Conflits et guerres actuelles

Afghanistan : comment les britanniques et Cheney protègent l’opium



Jeudi 28 Août 2008

 Afghanistan : comment les britanniques et Cheney protègent l’opium
Un article publié par Le Figaro du 23 août fait le bilan de l’échec du gouvernement Karzaï dans la lutte antidrogue, en s’appuyant sur les déclarations de Thomas Schweich, ancien coordinateur de la lutte antinarcotique pour les autorités américaines (secrétaire adjoint du Bureau of International Narcotics and Law Enforcement Affairs).

Joint par Le Figaro, Schweich a confirmé ses propos au vitriol publiés le mois dernier dans le New York Times Magazine « Is Afghanistan a Narco-State ». Pour lui, la lutte anti-drogue est « un échec complet jusqu’ici » dont les talibans tirent le plus grand bénéfice.

Si en 2006, les autorités afghanes annonçaient une production d’opium en baisse, Schweich n’était pas dupe et anticipait que la production allait exploser. En effet, en 2007, l’Afghanistan s’est hissé au chiffre record de 93% de la production mondiale d’héroïne.

Dès 2006, Schweich s’est entretenu avec le vice-président américain Dick Cheney, la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice et Donald Rumsfeld, le secrétaire d’Etat à la Défense de l’époque, pour les avertir de cette réalité et ses conséquences militaires.

Le premier responsable désigné par Schweich : « le président afghan Karzaï lui-même » est entièrement corrompu et soucieux de garder des bonnes relations avec ses pairs pachtouns du Helmand au sud du pays, dont il compte obtenir le soutien lors des présidentielles de 2009.

Mais selon le responsable, ce « narco-état » afghan, « se repaît de la pusillanimité du Pentagone » écrit Le Figaro. Si le quotidien français adopte un ton diplomatique, l’article du responsable américain n’y va pas de main morte quand il affirme que le « Pentagone était hostileà la mission antidrogue ».

Schweich rapporte que le Lieutenant Général Karl Eikenberry, en charge des opérations de l’armée américaine en Afghanistan, a affirmé à Anne Patterson, du Bureau of International Narcotics (BIN) que certes, la drogue était une chose mauvaise, mais que d’après les ordres reçus, la drogue n’était pas la priorité de l’armée US en Afghanistan.

Patterson, ex-ambassadrice américaine en Colombie, lui a rappelé alors que les FARC Colombiens finançaient leur guérilla avec l’argent de la cocaïne. Eikenberry a répondu que le Pentagone avait une stratégie « séquentielle » : « battre les talibans, et laisser quelqu’un d’autre régler la question de la drogue », alors même que l’argent de la drogue finance directement les talibans.

Cependant, raconte Schweich, « les militaires anglais étaient encore plus hostiles que les militaires américains à la mission antidrogue. Les forces britanniques – basées au Helmand – ont même parachuté des tracts et ont acheté des annonces à la radio pour faire savoir aux criminels locaux que le déploiement de l’armée anglaise ne faisait pas parti de l’opération anti-drogue. J’ai dû prendre un vol pour Bruxelles afin de montrer un de ces tracts au Commandement des forces de l’OTAN pour mettre fin à cette campagne d’information contreproductive… »

Schweich a dénoncé le fait que les Britanniques ont fait pression sur les autorités américaines afin qu’elles ne s’avancent pas dans un combat efficace. Le Major Général Britannique Peter Gilchrist, ancien commandant adjoint des forces alliées en Afghanistan et actuellement stationné à Washington, lui a signifié que son plan « n’était pas acceptable » pour l’Angleterre.

« L’Angleterre, écrit Schweich, apparemment rejointe par la Suède (qui déploie moins de 500 hommes dans des régions où il n’y a aucune culture de pavot), a envoyé des lettres à Karzaï pour lui sommer de rejeter des éléments fondamentaux du plan américain ».

Thomas Schweich dit pourtant avoir essayé de convaincre ses interlocuteurs afghans de soutenir une campagne d’éradication aérienne du pavot, seule à même, selon lui, si elle est combinée avec des mesures d’aide aux cultures vivrières, de produire des résultats. Karzaï s’y serait opposé avec la dernière énergie.

Schweich fait aussi voler en pièces le mythe qui dit que le pavot constitue la seule ressource traditionnelle des « pauvres paysans afghans ». Il indique notamment que 80% des terres utilisées pour la culture du pavot dans le sud, sont des cultures nouvelles. Depuis deux ans, c’est l’opium qui est venu y remplacer les cultures traditionnelles de légumes, du coton et du blé. En dépit des prix record des céréales, les grands producteurs d’opium ont surtout profité de la complaisance politique et de l’absence de toute opposition pour démarrer des productions à grande échelle.

Cette analyse a été confirmée début 2008 par un rapport de l’ONU qui démontre que la culture du pavot décroît dans les régions pauvres tandis qu’elle s’accroît dans les régions riches !

Pour creuser le sujet : focus

http://www.solidariteetprogres.org http://www.solidariteetprogres.org



Vendredi 29 Août 2008


Commentaires

1.Posté par émis le 28/08/2008 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Plus de 9000 Tonnes d'héroines s'écoule chaque année de l'Afghanistan,90% de la production mondiale,pour un budget de plus de 40 milliard par an ,peut on m'expliquer s'il vous plait,comment des Talibants ou des paysans Afghan font la production et l'exportation de ses substances dans leurs situation actuel et de quel manière protèges t'ils les récoltes et emploient ils les bénéfices.

Et pourquoi les US finance t'ils encore une guerre qui est couteuse économiquement et militairement,qui semble interminable et qui n'aboutit a aucun résulta.

2.Posté par redk le 28/08/2008 12:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Assassins, voleurs, menteurs et trafiquent de drogue, décidément toutes les tares cette "axe du bien" !!!

3.Posté par berserk le 28/08/2008 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pendant que des soldats français sont mort en afghanistan même pas un jt pour dénoncer ce trafique de drogue à grande échelle qui finance ceux contre qui ils se battent. qu'on vienne même pas me parler de démocratie en france.

4.Posté par ali le 28/08/2008 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

40 milliards, c est le chiffre du premier intermediaire. Une fois que la droque est sortie du pays dans des camions de l OTAN ou de l ONU, elle est acheminee par l US Airforce qui a l immunite ! c est le deuxieme intermediaire. Ensuite, la drogue est acheminee dans le monde entier en deux intermediaires supplementaires : direction le pays et direction le dealer principal du pays. Le dealer principal du pays est par la suite organise en reseaux de ville avec des trafficants jusqu aux dealers a la sauvette dans les villes, quartiers, ecoles, .... bref, generalement, chaque intermediare double le prix. S il y a 10 intermedirares, cela fait 2^10=1024. AU final, l argent de l hero, c est 40 000 milliards .... Et generalement, l armee est a _ intermediaires de la livraison finale, et elle n achete pas ni ne revend que en dollars, mais aussi en armes, informations ....
http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=6768


5.Posté par ami le 28/08/2008 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Afghanistan: les barons de l’héroïne par la grâce des Etats-Unis


Mondialisation.ca, Le 13 septembre 2007
Horizons et débats

Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Imprimer cet article

En Afghanistan, sous la tutelle des «libérateurs» états-uniens et avec la participation des troupes de l’Otan, on engrange cette année la plus grande récolte d’opium que le monde ait jamais vue. Selon les rapports de l’ONU, il y avait eu, en 2006 déjà, la plus grande récolte d’opium de l’histoire. Elle avait dépassé le record précédent de 60%. Probablement ce record sera battu de façon massive cette année encore.

Tandis que le trafic d’opium était presque entièrement bloqué et défendu sous le régime des Talibans, l’occupation de six ans a rendu possibles de nouveaux records concernant la culture du pavot somnifère et la production d’opium brut. Cependant, l’Afghanistan n’exporte aujourd’hui plus guère l’opium brut, car le pays a réussi à augmenter «la plus-value» à l’intérieur du pays – l’Afghanistan exporte aujourd’hui de l’héroïne pure!

L’héroïne n’est plus produite dans des caves-laboratoires, mais dans de vraies fabriques à partir d’opium brut. Des millions de litres des produits chimiques nécessaires sont importés en Afghanistan et on les transporte sur les routes qui ont été construites comme «aide aux Tiers-Monde». Comment une chose pareille a-t-elle pu se passer? La réponse nous est donnée par l’ancien ambassadeur anglais en Ouzbékistan, Craig Murray: «La réponse est simple. Les quatre auteurs principaux de ce jeu sont tous membres du gouvernement afghan pour lequel nos soldats se battent et meurent. Quand nous avons attaqué l’Afghanistan, l’armée de l’air états-unienne a recouvert le pays de bombes, pendant que la CIA a armé et équipé les barons de la drogue et les seigneurs de guerre afghans pour qu’ils effectuent les opérations terrestres – puis nous les avons nommés ministres. Le président Karzai est un bon garçon. Mais personne ne croit réellement qu’il a voix au chapitre dans le pays. Les Etats-Unis ignorent ses vœux de manière glaciale. Et avant tout, il n’a aucune influence sur les barons de la drogue et les chefs de tribus dont chacun contrôle strictement son domaine et dont chacun s’enrichit personnellement avec le trafic de drogue.

Tout cela, je l’ai appris pendant mon séjour en tant qu’ambassadeur en Ouzbékistan. J’étais près du ‹pont de l’amitié› à Termez et j’observais les véhicules qui transportaient l’héroïne à travers le pays en direction de l’Europe. Et j’observais les camions-citernes qui roulaient en direction de l’Afghanistan. Mais cependant, j’étais incapable d’amener mon propre pays à entreprendre quelque chose là-contre.»

Et d’ajouter: «Maintenant on récolte de l’opium partout en Afghanistan mais en quantité spécialement grande dans la région contrôlée par le général Abdul Rashid Dostum. Aujourd’hui, le général Dostum est le chef suprême de l’armée afghane. Là aussi mon propre gouvernement n’a reculé devant aucun effort pour cacher ces faits. Il a prétendu que la plupart de l’héroïne provenait de la région contrôlée par les Talibans. Mais cette région est formée en majeure partie de déserts rocheux et infertiles. Il est tout à fait impossible que cette énorme quantité d’opium puisse provenir de cette région.

Le fait que le général Dostum soit l’actuel ministre de la Défense de l’Afghanistan est un signe supplémentaire que notre politique est pourrie. Car ce n’est pas un secret que Dostum fait assassiner prisonniers et opposants de manière atroce. Aussi triste cela soit-il, mais Dostum n’est probablement pas même le pire des marchands de drogue qui siègent au gouvernement afghan sous la tutelle de l’OTAN. Et la prochaine fois que vous entendrez parler du nombre des victimes de la guerre en Afghanistan, n’oubliez pas qu’il faut y ajouter les jeunes gens, dont la vie a été ruinée et sacrifiée par l’héroïne. Eux aussi sont les victimes de notre guerre d’intervention en Afghanistan», a déclaré Craig Murray amèrement.


Source: Internationaler Hintergrundinformationsdienst für Politik, Wirtschaft und Wehrwesen, inter info, partie 344, juillet et août 2007

Traduction Horizons et débats, no 35, 10 septembre 2007

6.Posté par Gin le 28/08/2008 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'Afghanistan est le fournisseur à 90 % de la production mondiale des produits dérivés de l'opium. Vous pouvez engager des centaines de bataillons étrangers...mêmes des milliers, chers décideurs occidentaux. Tant que vous ne vous mettrez pas en tête de détruire les champs de pavots, les troupes occidentales resteront là à se faire tirer comme des lapins au coup par coup. Le manque de résultat est dû au fait que les militaires ne sont pas une brigade anti-stups. La solution la plus simple, c'est de balancer du napalm sur les champs de pavot, source de revenus des terroristes. Pourquoi cette mesure n'a-t-elle pas été prise?

Afghanistan, Géorgie, Irak... les vraies raisons des interventions occidentales sont elles aussi louables ? On nous avance que le rétablissement de la démocratie, les droits de l'homme, la lutte contre le terrorisme, le droit des femmes etc... seraient les raisons de l'intervention des puissances occidentales dans ces pays... Ben voyons... demandez à Dick Cheney qui gère désormais via ses compagnies la production de pétrole en Irak... et le gaz géorgien de la mer caspienne, les richesses de l'Afghanistan (sans parler de l'opium).. A ce compte là pourquoi on n'intervient pas en Arabie saoudite (qui décapite les homosexuels et lapide les femmes adultères), au Pakistan, dans les Emirats... qui sont des démocraties exemplaires évidemment mais alliées des USA... Faudrait peut être appeler un chat un chat : on se fiche royalement de la vie humaine et du devenir des peuples, seul compte l'appât du gain pour le plus grand profit de ceux qui interviennent...


7.Posté par ManOTM le 28/08/2008 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout le monde est d'accord pour dire que sous le régime des talibans la production d'opium s'est réduite a peau de chagrin.

Pourtant aujourd'hui on nous dit que ce sont eux qui en produise en masse pour se financer.

Y a pas qqch d'illogique? Si les "Terroristes taliban" se font des couilles en or avec ce système pourquoi auraient-ils tenté de supprimer la production quand ils avaient la main-mise sur le pays?

8.Posté par Meda le 28/08/2008 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le napalm est balancé sur des êtres humains innocents qui n'ont rien fait du mal à personne pour les exterminer mais pas sur les champs de cultures des pavots où les grands criminels du 21é siécle tirent leurs profits.

9.Posté par LAGARDERE le 28/08/2008 23:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

VOYONS CE N EST PAS POUR L ARGENT QU ILS FONT CELA MAIS JUSTE POUR DETRUIRE LE MONDE AVEC CETTE DOPE.PERSO JE PREFERE LA COLOMBIENNE .

10.Posté par Flow le 29/08/2008 12:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ManOTM a raison; les Talibans détruisaient tous les champs d'opium. Ils sont à côté de la plaque pour beaucoup de chose, mais on ne peut pas leur reprocher cette action. D'ailleurs, c'est certaiement une des raisons qu'y a fait que l'on veuille les renverser. Imaginez les milliards en moins dans les comptes des occidentaux !

11.Posté par Muku le 30/08/2008 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Attention, l'opium ne sert pas uniquement à fabriquer de la drogue pour toxicomanes, il est également utilisé par les géants de l'industrie pharmaceutique (Pfizer, LaRoche, Sanofi-Aventis...). Lorsqu'on sait que ces groupes sont impliquées dans la mort de plusieurs centaines de personnes et qu'ils ont toujours réussi à éviter les scandales médiatiques ; il ne serait pas étonnant d'apprendre que certains d'entre eux participent au financement de la nouvelle guerre de l'opium.

12.Posté par personne le 30/08/2008 22:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quand vous banlancez des propos faites attention generalement il faut des preuves parce ce que les proces en diffamations ça existe

13.Posté par joszik le 30/08/2008 23:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne vois pas qui pourrai se sentir diffamé...?

14.Posté par Babylon le 31/08/2008 16:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faut pas avoire la memoire courte la, les talibans avaient presque reussi a eradiquer l'opium avant l intervention de l'otan dans leur pays ravagé deja par une guerre contre le colosse sovietique, n'oubliez pas aussi que la fortune de la grande bretagne s est faite avec la vente d'opium a la chine et la destruction du tissus sociale de ca pays ( commerce triangulaire ), personne n'a dit qu ils ont changé ou abandonné leur veilles habitudes, la drogue est une arme comme une autre ...

15.Posté par Muku le 01/09/2008 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'après leur chef le Mollah Omar, les talibans envisageaient de supprimer totalement la production de pavot à terme ; mais une partie de la population dépendant de cette culture pour survivre, ils ne pouvaient pas le faire du jour au lendemain. Suite au coup d'état largement soutenu par les USA et la Grande Bretagne, les talibans ont été remplacés par un gouvernement beaucoup plus tolérant vis-à-vis de cette production. La production de pavot aurait augmenté de 4000% depuis 2001 selon l'UNODC (organe officiel de l'ONU). C'est donc très probablement de ce côté qu'il faut chercher.

On se souvient que la presse avait déjà tenté de préparer l'opinion à honnir les talibans avec l'histoire des bouddhas de Bamiyan quelques mois avant le 11 septembre (comme par hasard!).

Les laboratoires pharmaceutiques sont des entreprises à la fois très puissantes financièrement, et très peu scrupuleuses éthiquement parlant. Si vous en doutez, vous pouvez vous renseigner sur l'histoire des héparines (89 morts), le scandale des cobayes humains au Nigéria...sans parler des hypothèses plus ou moins vérifiables sur l'invention du SIDA ou de la grippe aviaire. Les laboratoires pharmaceutiques font partie de ceux qui voulaient mettre la main sur cette réserve de matière première, à l'instar des barons du trafic de drogue qui sont au-dessus des lois.

16.Posté par papou le 02/09/2008 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La drogue est acheminée vers la base américaine de Bronsfeeld (orthographe??) qui est une vraie plaque tournante (la + grande d'Europe) au Kosovo

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires