Conflits et guerres actuelles

Accuser les Irakiens : le nouvel argument pour justifier le militarisme américain


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:25 Lorsqu’Alep sera tombée...


Depuis quelques semaines, des responsables de l’administration Bush, des démocrates au Congrès et des experts des médias ont tous recours à un nouvel argument idéologique pour justifier l’intensification de la violence des Etats-Unis en Irak. Ils soutiennent tous à présent que la responsabilité de la chute de la société irakienne dans le chaos et la guerre civile ne devrait pas incomber à l’envahisseur américain, mais plutôt à la population irakienne elle-même.


Patrick Martin
Mardi 13 Février 2007


Par Patrick Martin




C’est le rapport du Groupe d’étude sur l’Irak, rendu public il y a deux mois, qui a le premier développé ce thème, repris depuis plus généralement par le tout Washington officiel, allant de républicains comme le sénateur John McCain qui a proposé des critères rigides pour le gouvernement Maliki à Bagdad jusqu’à des démocrates comme la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui ont suggéré que les fonds allant à l’armée irakienne pourraient être coupés — mais pas, naturellement, ceux qui sont destinés à la machine de guerre américaine qui domine toujours le pays qu’elle a conquis.

Pour les fervents partisans de la guerre, la critique des échecs irakiens devient le moyen de faire oublier les résultats catastrophiques de l’invasion et de l’occupation américaines, notamment pour les néo-conservateurs qui ont joué un rôle essentiel en présentant la guerre comme l’expansion de la démocratie et de la liberté au Moyen-Orient.

On doit à Charles Krauthammer, un pontife conservateur et grand défenseur de la conquête de l’Irak par les Etats-Unis qu’il présente comme un acte de « démocratisation », d’avoir offert un exemple particulièrement honteux de ce type d’argumentation. Dans une chronique qu’il a publiée le 2 février dans le Washington Post, Grauthammer dénonce l’éventail « déroutant » de conflits religieux, ethniques et de sous-groupes qui fait actuellement rage en Irak, écrivant que « cela ne peut que mener à un plus grand découragement des Américains, qui sont déjà profondément consternés devant le fait d’être coincés au beau milieu d’une guerre civile sans fin ».

La chronique était intitulée « Qui est responsable de la tuerie ? ».Brauthammer répond à la question en faisait entièrement porter aux Irakiens la responsabilité de la tuerie. « Les Etats-Unis viennent les libérer d’un tyran qui régnait par la peur, et les anciennes animosités et les ressentiments plus récents commencent à faire sentir leur effet fatal, » écrit-il. « On a donné aux Irakiens leur liberté et pourtant, bon nombre d’entre eux choisissent la guerre civile. »

Le chroniqueur se donne beaucoup de mal pour dénoncer tous ceux qui pourraient suggérer que c’est l’invasion américaine elle-même qui est la cause de la désintégration de la société irakienne. Il écrit : « De toutes les explications sur la situation actuelle, c’est bien celle qui est de loin la plus stupide. Et la plus pernicieuse. Est-ce que la Grande-Bretagne a "donné" à l’Inde la guerre entre hindous et musulmans de 1947-48 qui a tuée un million de personnes et a procédé à un nettoyage ethnique de 12 millions supplémentaires? Les guerres entre les juifs et les Arabes en Palestine ? Les guerres tribales de l’Ouganda postcolonial ? »

Bien que Krauthammer semble penser que cette question est à l’évidence absurde, tout sérieux étudiant en histoire répondrait : « Oui, oui et encore oui ! » La politique britannique du « diviser pour mieux régner » a délibérément exacerbé et attisé les tensions ethniques et religieuses dans toutes ces colonies, qui sombraient dans la violence au moment où les vieux régimes coloniaux étaient démantelés.

Et on pourrait citer bien d’autres exemples : le colonialisme belge, suivi de manipulation et d’exploitation néo-coloniales de la France et des Etats-Unis, a attisé les conflits entre les Hutus et les Tutsis qui ont provoqué le génocide rwandais de 1994. Le bombardement américain du Cambodge durant près d’une décennie a créé les conditions pour l’arrivée au pouvoir du régime génocidaire de Pol Pot. (« Les bombarder jusqu’à les ramener à l’Age de pierre » n’était pas qu’une simple expression.) La rivalité entre l’Allemagne et les Etats-Unis pour gagner de l’influence sur la Yougoslavie postsoviétique a entraîné la sécession de la Slovénie et de la Croatie et, par la suite, de la Bosnie. Ces sécessions déclenchèrent une lutte parmi des peuples qui avaient vécu paisiblement ensemble durant plus de 40 ans, mais qui étaient devenus des minorités persécutées dans leurs nouveaux Etats « indépendants » (les Serbes en Croatie; les musulmans, les Croates et les Serbes dans diverses parties de la Bosnie; les Croates, les musulmans, les Hongrois et les Albanais en Serbie), ce qui entraîna une explosion de la guerre civile et de l’épuration ethnique.

A la base de chacun de ces massacres on trouve le rôle pernicieux et destructeur de l’impérialisme, et particulièrement celui de l’impérialisme américain, le plus agressif et le plus dangereux dans le monde actuel.

Krauthammer, l’éternel apôtre des « bonnes intentions » de la classe dirigeante américaine, soutient qu’en Irak, « au niveau politique, nous avons fait tout fait ce qui était en notre pouvoir pour favoriser une réconciliation. Nous avons fait en sorte que les sunnites participent aux élections et ensuite au parlement. Qui fait pression sur la coalition chiite et kurde pour qu’une loi, visant à distribuer des revenus du pétrole aux sunnites, soit votée ? Qui fait pression pour qu’un gouvernement plus représentatif exclue Moqtada al-Sadr et son Armée du Mahdi motivée par le sectarisme ? »

La vérité c’est que les Etats-Unis ont encouragé les tendances centrifuges en Irak depuis plus de 30 ans. Les administrations Nixon et Ford ont soutenu de manière significative le séparatisme kurde dans les années 1970, visant ainsi le régime laïc baasiste à Bagdad qui était vaguement aligné avec Moscou durant la Guerre froide. La première administration Bush avait provoqué un soulèvement chiite après la guerre du golfe Persique en 1991 pour ensuite changer de stratégie, craignant qu’un Irak dirigé par les chiites s’aligne avec l’Iran.

Au début de la présente guerre, les sunnites constituaient la principale cible, ce qui s’est traduit par la destruction de Fallujah, le centre de la résistance sunnite à l’occupation américaine. À la guerre antisunnite qui se poursuit dans la province d’Anbar s’ajoute maintenant une offensive contre les radicaux chiites d’al-Sadr. À tout moment, la politique américaine a été de monter les groupes sectaires les uns contre les autres.

Pour ce qui est du prétendu appui altruiste en faveur d’un partage des revenus du pétrole avec les sunnites, la principale préoccupation de Washington n’est pas l’équité pour les sunnites, mais l’adoption d’un cadre légal, quels qu’en soient les termes, qui permettent la privatisation de l’industrie pétrolière et l’ouverture des vastes richesses pétrolières de l’Irak aux sociétés américaines — l’un des principaux objectifs des la guerre.

Krauthammer conclut : « Nous avons fait beaucoup d’erreurs en Irak. Mais lorsque des Arabes tuent des Arabes, que des chiites tuent des chiites et que des sunnites tuent tout le monde dans un spasme de furieuse violence aveugle qui a ses racines dans une haine née bien avant que l’Amérique ne soit une république, il est simplement pervers de faire porter la responsabilité au seul participant, au seul pays, à la seule force militaire qui en a fait plus que tous les autres pour séparer les combattants et amener la conciliation. Cela infantilise les Arabes. Et diabolise les Etats-Unis. Nous les avons aidés à accoucher de la liberté. Ils ont choisi la guerre civile. »

Il est vrai, bien sûr, que la division au sein de l’Islam entre sunnites et chiites remonte à plus de mille ans. Mais cette division, aussi profondément enracinée qu’elle soit, n’est jamais devenue la base d’une violence sectaire de masse sous l’Empire ottoman, sous le colonialisme britannique ou pendant les 70 ans de semi-indépendance en Irak. Sunnites et des chiites habitaient côte-à-côte dans les mêmes quartiers à Bagdad et dans d’autres parties du pays et se mariaient fréquemment entre eux. Ce n’est que sous l’impact toujours croissant de la pression américaine — une guerre, suivie de 12 années de sanctions économiques, suivies d’une invasion et d’une occupation — que la société irakienne s’est désintégrée selon des divisions religieuses, ethniques et tribales. »

Il y a une autre facette à l’explication que « c’est la faute aux Irakiens » et qui a des implications des plus sinistres. Elle a été exprimée le plus crûment par le commentateur du New York Times, David Brooks, encore un partisan enragé, de la première heure, en faveur de la guerre, qui, le 25 janvier dernier, a ainsi décrit les insurgés irakiens : « Des hommes violents, stupides, qui formeraient la lie de la société en temps normal, deviennent au milieu des traumatismes, des chocs et du stress, des dirigeants vénérés. » En fait, ce serait là une description pas trop mauvaise du type social qui domine l’administration Bush, un gouvernement dans lequel la criminalité rivalise avec l’ignorance.

Brooks continue ainsi, paragraphe après paragraphe, à proférer insultes et injures envers les insurgés irakiens, déclarant qu’ils sont les équivalents moraux des escadrons de la mort du Rwanda, de la Bosnie, du Sierra Leone et autres charniers. Selon Brooks : « Ils dirigent des commandos de jeunes qui quittent l’univers moral et qui n’ont aucun avenir dans un monde de paix. Ils tuent pour le plaisir, la foi et le profit — parce qu’ils trouvent plus gratifiant de tuer et de piller plutôt que d’être fermier ou ouvrier. »

La conclusion inéluctable d'un tel torrent d'insultes est de soutenir l'annihilation de ces Irakiens, par n'importe quels moyens. La logique de l’argument « c’est la faute aux Irakiens » est que les Etats-unis ont le droit de tuer autant d'Irakiens que possible pour réaliser leurs objectifs de guerre.

(Article original paru le 9 février 2007) wsws.org


Mardi 13 Février 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires