Conflits et guerres actuelles

Afghanistan : quand l’OTAN et George Soros voulaient légaliser l’opium



Samedi 6 Septembre 2008

Afghanistan : quand l’OTAN et George Soros voulaient légaliser l’opium
Un grand débat s’ouvre en France pour examiner l’effort militaire français dans la lutte contre le terrorisme en Afghanistan. Ce combat passe inexorablement par la mise en place d’un dispositif efficace contre la culture du pavot et le trafic de l’opium qui, comme la plupart des services secrets le reconnaissent, fournit des revenus conséquents à la mouvance des talibans, aussi bien en Afghanistan qu’au Pakistan, où se trouvent ses arrières bases.

Comment expliquer, en dépit de la présence de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) de l’OTAN, le boom formidable qu’a connu la production du pavot, qui fait de l’Afghanistan le premier pays producteur fournissant 93% de l’héroïne mondiale ?

En 2001, après la chute des talibans, les tâches d’aide à la reconstruction furent réparties parmi plusieurs pays occidentaux. L’Allemagne allait former la police, les Italiens aideraient à la formation du système judiciaire, les Etats-Unis à la formation de l’armée nationale. Les Anglais, pour leur part, allaient prendre en charge la « lutte » contre la drogue…

Les Anglais et leurs alliés dans l’OTAN ont systématiquement veillé à ce que jamais cette lutte ne puisse aboutir. Celui qui a pris les choses en main depuis juin 2007 est le Baron Mark Malloch-Brown, un ami intime du spéculateur américain George Soros —grand partisan de la dépénalisation de la drogue. Cet ancien haut responsable des nations unies, actuellement à la tête du Ministère britannique des Affaires Etrangères (Foreign Office) et du Commonwealth, occupe au même temps le poste de vice-président du Quantum Fund de Soros, dont le siège se trouve aux Antilles néerlandaises, un paradis fiscal réputé pour blanchir l’argent de la drogue. Si officiellement Malloch-Brown plaide aujourd’hui en faveur d’une aide aux « pauvres paysans afghans » et affirme désormais que la légalisation de la drogue en Afghanistan n’est pas possible, l’Angleterre continue à s’opposer systématiquement à l’épandage par voie aérienne des cultures du pavot, élément incontournable pour réussir cette lutte.

Par la force des choses, la politique antinarcotique anglaise fut un tel « échec » que, selon un article du site internet de l’hebdomadaire Der Spiegel du 6 juin 2007, « un changement de stratégie pourrait être à l’horizon. Les gouvernements de Berlin, Paris et Rome, ainsi que le commandement de l’OTAN, discutent une nouvelle idée potentiellement explosive : la légalisation de la production d’opium en Afghanistan. Le plan envisage d’acheter légalement les récoltes de pavot au même prix qu’ils obtiennent des barons de la drogue. Le produit pourrait ensuite être vendu à l’industrie pharmaceutique… »

Le quotidien anglais The Guardian du 10 novembre 2007 précisait la « nouvelle politique anglaise en Afghanistan : acheter les récoltes aux producteurs au lieu de les détruire ». Et le journal poursuivait : « Lord Malloch-Brown est récemment revenu d’Afghanistan pour dire à ses collègues : ‘Le département en charge du développement international examine si nous pouvons mettre en place un cadre de travail à long terme, que l’on pourrait éventuellement décrire comme l’équivalent afghan de la Politique agricole commune, qui, en achetant légalement les récoltes, leur offre plus de revenus que ceux provenant de l’opium. » D’ailleurs, précisait Malloch-Brown, « il n’y a que les Américains » qui préconisent l’épandage par voie aérienne…

Ainsi, il devient clair que sans traiter « le problème britannique » dans l’OTAN, la vie de nos soldats sera mise en danger par les talibans de la City de Londres, plus sanguinaires encore que ceux d’Afghanistan. A nous de les prendre en embuscade !

Pour creuser le sujet : focus

http://www.solidariteetprogres.org/ http://www.solidariteetprogres.org/



Samedi 6 Septembre 2008


Commentaires

1.Posté par alex le 07/09/2008 01:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La prohibition des drogues est la plus grosse arnaque que les etats et les mafias ont mis en place avec les guerres .
Mafias et Etats(Francais,americains,Anglais,et tous les autres en fait)veulent la maintenir sous pretexte de sante publique alors que cela n'empeche aucune personne de se procurer de l'heroine,cocaine ou autre.Les mafias,les gros,sont satisfaits de cette situation.
En l'etat le traffic de stupefiants permet a l'argent sale de circuler,d'etre blanchi et d'acheter de l'armement.Et a certains de s'en foutre plein les poches.
Et la,on voit bien l'interet pour les puissances occidentales de maintenir la guerre en Afghanistan,en tout cas c'est une raison supplementaire.L'epandage de champs de pavots permet le rencherissement du produit,c'est tout.
la guerre a la drogue est un mythe,c'est une guerre contre la nature humaine.

Rensignez vous sur la Cia en Amerique du sud,Pasqua et feu le Roi Hassan 2 du Maroc et bien d'autres qui trouvent leur interet dans cette prohibitionet vous comprendrez pourquoi il faut legaliser toutes les drogues et que leur commerce ne doit plus se trouver entres les mains de personnages aussi abjectes.

2.Posté par roudoudou le 07/09/2008 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A lire sur le sujet : "la politique de l heroine" d alfred Mc Coy
Historique sur le trafic de l opium depuis le 15eme siecle et plus particulierement au XXeme siecle

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires