusée de conduire à une distorsion de la concurrence.

Refusant de rétablir le fonds gazole, car « on n’est plus à Moscou du temps d’une économie administrée où l’on fixe le prix du pétrole », le ministre de la Pêche trouve donc un autre mécanisme permettant d’aboutir à un résultat similaire, mais étiqueté « mesure d’ordre social individualisée », et donc échappant aux foudres de la Commission qui gronde. Au lieu d’abaisser le prix du gazole à la pompe, on rembourse à chaque marin-pêcheur individuel le surcoût. Comme le formule Le Figaro : « A compter de la prochaine marée, c’est-à-dire début juin, l’Etat compensera le part de gazole payée par chaque marin, de telle sorte qu’elle ne dépasse pas les 40 centimes d’euro par litre. » Tout ceci permettra, peut-être, de calmer temporairement les marins-pêcheurs sans affronter la tempête financière qui nous attend. Car Goldman Sachs spécule depuis avril sur un baril à 200 euros et sur la hausse des denrées alimentaires. Dans ce cas, nous serons tous des marins-pêcheurs.

Pour creuser le sujet : focus

http://www.solidariteetprogres.org http://www.solidariteetprogres.org



Samedi 24 Mai 2008


Commentaires

1.Posté par Zorro m.d.s le 24/05/2008 14:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand est ce que cette génération "bienvenu chez les chtis" va comprendre ça?
Quand comprendront ils qu accepter les miettes corporatistes de la divisions ne peut qu encourager le gouvernement à persévérer.
C est la mort de l Europe ou la leur...et pour tuer le pachyderme européen seul l union sera efficace.Sans compter que le pouvoir renforce les forces de l ordre dans l optique de réprimer durement les manifestations, à la manière de M Tatcher.
Faut il que le sang coule?

2.Posté par Michel Roudot le 29/05/2008 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'état n'a pas le droit de subventionner la consommation de gazole, OK, et de toutes façons ce serait objectivement reculer pour mieux sauter (exploser). Par contre il a tout à fait le droit de subventionner la reconversion vers des modes de pêche moins énergivores que le chalutage en boeufs. Qu'attend il ? le feu vert de Total ?

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires