Conflits et guerres actuelles

Afghanistan : Images, Témoignages De Vies Déchiquetées Dans La Sale Guerre De "Nécessité" D'Obama


Les Américains et leurs alliés ont tiré la leçon du Vietnam. Pratiquement aucune photo n’est publiée sur les soldats morts au combat, blessés, souvent


Myriam Abraham
Jeudi 17 Décembre 2009

Afghanistan : Images, Témoignages De Vies Déchiquetées Dans La Sale Guerre De "Nécessité" D'Obama


Demineur Matthew Weston 20 ans
Demineur Matthew Weston 20 ans

Soldat américain tué en Afghanistan
Soldat américain tué en Afghanistan

Des bombes, du sang, des pieds et bras déchiquetés, des membres amputés, des vies sacrifiées pour RIEN

Ces témoignages ci-dessous sont extraits d’un article publié dans le Sunday Times du 13/12/09 intitulé «Blood, Bombs and boys’talks ». Le Sunday Times a obtenu la permission et l’exclusivité, fait rarissime, d’interviewer quelques uns des soldats britanniques les plus gravement blessés. Le journaliste, Thomas James, qui a effectué ce reportage a pu le faire car son frère a lui-même été gravement blessé en Afghanistan, en sautant sur une de ces mines qui font le plus de morts et de blessés au sein des forces US/OTAN. Lui rendant visite quotidiennement il a pu ainsi recueillir les témoignages de ces soldats sacrifiés dans cette sale guerre de « nécessité » d’Obama.

L’explosion a déchiqueté le corps du démineur Matthew Weston (1ere photo ci dessus), alors qu’il fouillait dans la boue à la recherche de mines. Le fusil qu’il portait lui a sectionné la main, la laissant pendante au bout d’un mince filet de chair. Ces deux jambes ont été déchiquetées et il pouvait sentir le sang jaillir de ces deux moignons restants tandis que les infirmiers s’affairaient au dessus de lui pour arrêter le sang bouillonnant avec des bandages et des tourniquets. Le jeune soldat de 20 ans du Régiment 33 d’Ingénieurs se débattait pour s’asseoir mais ses compagnons d’armes l’ont couché au sol craignant un état de choc à la vue de ce qui restait de ces deux jambes.

« J’ai ressenti comme si quelqu’un me donnait des coups sur la tête avec une batte de baseball. J’avais une douleur lancinante dans la tête et mes oreilles sonnaient. «

Ces experts démineurs du Régiment 33 avaient été envoyés débusquer des mines plantées par la résistance afghane dans l’une des zones les plus dangereuses du Helmand sur un chemin de terre connu par les soldats sous le nom de « Pharmacy Road » à la nuit tombée.

Mattew Weston était en tête de l’équipe de déminage mais n’était pas équipé de lunettes de vision nocturne car l’armée britannique/l’OTAN, n’en a pas suffisamment à disposition. Plusieurs autres démineurs ont été sérieusement blessés par l’explosion certains par de profondes lacérations au cou. Evacué par un hélicoptère américain vers l’hôpital de campagne britannique à Camp Bastion, il a été immédiatement opéré ayant perdu beaucoup de sang, une partie de ses intestins et sa rate. Des éclats de bombe lui ont déchiqueté une partie du foie. En arrivant à Bastion il avait encore son genou droit mais les chirurgiens ont été obligés de l’amputer le laissant avec seulement deux moignons à la place de jambes.

Au pavillon S4, les patients sont un mélange de civils et de soldats blessés, dont s’occupent une équipe mixte d’infirmières et de docteurs de l’armée, de la Royal Air Force, de la Navy et du NHS. La plupart des soldats ont sauté sur des IED. Beaucoup ont souffert d’hallucinations après s’être réveillés de leur sommeil sous sédatif ; certains pensaient voir des tireurs d’élite Talibans essayant de les tuer. La plupart d’ entre eux ne pouvaient même plus se souvenir de la façon dont ils ont été blessés, certains même ne pouvaient plus se souvenir de ce qu’ils avaient fait la veille d’avoir sauté sur une mine.

Ils ont perdu leurs yeux, leurs membres, leurs doigts, des morceaux de chair et de muscle, ils ont eu les bras cassés, les poumons écrasés, des blessures graves au cerveau, et des brûlures. Les amputés souffrent de douleurs atroces dans les jambes et les bras, des membres qui n’existent plus, et certains sont hantés par des flashbacks, se réveillant couvert de sueur froide hurlant s’imaginant marcher sur des IDE et cela nuit après nuit.

Des docteurs à Bastion ont commencé a administré des médicaments pour combattre les effets secondaires psychologiques de la morphine, mais les soldats gravement blessés continuent de souffrir d’hallucinations et de flashbacks. Beaucoup d’entre eux ont eu du mal à accepter la gravité de leurs blessures, cela a pris du temps. Certains ont refusé de croire qu’ils avaient perdu leurs jambes et bras.

On a dit au Lt Horsfall, un officier charismatique de 26 ans éduqué à Eton, dés qu’il est arrivé à l’hôpital qu’il avait perdu sa jambe. Sa première pensée a été : « que diable font mes parents en Afghanistan ! Je ne me souvenais plus de rien. Je me suis excusée auprès de ma mère disant que j’allai perdre la jambe. Je n’étais pas sur d’avoir perdu ma jambe. Malgré ce que l’on m’avait dit j’ai pensé qu’ils s’étaient trompés car je continuais de la sentir. Elle pendait du lit à 90° ».

5 jours plus tard il a dit à l’infirmière que sa jambe lui faisait mal. Elle lui a de nouveau expliqué qu’il avait perdu sa jambe dans l’explosion. Il continuait à ne pas la croire. « Alors elle s’est emparée de ma main et l’a mise là où je pensais que se trouvait ma jambe. C’est à ce moment là que j’ai réalisé»

« Difficile de regarder les soldats essayer d’ accepter leurs blessures. La morphine qu’on leur donne pour endormir la douleur fait que leurs yeux bougent lentement. J’ai cru détecter des appels à l’aide. Alors que je les voyais étendus sur le dos, bougeant à peine, dodelinant de la tête, il me semblait qu’un grand nombre avait renoncé à la vie. D’abord j’ai trouvé dur de les regarder. J’ai essayé de ne pas croiser leurs regards, ou regarder leurs blessures » (T. James).

Le fusilier Daniel Shaw, blessé peu après mon frère, se trouvait étendu prés de James, à Selly Oak. Il avait perdu ses deux jambes dans une explosion à la bombe dans le Helmand alors qu’il nettoyait le terrain pour l’atterrissage d’un hélicoptère de réapprovisionnement. Il se souvient regarder sa main droite pendante hors du brancard, retenue seulement par un mince filet de peau. «Quand je me suis réveillé à Selly Oak, c’est alors que j’ai commencé à péter les plombs car ma jambe droite n’était plus là. J’ai pensé que parce que la jambe était encore attachée lorsque je suis arrivé à Bastion qu’ils pourraient la sauver.»

Alors il a commencé à engueuler les infirmières leur donnant l’ordre de lui amener sa jambe. Elles lui ont dit que ce n’était pas possible donc il a demandé où elle était. «Je voulais les cendres, mais l’infirmière m’a dit que je ne pouvais pas récupérer cela non plus »

Tandis que les combats se sont intensifiés dans le Helmand cet été, le nombre des tués et blessés revenant d’Afghanistan a augmenté.

En moyenne pour 1 soldat tué en Afghanistan, il y a 4 autres soldats blessés, la plupart gravement. A Selly Oak, en Avril le nombre de soldats opérés était de 11 par semaine. En Juillet on été passé à 110.

Au pavillon S4, un grand nombre de soldats ont perdu 1/3 de leur poids. Leurs visages de cendre sont décharnés et crispés. Certains pouvaient à peine parler ou bouger la première semaine tandis que les infirmières baissaient progressivement les doses de morphine contre la douleur. On voyait les côtes sous la peau boursoufflée de ces hommes qui auparavant étaient au mieux de leur forme.

Les soldats du pavillon S4 vont de nombreuses allées et venues à la salle d’opération. Des morceaux de peau sont recousus au dessus de plaies ouvertes, on utilise parfois de la peau de requin pour couvrir les blessures, et les tissus nécrosés sont graduellement enlevés des membres amputés pour s’assurer que les soldats conservent le plus possible de parties de membre. Les va et vient continus les affaiblissent encore plus.

Depuis que la guerre a commencé en Afghanistan en 2001, 236 soldats britanniques ont été tués en action et des centaines d’autres gravement blessés.

Le ministre français de la défense a évoqué la possibilité d’envoyer plus de soldats pour combattre la résistance afghane. Ici en France, des réfugiés Afghans sont renvoyés manu militari dans leur pays que nous occupons. Le porte-parole du parti présidentiel Frédéric Lefebvre a même poussé le cynisme et l’immoralité justifiant leur renvoi en disant dans un communiqué :

« Alors que de nombreux pays du monde, dont la France, sont engagés en Afghanistan, qui pourrait comprendre que des Afghans dans la force de l'âge n'assument pas leur devoir, et échappent à la formation que, notamment, les forces françaises leur proposent pour défendre leur propre liberté dans leur pays «

Et c’est cette vermine qui gouverne la France !

Et les Etats Unis ! ( voir caricature ci dessus)

http://www.planetenonviolence.org/Afghanistan-Images,-Temoignages-De-Vies-Dechiquetees-Dans-La-Sale-Guerre-De-Necessite-D-Obama_a2077.html http://www.planetenonviolence.org/Afghanistan-Images,-Temoignages-De-Vies-Dechiquetees-Dans-La-Sale-Guerre-De-Necessite-D-Obama_a2077.html



Jeudi 17 Décembre 2009


Commentaires

1.Posté par abdallah le 17/12/2009 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pendant que les enfants des autres vont se faire tuer pour une guerre qui n'est pas la leur, les enfants des dirigeants se la coulent douce et préparent leur avenir.
Personne n'a jamais mis à genoux les Afghans. Obama et l'Otan ne seront pas l'exception

2.Posté par Tommy le 17/12/2009 14:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les "maîtres de monde" ont une reserve de yankee prête pour de la chair à canon. La raclure n'a que faire de ses sujets, tout est permis lorsqu'il s'agit de maintenir sa place au top one jusqu'a en venir a faire sauter leurs propres tours du WTC pour s'attirer la sympathie du peuple, créer du al qaida barbu de préference type arabo-musulman qui sera la cible parfaite pour detourner le peuple des vrais problèmes sociaux etc... que subissent les yankees !
Les conflits ne manquent pas dans le monde mais le Satan américain est très gourmand !

3.Posté par AGENTK le 19/12/2009 05:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ESPERE QUE DANS LEUR DIFFICULTE IL REPENSERONT AUX CRIMES QU'ILS COMMETTAIENT LOIN DE CHEZ EUX

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires