MONDE

Affaire Ben Barka : Interpol diffuse quatre mandats d’arrêts internationaux



Vendredi 2 Octobre 2009

Affaire Ben Barka : Interpol diffuse quatre mandats d’arrêts internationaux
Ils visent le chef de la gendarmerie marocaine et des membres des services secrets marocains, tous soupçonnés d’être impliqués dans la disparition de Ben Barka en 1965.
Quatre mandats d’arrêts internationaux émis par la France et visant notamment le chef de la gendarmerie marocaine pour la disparition de l’opposant marocain Mehdi Ben Barka en 1965 à Paris, ont été diffusés par Interpol après accord du ministère de la Justice.
Ces mandats, signés par le juge parisien Patrick Ramaël le 22 octobre 2007 au premier jour d’une visite d’Etat de Nicolas Sarkozy au Maroc, ont été notifiés ces derniers jours par Interpol, selon une source proche du dossier.
Leur diffusion, via le Bureau central d’Interpol en France, fait suite à un récent feu vert du ministère français de la Justice, selon cette source.
Ils visent le général Hosni Benslimane, chef de la gendarmerie royale marocaine, le général Abdelhak Kadiri, ancien patron de la Direction générale des Etudes et de la Documentation (DGED, renseignements militaires), Miloud Tounsi, alias Larbi Chtouki, un membre présumé du commando marocain auteur de l’enlèvement, et Abdlehak Achaachi, agent du Cab 1, une unité secrète des services marocains.
"Ces mandats avaient été diffusés à l’époque sur le territoire national mais avaient été bloqués au niveau européen et mondial", a expliqué à l’AFP l’avocat de la famille Ben Barka, Me Maurice Buttin.
Leur diffusion a lieu alors que le ministre français de l’Intérieur Brice Hortefeux est revenu mardi d’une visite de trois jours au Maroc, où il s’est notamment entretenu avec son homologue Chakib Benmoussa.
Ces mandats d’arrêt ont été relayés par Interpol au niveau international sous forme d’"avis de recherche internationaux à des fins d’extradition", communément appelés "red notices".
"Nous nous demandons qui est derrière cette annonce"
Leur conséquence immédiate est que les personnes visées risquent l’arrestation dès qu’elles quittent le territoire marocain.
Jeudi soir, le gouvernement marocain n’avait pas réagi officiellement à cette information.
"C’est une surprise mais aussi une ancienne histoire qui revient à la surface chaque fois qu’une ’partie occulte’ veut salir les relations excellentes entre le Maroc et la France", a toutefois déclaré à l’AFP une source proche du ministère de la Justice ayant requis l’anonymat.
"Nous nous demandons qui est derrière cette annonce, qui ressemble à celle diffusée en 2007", a ajouté une autre source, également proche du ministère de la Justice. L’Association marocaine des Droits humains (AMDH) a pour sa part immédiatement appelé les autorités marocaines "à communiquer les informations en leur possession pour faire toute la lumière" sur cette affaire.
Le juge Ramaël avait émis au total cinq mandats d’arrêt en octobre 2007, mais le cinquième, visant un autre membre de Cab 1, n’a pas été relayé au niveau international en raison d’un problème de vérification d’identité, a confié une source proche du dossier.
"Réveiller les esprits endormis"
Leur émission en 2007, en pleine visite de Nicolas Sarkozy au Maroc, avait plongé la délégation française dans l’embarras. Le président français s’était retranché derrière le principe d’une justice "indépendante".
Elle visait, selon Me Buttin, avocat de la famille depuis 44 ans, à "réveiller les esprits endormis" sur une affaire qui "fait partie des relations entre la France et le Maroc".
Ben Barka, chef de file de l’opposition marocaine en exil et figure emblématique du tiers-mondisme, a disparu le 29 octobre 1965 devant la brasserie Lipp à Paris, lors d’une opération menée par les services marocains du roi Hassan II avec la complicité de policiers et de truands français.
Cette affaire n’a jamais été totalement élucidée malgré deux instructions judiciaires : le corps de Ben Barka n’a toujours pas été retrouvé et les conditions de sa mort n’ont pas été établies.
Chronologie de l’affaire Ben Barka

29 octobre 1965, 12h30. Mehdi Ben Barka est enlevé par deux policiers français, Louis Souchon et Roger Voitot, devant la brasserie Lipp, à Paris. L’opposant au régime marocain avait rendez-vous avec des cinéastes, Philippe Bernier, réalisateur, et Georges Figon, producteur, pour un projet de films sur la décolonisation. Il n’a pas réapparu et son corps n’a jamais été retrouvé.
30 octobre 1965. L’étudiant qui accompagnait Ben Barka avertit les autorités de l’enlèvement de l’opposant marocain.
2 novembre 1965. Deux journalistes de L’Express, Jacques Derogy et Jean-François Kahn, publient un article intitulé Les étranges coïncidences de l’affaire Ben Barka. Ses auteurs, qui ont mené l’enquête, ont rencontré Philippe Bernier, le frère de Mehdi Ben Barka et l’avocat de Georges Figon, Pierre Lemarchand.
5 novembre 1965. Le général Mohammed Oufkir, ministre marocain de l’Intérieur, quitte la France.
10 janvier 1966. L’Express titre en Une : J’ai vu tuer Ben Barka, un témoignage de Georges Figon, recueilli par les mêmes Jacques Derogy et Jean-François Kahn. Le scandale est révélé. La France lance un mandat d’arrêt à l’encontre du général Mohammed Oufkir, ministre marocain de l’Intérieur et chef des services secrets.
17 janvier 1966. Cerné par la police qui a ordre de le retrouver, Georges Figon se suicide. Sa mort confère à l’affaire sa dimension de scandale.
24 janvier 1966. Jean-Jacques Servan Schreiber, patron de L’Express, consacre à nouveau 18 pages à cette affaire, intitulées A verser au dossier de l’instruction. Le feuilleton de l’enquête fera la Une du journal cinq semaines d’affilée.
5 septembre 1966. Le procès des accusés dans l’enlèvement de Mehdi Ben Barka s’ouvre à Paris.
5 juin 1967. Le procès s’achève après le défilé de 167 témoins, dont l’équipe de L’Express. Il voit les seuls Antoine Lopez, chef d’escale à Orly et informateur des services secrets marocains (SDCE), et Louis Souchon condamnés à six et huit ans de réclusion. Le général Mohammed Oufkir et la bande à Georges Boucheseiche, un truand habitant à Fontenay-le-Vicomte, chez qui fut probablement exécuté Mehdi Ben Barka, sont pour leur part condamnés par défaut à la réclusion à perpétuité. Les relations franco-marocaines sont refroidies par cette affaire jusqu’à la retraite du général de Gaulle et l’élection à la présidence française de Georges Pompidou.
1972. L’affaire inspire un film à Yves Boisset, L’attentat.
Juin 2001. Des révélations d’un ancien membre des services de renseignement marocains, Ahmed Boukhari, publiées dans Le Monde (français) et Le journal (marocain), relancent la polémique, confirmant l’implication du ministre de l’Intérieur de l’époque, Mohammed Oufkir.
2002. Ahmed Boukhari publie Le secret.
2003. Un livre témoignage de l’ancien agent secret marocain Ahmed Boukhari accuse l’ancien ministre de l’Intérieur Mohammed Oufkir d’avoir poignardé Ben Barka et fait rapatrier son corps au Maroc pour le dissoudre dans une cuve d’acide.
2004. La famille de Mehdi Ben Barka souhaite une "décision définitive" de la France sur la déclassification du dossier couvert par le "secret défense" depuis 39 ans. Le fils de l’opposant marocain en fait la demande dans un entretien à Al Ittihad, journal de l’Union socialiste des forces populaires (USFP).
15 octobre 2004. La commission consultative française du secret de la Défense nationale approuve la déclassification des informations demandées par le juge Claude Choquet, chargé de l’enquête sur la disparition du leader de la gauche marocaine.
Octobre 2005. 40e anniversaire de la disparition de Mehdi Ben Barka. Le magistrat français Patrick Ramaël chargé de l’enquête, critique le manque de coopération de son homologue marocain qui prétexte des difficultés pratiques pour ne pas exécuter une commission rogatoire portant sur l’interrogatoire d’une vingtaine de fonctionnaires et militaires marocains.
22 mai 2006. Driss Basri, l’ex-tout-puissant ministre de l’Intérieur du roi Hassan II, comparaît à Paris devant le juge Patrick Ramaël, en qualité de témoin.
1er juin 2006. Perquisition surprise du juge Ramaël au domicile parisien de Driss Basri.
26 septembre 2006. Le juge Ramaël délivre une seconde commission rogatoire internationale pour entendre trois témoins au Maroc : Chtouki, alias Miloud Tounsi, l’organisateur présumé du rapt, Boubker Hassouni, suspecté d’être "l’infirmier" qui aurait drogué Ben Barka a et le général Benslimane, chef de la gendarmerie royale.
Octobre 2007. Le juge Patrick Ramaël, qui instruit le dossier signe cinq mandats d’arrêt internationaux contre des Marocains, dont l’un visant le chef de la gendarmerie royale.
5 juillet 2007. L’Express révèle que le leader de l’opposition marocaine en exil aurait été un agent rémunéré des services secrets tchécoslovaques au début des années 60.
Février 2008. La Commission consultative du secret de la défense nationale (CCSDN) française émet un avis favorable à la déclassification de 165 documents des services secrets français datant de l’époque de la disparition de l’opposant marocain.
3 février 2009. La télévision marocaine lève un tabou en diffusant pour la première fois une émission sur la vie de Mehdi Ben Barka.
1er octobre 2009. Interpol diffuse quatre mandats d’arrêts internationaux en lien avec l’enquête menée par le juge d’instruction Patrick Ramaël, sur la disparition de Mehdi Ben Barka.
(Vendredi, 02 octobre 2009)

http://www.aloufok.net/spip.php?article926 http://www.aloufok.net/spip.php?article926



Vendredi 2 Octobre 2009


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires