Propagande médiatique, politique, idéologique

Ahmadinejad critique l'unilatéralisme des grandes puissances



Jeudi 19 Février 2009

Ahmadinejad critique l'unilatéralisme des grandes puissances
En Occident, il est une tradition bien établie en saison électorale : elle consiste pour certaines catégories de candidats à promettre de tout chambarder, de tout refaire, de tout recommencer pour pallier aux manques et colmater les lacunes.

En temps de crise sociale, économique ou politique, un tel discours a la miraculeuse vertu de séduire plus d'un électeur pour la simple et bonne raison qu'il n'existe de meilleur remède à la dépression généralisée que l'espoir.

Or il n'est pas rare que cette séduisante promesse de changement s'évapore dans le confort douillet du pouvoir. A Yazd, au centre de l'Iran, où il est en visite officielle, le Président Ahmadinejad a souhaité très sincèrement que Barack Obama ne fasse pas partie de cette catégorie de beaux parleurs politiques. Il l'a mis en garde contre la curieuse tendance que partagent presque tous les présidents américains dès qu'ils franchissent les portes du bureau ovale et qui consiste à dire une chose et à faire le contraire.

Affirmer vouloir changer de cap en matière de politique étrangère, se montrer désireux d'entamer le dialogue avec tout le monde sur fond de respect et d'équité ne peut cadrer, par principe, avec la volonté de perpétuer la logique belliciste qui a régné tout le long de deux mandats de Bush sur les Etats-Unis d'Amérique.

L'Amérique ne peut jouer au maître du monde et prétendre, dans le même temps, avoir du respect pour le désir d'indépendance et de souveraineté des pays. Elle ne peut continuer à occuper l'Irak, à étendre sa guerre en Afghanistan, à contaminer le Pakistan et l'Inde voisins, à écraser la Palestine sous le poids de son soutien à Israël et dire qu'elle est l'amie des peuples de la région et à l'écoute de leurs souffrances.

Bref, Obama ne peut faire du "Bush" sans que les populations de la région lui prêtent les mauvaises intentions, l'obstination guerrière, la dérive unilatéraliste qui ont été celles de son prédécesseur. A vrai dire, les 8 ans de "bushime" aux Etats-Unis ont été si catastrophiques pour les peuples du Moyen-Orient et leurs impacts, si dévastateurs pour leur présent et leur avenir que ces derniers ne peuvent se permettre la moindre erreur. Ils ne peuvent se laisser berner par des larmes de crocodiles. Ces peuples-là, comme l'a souligné Ahmadinejad, veulent plus que de beaux discours ; ils veulent du concret, du palpable, du vrai.

Intervention télévisée du Président Ahmadinejad

Le Président de la République islamique d'Iran, Mahmoud ‎Ahmadinejad s'est adressé, lors d'une intervention télévisée, à la nation et ‎expliqué ses points de vue au sujet de la politique intérieure et des questions ‎internationales. Il a souligné que la participation massive du peuple iranien à ‎la marche du 22 Bahman, marquant le 30ème anniversaire de la victoire de la ‎Révolution islamique d'Iran, comportait un message universel pour résister ‎face aux puissances arrogantes. Le front de l'arrogance, a-t-il précisé, a ‎abouti à l'impasse et le processus des questions internationales fait état ‎d'une évolution qui est en passe de survenir dans le monde, une évolution ‎qui sera articulée autour des aspirations à la justice, et qui mettra un terme à ‎la domination des puissances arrogantes sur la destinée des nations du ‎monde. « La situation actuelle du monde est tout à fait différente de celle du ‎passé. La modification des équations politiques et le passage de l'ère de ‎l'unilatéralisme marquent la grande évolution qui est en cours sur la scène ‎internationale » a-t-il ajouté, dans une allusion directe aux objectifs qui ont ‎conduit à la révolution islamique qui vient d'entrer dans sa quatrième ‎décennie. Une révolution qui a laissé ses effets et impacts sur le plan ‎international, en particulier, le rejet de l'hégémonie et le respect de la dignité ‎humaine et la quête de la justice. De ce point de vue, les propos du Président ‎Ahmadinejad comportent des points importants qui sont liés au sort de la ‎société internationale. Les analystes politiques estiment que les difficultés et ‎les crises, survenus, ces 50 dernières années, dans la région et le monde, sont ‎dues à la domination et aux visées colonialistes des puissances mondiales. ‎Mais cette équation à sens unique est, arrivée, aujourd'hui, au bout du ‎chemin. Et le nouveau mot d'ordre de changement avancé, par la nouvelle ‎classe dirigeante, aux Etats-Unis, résulte de cette impasse dans laquelle se ‎trouvent les puissances arrogantes. Et si le changement dont le nouveau ‎Président américain parle, ne se réalise pas, leur impuissance à résoudre les ‎questions mondiales et à répondre aux exigences des nations du monde ‎pourrait se révéler au grand jour. Or, il faut s'attendre pour voir si les ‎changements dont on parle se traduiront, dans les faits ? ‎

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Jeudi 19 Février 2009


Commentaires

1.Posté par bernard 01 le 19/02/2009 16:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

apprenez que tout flatteur vit au dépend de celui qui l'écoute (LA FONTAINE)le corbeau et le renard.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires