Conflits et guerres actuelles

Afghanistan : Une évasion massive accentue la crise du régime fantoche des Etats-Unis


De nombreux soldats de l’OTAN et des forces afghanes ont poursuivi durant le week-end la recherche essentiellement infructueuse de plus de 1000 prisonniers qui se sont échappés d’une prison de la ville de Kandahar au sud du pays.


Jeudi 19 Juin 2008

Par Bill Van Auken




Le raid spectaculaire qui a libéré ces prisonniers débuta dans la nuit de vendredi lorsqu’un camion-citerne bourré d’explosif défonça l’entrée principale de la prison de Sarposa. Ensuite, un second véhicule fut utilisé pour créer une brèche dans un mur situé à l’arrière des installations pénitentiaires. Dans la foulée de l’explosion, quelque trente guérilleros sur des motocyclettes armés de mitraillettes et de grenades tuèrent quinze gardes avant d’ouvrir systématiquement toutes les cellules et de transporter des centaines de prisonniers politiques dans des camionnettes.

L’attaque fut une véritable humiliation pour le gouvernement à la solde de l’Occident du président Hamid Karzaï qui a souligné sa faiblesse, son incompétence et sa corruption. Elle souligne de la même façon l’échec de l’occupation de l’OTAN à réprimer l’insurrection croissante, malgré le déploiement record de troupes étrangères dans le pays.

À la suite de l’évasion, les forces américaines ont été victimes samedi de l’attaque la plus mortelle cette année lorsqu’un engin explosif a éclaté sous un Humvee dans la province de Farah, tuant quatre marines américains.

Dimanche, des représentants afghans affirmaient n’avoir réussi qu’à capturer 20 des prisonniers en fuite. Selon un porte-parole de l’OTAN, plus de 1150 prisonniers se seraient évadés. Un sous-ministre au ministère afghan de la Justice, Mohammad Qasim Hashimzai, déclara à l’agence de presse Reuters que l’évasion « était une attaque tout à fait sans précédent ». Il affirma que les responsables du régime « tentent de découvrir ce qui s’est vraiment passé. Nous essayons de déterminer s’il y a eu de l’aide de l’intérieur ».

Une telle « aide de l’intérieur » avait déjà été identifiée lors d’une précédente attaque, où des tireurs avaient infiltré en avril dernier une parade militaire célébrant une fête nationale à Kaboul, et avaient ouvert le feu sur la foule, manquant Karzaï de peu. Des représentants des ministères de la Défense et de l’Intérieur furent arrêtés le mois dernier pour avoir participé au complot.

Ces événements entretiennent internationalement le sentiment que le gouvernement Karzaï est sur le point de s’effondrer. L’évasion est survenue seulement une journée après qu’une conférence internationale à Paris se soit engagée à verser 20 milliards $ pour les efforts de reconstruction en Afghanistan. Cependant, les donateurs se virent obligés dans leurs déclarations d’exiger du régime afghan qu’il combatte la corruption et fasse respecter « la loi ». Nombreux sont ceux qui doutent que les fonds iront au développement national et qu’ils se retrouveront plutôt dans les comptes de banque à l’étranger des partisans de Karzaï.

Drones déployés pour la chasse à l’homme

Dans leur chasse aux évadés, les troupes de l’OTAN avec les soldats afghans, la police et les agents de sécurité ont bouclé les environs de Kandahar, le lieu d’origine des talibans qui ont été chassé du pouvoir lors de l’invasion américaine en 2001. Les forces de sécurité ont érigé des barrages routiers et fouillé les maisons.

Pendant ce temps, les forces dirigées par les États-Unis près de l’aéroport Kandahar ont envoyé des avions-espions, incluant des drones (des avions sans pilote), à l’extérieur de la zone de la ville pour tenter de retrouver les prisonniers manquants.

L’agence de nouvelles française AFP rapportait que l’un des évadés avait informé les journalistes que les fugitifs étaient cachés en zone sûre.

« Ils sont entrés et nous ont libérés », a dit cet homme, qui s’identifiait sous le nom d’Abdullah. « Ceux qui ne pouvaient pas embarquer dans l’autobus se sont échappés à travers les champs de pommetiers. Nous sommes tous en sécurité maintenant. »

Kandahar est à moins de deux heures de route de la frontière avec le Pakistan, où l’on soupçonne que plusieurs des prisonniers se seraient réfugiés.

Les groupes de défense des droits de l’homme en Afghanistan ont dit entre temps que le succès de cette évasion était au moins en partie une indication du traitement horrible qui y était infligé aux détenus, plusieurs ayant été détenus par les forces américaines, et ensuite transférés aux autorités afghanes en vertu d’une entente conclue l’an dernier.

Alors que les représentants du gouvernement et de l’OTAN rapportaient que certains des commandants de second et de haut rang faisaient partis des fugitifs, l’Organisation des droits de l’homme d’Afghanistan (AHRO) a dit que beaucoup parmi les détenus se trouvaient en prison simplement suite à des rafles de sécurité.

Plusieurs centaines de prisonniers faisaient une grève de la faim, et approximativement 40 s’étaient cousu la bouche en guise de protestation contre leur détention sans accusation, dans certains cas pour une durée de deux ans ou plus, victimes de torture systématique.

Les représentants de l’AHRO ont dit qu’ils avaient prévenu le régime afghan que la colère et le désespoir des prisonniers et de leurs familles dans la région étaient une menace majeure à la sécurité.
« Plusieurs des prisonniers qui se sont maintenant échappés de Sarposa ont subi des formes inimaginables de torture et souffrent de sévères problèmes mentaux en raison des abus » a dit le président de l’AHRO, Lal Gul, un mandataire. « Les prisonniers se sont plaint d’agression sexuelle à l’aide de chiens entraînés et de torture physique entraînant la perte de membres ou de parties du corps. Les gens dans la région étaient, de manière compréhensible, outrés par ces abus et ils se sentaient de plus en plus désespérés car la plupart des gens détenus là-bas n’avaient rien à voir avec les talibans. »
Le représentant pour les droits de l’homme a affirmé que les talibans gagnaient de l’appui dans la région, autant en raison de ces abus qu’à cause de la campagne de bombardement américaine qui s’accentue et qui a causé la mort de civils, dont des femmes et des enfants.
Le régime afghan a adopté les standards utilisés par l’administration Bush dans sa supposée « guerre contre le terrorisme », refusant tout droit aux détenus désignés comme étant des partisans des talibans, que ce soit en tant que criminel suspect ou en tant que prisonnier de guerre. Le résultat inévitable a été leur torture, sous la garde des Etats-Unis comme sous la garde afghane.
Près de sept ans après que Washington eut lancé son « Opération liberté immuable » avec des raids aériens et une intervention au sol en Afghanistan avec l’aide de près de 70 000 troupes américaines et de l’OTAN occupant le pays, l’insurrection gagne en force. L’hostilité populaire envers l’occupation étrangère et le régime de Karzaï a été nourrie par le massacre de civils lors de raids aériens américains, par la répression et la corruption du gouvernement et par la pauvreté et la faim persistantes.
Des centaines de gens ont manifesté dimanche contre la mort de civils causée par un bombardement aérien américain dans la province de Paktia, au Sud-Est.
Les attaques provenant des insurgés dans la région orientale du pays, occupée principalement par les troupes américaines, ont augmenté de 50 pour cent en avril, selon les sinistres statistiques fournies par le commandant sortant des forces de l’OTAN dans le pays, le général Dan McNeill, lors d’une conférence de presse du Pentagone donnée vendredi.
Les attaques ont, pour la première fois, amené les morts américaines en Afghanistan à un niveau numériquement plus élevé que celles souffertes en Irak. 17 soldats et marines américains sont morts en Afghanistan le mois dernier, comparés à 14 en Irak. Le nombre de soldats faisant partie d’autres contingents de l’OTAN qui ont été tués dans le pays s’élève à 23, le plus haut total mensuel depuis août dernier. Jusqu’à maintenant, 8 soldats américains ont été tués en Afghanistan ce mois-ci.

http://www.wsws.org http://www.wsws.org



Jeudi 19 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par boulahcen le 19/06/2008 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous êtes vulnérable sur tous les plans. Vous continuerez à mourir ainsi que les israéliens tant que le peuple palestinien n'a pas récupéré ses terres et son indépendance totale. De boulahcen /Kasba Tadla /Maroc

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires