Conflits et guerres actuelles

Afghanistan : Les Forces De L’OTAN S'En Remettent Aux Chefs De Guerre Pour Assurer Leur Protection Et …Maintenir L’Occupation


« …Un rapport publié par le Center on International Coopération à l’Université de New York (NYU) en Septembre indique que des contingents US et de l’OTAN ont fréquemment recruté du personnel de sécurité appartenant clandestinement à des chefs de guerre qui ont des milices privées « prêtes à l’emploi » qui sont en compétition aves les institutions étatiques pour mettre la main sur le pouvoir… »


Lundi 2 Novembre 2009

Afghanistan : Les Forces De L’OTAN S'En Remettent Aux Chefs De Guerre Pour Assurer Leur Protection Et …Maintenir L’Occupation

Les Forces De L’OTAN S'En Remettent Aux Chefs De Guerre

Mercredi le New York Times a révélé qu’Ahmed Wali Karzai, le frère du président Afghan,Hamid Karzai, était rémunéré par la CIA. Cette affaire n’est que la partie émergée de l’iceberg de l’énorme dépendance des forces de contre insurrection US et de l’OTAN aux chefs de guerre afghans pour assurer leur sécurité selon un rapport d’enquêtes récemment publié par des journalistes australien et canadien.

Des contingents militaires américains et d’autres pays de l’OTAN opérant dans les provinces du Sud et de l’Est de l’Afghanistan à majorité Pashtoun ont recruté des milices privées contrôlées par des chefs de guerre afghans pour assurer la sécurité pour leurs bases d’opérations avancées, pour d’autres bases et pour garder des convois.

Le Gl Stanley Mc Chrystal, à la tête des forces US en Afghanistan, a reconnu que les liens entre les forces US et celles de l’OTAN avec des chefs de guerre sont à l’origine de l’hostilité de la population afghane vis-à-vis des forces militaires étrangères. Mais cette politique n’a aucune chance de cesser bientôt car les responsables Américains et de l’OTAN n’ont pas d’autre alternative pour remplacer ces prestations sécuritaires des chefs de guerre.

Un rapport publié par le Center on International Coopération de l’Université de New York ( NYU) en Septembre indique que des contingents US et de l’OTAN ont fréquemment recruté des agents de sécurité qui appartiennent clandestinement à des chefs de guerre ayant des milices privées «prêtes à l’emploi » qui sont en compétition avec les institutions étatiques pour mettre la main sur le pouvoir.

Le rapport cite des exemples de chefs de guerre importants ou de leurs proches ou alliés qui ont été employés pour fournir des prestations sécuritaires dans quatre provinces.

Dans la province d’Uruzgan, à la fois les forces spéciales US et australiennes ont engagé une armée privée commandée par le colonel Matiullah Khan, appelée Kandak Amniante Uruzgan, comprenant 2000 hommes armés, pour fournir des prestations sécuritaires dont dépendent leurs bases. Ce cas a été rapporté en détail en Avril 2008 par deux reporters, Mark Dodd et Jeremy Kelly, pour The Australian.

Khan est payé 340 000$ par mois – soit environ 4.1 millions par an – pour assurer chaque mois la sécurité de deux convois allant de Kandahar à Tarin. Khan, actuellement chef de police de la province d’Uruzgan, a, à l’évidence, obtenu son armée privée de son oncle, Jan Mohammad Khan, un commandant qui a aidé à vaincre les Talibans à Kandahar en 2001, et a alors été récompensé par le Président Karzai en étant nommé gouverneur d’Uruzgan en 2002.

Les forces de défense australiennes ont affirmé à The Australian que Khan était payé par le ministre de l’intérieur afghan pour assurer la sécurité sur les principales voies routières dans la province d’Uruzgan. L’armée australienne avait auparavant refusé de confirmer ou infirmer que Khan était payé par les Australiens.

Mike Blanchfield et Andrew Mayeda, du Can West News Service ont rapporté en Novembre 2007, que l’armée canadienne avait recruté un certain “général Gulalai” pour assurer la sécurité d’une base avancée d’opérations. Gulalai est un chef de guerre du Sud de l’Afghanistan qui a chassé les Talibans de Kandahar en 2001.

Les mêmes reporters ont révélé que le colonel Haji Toorjan, un chef de guerre local allié au gouverneur de Kandahar et au principal chef de guerre, Gul Agha Sherzai, a été recruté pour assurer la sécurité du camp Nathan Smith dans la ville de Kandahar, là où se trouve l’équipe de construction provinciale du Canada.

Blanchfield et Mayeda ont trouvé que l’armée canadienne avaient fourni 29 contrats pour un montant de 1.14 millions de $ à une société identifiée sous le nom de « Sherzai » suggérant fortement que l’ancien gouverneur de Kandahar, devenu gouverneur de la province de Nangarhar, en était le propriétaire.

L’armée canadienne a refusé de confirmer si Gul Agha Sherzai est effectivement le propriétaire.
Dans la province de Badakhshan, le Général Nazri Mahmed, un chef de guerre dont on dit qu’il « contrôle une partie significative de la province de l’industrie lucrative de l’opium de la province» a un contrat pour assurer la sécurité de l’équipe de reconstruction provinciale allemande, selon l’article de la NYU.

Le rapport suggère que les contingents des US et de l’OTAN ont dépensé des centaines de millions de dollars par an pour des contrats avec des prestataires de services sécuritaires afghans la plupart tenant les clés du pouvoir localement et coupables de violations des droits humains.

En plus d’Ahmed Wali Karzai, il a nommé Hashmat Karzai, un autre frère du Président Karzai, et Hamid Wardak, le fils du ministre de la défense Rahim Wardak, comme étant des personnalités puissantes contrôlant des sociétés privées de sécurité qui ont obtenu des contrats de sécurité sans s’être enregistrées auprès du gouvernement.

Deux sources anonymes de l’ONU citées dans ce rapport estiment que 1000 à 1500 groupes armées de sécurité non enregistrés ont été « employés, formés et armés par l’ISAF » et des « Forces de la Coalition » pour fournir des prestations sécuritaires. Les sources de l’ONU estiment qu’il y aurait jusqu’à 120 000 individus armés appartenant à environ 5000 milices privées en Afghanistan.

La plupart des chefs de guerre afghans sont largement vilipendés principalement parce que les armées privées qu’ils continuent de contrôler commettent des vols et autres exactions contre les civils sans avoir de compte à rendre à personne.

En Août dernier, lors de son estimation initiale, Mc Chrystal a parlé de la « colère du public et de l’aliénation » vis-à-vis de l’ISAF, dont il est le commandant, résultant de la perception que l’ISAF est « complice » de « la corruption largement répandue et l’abus de pouvoir ».

Cette remarque suggère que Mc Chrystal, qui auparavant a mis en application cette politique des forces spéciales s’appuyant sur les chefs de guerre afghans pour la sécurité, exprime maintenant son inquiétude concernant les conséquences politiques.

Jake Sherman, un co auteur du rapport de la NYU, a été un responsable politique de l’ONU impliqué dans l’effort pour désarmer les chefs de guerre de 2003 à 2005. Il doute que la politique US d’avoir des liens avec les chefs de guerre va cesser.

« Je ne vois pas comment les contingents US et d’autres pourraient maintenir des bases avancées d’opérations sans payer ces types » a dit Sherman lors d’une interview à IPS ( Inter Press Service).

Au-delà de leur dépendance continuelle aux chefs de guerre, Sherman voit une autre raison de continuer à les financer. Si les commandants militaires US et de l’OTAN essayaient de rompre les liens avec ces milices privées, Sherman a dit que les chefs de guerre «deviendraient en fait une menace sécuritaire ».

Sherman a rappelé que lors de la période qu’il a passé à travailler pour l’ONU dans le Nord de l’Afghanistan, la police locale avait été recrutée pour garder un entrepôt de stockage pour le Programme Mondial Alimentaire à Badakhshan. Après une attaque à la roquette contre l’entrepôt, une enquête avait rapidement déterminé le fait que c’était la police elle-même qui avait mené l’attaque pour faire pression sur l’ONU pour qu’elle recrute plus de gardiens.

La dépendance actuelle des US et de l’OTAN à des armées de chefs de guerre est enracinée dans la politique de l’Administration de George W. Bush dans les premières années après avoir chassé les Talibans fin 2001.

La CIA a financé les commandants des forces qui avaient vaincu les Talibans et leur a fourni des armes et des équipements de communication pour aider les escadrons de contre terrorisme US à localiser ce qui restait d’al Qaeda en Afghanistan.

Les commandants ont utilisé le soutien des US pour consolider leur contrôle politique sur différentes provinces ou régions sous provinciales. Human Rights Watch a observé dans un rapport de Juin 2002 portant sur les nouvelles relations construites entre les US et les chefs de guerre, que «tandis que le gouvernement US ne considère pas cette politique comme soutenant activement les chefs de guerre locaux, les civils ne font pas la distinction et voient les forces de la coalition interagissant ouvertement avec les chefs de guerre ».

Larry Goodson, du National War College, qui a participé en 2002 au processus appelé loya jirga sous lequel le premier gouvernement afghan a été établi, a dit à IPS qu’il avait recommandé dés le départ un processus pour mettre fin à cette domination des chefs de guerre dans lequel on «prend des personnalités inquiétantes et louches et on en fait des patrons moins inquiétants et moins louches ».

Mais les chefs de guerre ont continué à être financés. Goodson rappelle que c’est principalement parce que les troupes contrôlées par les anciens commandants étaient vues comme des «multiplicateurs de forces » dans une situation où on est à court de troupes étrangères.

Gareth Porter Washington 31/10/09 www.atimes.com/IPS

Gareth Porter est historien d’investigation et journaliste spécialiste de politique nationale de sécurité US. Son dernier livre “Perils of Dominance: Imbalance of Power and the Road to War in Vietnam”, a été publié en 2006.

Mireille Delamarre traduction

http://www.planetenonviolence.org/Afghanistan-Les-Forces-De-L-OTAN-S-En-Remettent-Aux-Chefs-De-Guerre-Pour-Assurer-Leur-Protection-Et-Maintenir-L_a2047.html http://www.planetenonviolence.org/Afghanistan-Les-Forces-De-L-OTAN-S-En-Remettent-Aux-Chefs-De-Guerre-Pour-Assurer-Leur-Protection-Et-Maintenir-L_a2047.html



Lundi 2 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par belh le 02/11/2009 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je comprends maintenant, pourquoi le Commandant Massoud c'est fait assassiner, lui était trop intègre pour ce genre de commerce mercantile.

2.Posté par auxaguets le 03/11/2009 12:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Who are Behind the Chaos in Afghanistan?



Dhu al-Qi'dah 14, 1430 A.H, November 02, 2009


In the name of Allah, the Merciful, the Compassionate

The Americans follow contradicting programs in Afghanistan. These contradictions have greatly contributed to the chaos and corruption now rampant in the country. After invasion in 2001, Americans announced the Disarmament, Demobilization and Reconstruction (DDR) program which was aimed at encouraging former warlords and gunmen to surrender their arms for cash incentives, employment opportunities and vocational training. After a time, they left the program uncompleted, and opted to raise their own militias under the name of Campaign and Security Guards.



These so-called security guards escort American and other NATO member countries military and logistical convoys from one province to another, particularly to Uruzgan, Helmand, Farah and other provinces in the south. Some militias are used to detain suspected Afghans. Recently, New York Times disclosed that following the American invasion of Afghanistan, Wali Karzai created the Kandahar Task Force which is involved in various human rights violations.



According to the Times Weekly, Wali Karzai frequently used the Kandahar Task Force against his opponents and on one occasion, they killed police chief of Kandahar province. Similarly, Americans pay tens of millions of dollars to private militia annually for escorting their convoys.

The private militias extort money from common people and levy agricultural tax on farmers named Ushar. They are involved in burglary, kidnapping and other unscrupulous activities. All these are overlooked by the invaders as the militia support them in their fight against so-called terrorism.

Applying The Sons of Iraq replica to Afghanistan, the invading Americans have created militia from among the Afghan minorities in the north of the country. Recently, they created such militia in Qazal Qila and appointed a Turkmen as commander. The Turkmen and Uzbek are ethnical minorities and their militias are notoriously known for human rights violations during the Russian invasion of Afghanistan.

To many observers who closely monitor developments in Afghanistan, these moves by the invading Americans can be part of plan dubbed as Chaostan, which was unveiled by Mc Crystal, American top commander in Afghanistan during his recent speech in London. According to this plan, the Americans want to create chaos in Afghanistan by plunging the country into geographical, racial and religious fighting once again.

Mullah Brader Akhund, Deputy-Amir of the Islamic Emirate of Afghanistan in one of his interviews said that Mujahideen had captured several groups of armed men who were involved in destroying schools and bridges. They admitted that they were paid by foreign intelligence agencies to do so. In this year Eid ul Fitre message, the Amir ul Momineen, Mullah Omar Mujahid instructed all Mujahideen of the Islamic Emirate to disarm armed groups who are involved in encroachment on people’s life, property and honor on the provocation of the enemy.

Similarly, the bomb blasts in congested places, which have killed hundreds of innocent civilians, is of great concern to the Mujahideen and the Afghan people. This year in the holy month of Ramadan, a bomb went off in Kandahar just at the time when people were to break their fast. More than 50 people were killed in the explosion.



The Islamic Emirate denied having hand in the explosion and condemned it as a horrendous and despicable event. Later Dawa Khan Mina pal, a Radio Liberty reporter was detained by police of the Kabul puppet regime when he was trying to investigate the blast to find out who were behind this gruesome event.

Many observers agree that foreign intelligence agencies are involved in anti-human activities to malign the good name of the armed Mujahideen who are fighting Americans and other forces of the NATO member countries. Recently, the Afghan surrogate president Karzai complained in a press conference that unknown helicopters were airdropping armed men in the north.



According to him, these armed men disturb peace and security there. But Mujahideen in the area say, the foreign invaders airdrop the militia there to target Mujahideen hide-outs during the night and they also attack ethnically sensitive areas in order to provoke racial fighting.

The Americans think, by doing so, they can justify the presence of their troops and enlist supporters from among Afghan minorities against Taliban. These hidden agendas are driving our country into an unknown direction. Unequivocally, the foreign military presence in Afghanistan is part of the Afghan problem.



The more they stay in our country, the more, they will plunge our country into chaos and uncertainly. The only solution is that the invaders leave Afghanistan and let the Afghans to form an Islamic government where people from all ethnicities can participate in the government making on the basis of their talent and services to the people. This will vault out the country from the current vortex of conspiracies and ensure peace and stability in Afghanistan and the whole region.


3.Posté par auxaguets le 03/11/2009 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Islamic Emirate of Afghanistan

Remarks of Esteemed Mullah Brader Akhund

Made to Media About Obama’s New Strategy



Dhu al-Qi'dah 11, 1430 A.H, October 30, 2009


In the name of Allah, the Merciful, the Compassionate

After long waiting of one month and dithering about American reinforcement in Afghanistan, it has been unveiled by Carl Levin, Chairman of the Armed Services Committee in the US Senate that Obama wants to get a by-law passed through this committee that would allow giving money and other financial aids to some members of Taliban in order to encourage them part way with the current armed resistance.

We would like to tell Obama that this is an old weapon that has failed already. The British invaders used it in the 19th century but failed; the former Soviet Union used it, it failed too. The Afghan Mujahid people and the Mujahideen at the front lines have vast experiences of the past three decades in this regard and know all tactics used by the enemy.

Seeing that you failed to win the war with the help of your cutting-edge and sophisticated technology; considering that your media failed to make any ground; bearing in mind that your allies are seeking ways to leave the field and that your internal gunmen are not able even to defend themselves; realizing that your newly-formulated policies face failure one after another, then how you would be able to gain success by resorting to this devilish tactic while our people are already aware of the essence of such tactic.



Similarly, considering this decision as a sign of weakness and complete despondency of the enemy, the Islamic Emirate of Afghanistan announces the following points for the moribund rulers of the While House:


1. All Mujahideen of the Islamic Emirate of Afghanistan have been waging Jihad against the Americans and other invaders on the basis of an obligation of their belief and ideas. The terms of moderate (Taliban) and extremists are American-invented terms, which have no physical existence.

2. The Mujahideen of the Islamic Emirate of Afghanistan are not mercenaries and employed gunmen like the armed men of the invaders and their surrogates. Contrarily, the Mujahideen have been carrying out this Jihad for obtainment of independence of the country and establishment of a Sharia system there. This war will come to an end when all invaders leave our country and an Islamic government based on the aspirations of our people is formed in the country.

3. We remind Obama and all rulers of the White House to avoid wasting your time on ways which are not pragmatic but focus on ways, which provide a down-to-earth and realistic solution to this issue. Pull all your forces out of our prideful country and put an end to the game of colonialization by shedding the blood of innocent Muslim people under the unjustified name of terrorism.

4. The Islamic Emirate of Afghanistan warns the rulers of the White House that the huge military expenditure that you shoulder to maintain your military presence in Afghanistan and carry out operations and implement other failed strategies will only deepen your economic crisis and will harm your international reputation. Your people will face more problems and suffer from psychological diseases. You should know that the Afghans laugh at your irrational decision and unpractical strategies.

5. The American rulers should not think that all heroic Afghan nation is like the few well-known Afghan Americans who sell their country and who have received training in the CIA cells for many years. Here in this country, selling one’s country quid pro qu money and government slot is not only a crime according to Islam but also a historical taunt and infamy. Traditionally, it is a shameful act, which is unforgivable. If you do not believe this, then have a glance at the history of Shah Shuja and Babrak Karmal and his cronies, the surrogates of the former Soviet Union. Study what status they had in the eye of the Afghan masses. The Afghans, particularly, the Mujahideen do not want to solve their economic problems of daily life with the donations and other material aids of the intelligence networks of colonialism.



This pious and patriotic people have offered tremendous material and soul sacrifices in the way of their sacred objectives. The Mujahideen have not chosen this path of strife between the truth and the evil to obtain some material goals. They have lofty Islamic and nationalist aims. This war will only end when these goals are achieved. Inshaallah.


Mullah Brader Akhund

Deputy-Amir of the Islamic Emirate of Afghanistan.



Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires