Conflits et guerres actuelles

Abkhazie: l'OTAN souhaite le retrait des 'casques bleus' russes



Mardi 29 Avril 2008

Abkhazie: l'OTAN souhaite le retrait des 'casques bleus' russes
Les pays membres de l'OTAN sont unanimes à souhaiter le retrait des "casques bleus" russes de la zone du conflit abkhazo-géorgien, a affirmé à Bruxelles le porte-parole de l'OTAN, James Appathurai, dans une interview diffusée lundi soir par la télévision géorgienne.

"Les pays de l'OTAN estiment nécessaire d'évacuer les forces russes de maintien de la paix de la zone du conflit. Nous ne pouvons pas dire pour l'instant si les forces de l'OTAN pourront venir les supplanter, mais nous déclarons que l'évacuation de ces "casques bleus" est nécessaire", a-t-il souligné.

Lors d'une réunion au format 26+1 (OTAN-Géorgie) lundi à Bruxelles, les Alliés ont une nouvelle fois reconnu l'intégrité territoriale de la Géorgie, a rappelé James Appathurai, avant d'appeler la communauté internationale à défendre la souveraineté de Tbilissi.

Le chef de la diplomatie géorgienne par intérim, David Bakradze, a pour sa part indiqué à l'issue de cette réunion que la Géorgie venait d'obtenir le soutien unanime de tous les membres de l'Alliance atlantique sur le dossier abkhaze.

"A ma connaissance, il s'agit de la première rencontre où tous les vingt-six pays membres de l'OTAN sont intervenus en faveur de la Géorgie. Tous étaient unanimes à affirmer que la Russie devait revenir sur sa décision concernant les régions conflictuelles de la Géorgie", a-t-il souligné.

Le 6 mars dernier, le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé la levée des sanctions économiques, commerciales, financières et en matière de transports introduites contre le régime séparatiste d'Abkhazie en 1996 et a proposé les autres membres de la CEI de suivre son exemple.

Le 16 avril, le président russe Vladimir Poutine a prescrit à son gouvernement de collaborer avec les autorités de fait de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, deux républiques autoproclamées qui revendiquent leur indépendance par rapport à Tbilissi, et d'élaborer des mesures d'aide ponctuelle à la population abkhaze et sud-ossète.

"Les Alliés nous ont promis de prendre officiellement position sur ces dossiers lors de la prochaine réunion du Conseil Russie-OTAN, le 30 avril", a précisé M. Bakradze.

Les républiques sécessionnistes d'Abkhazie (nord-ouest), d'Adjarie (sud-ouest) et d'Ossétie du Sud (nord) ont proclamé leur indépendance après la chute de l'URSS, mais seule l'Adjarie est rentrée dans le giron géorgien. Des affrontements meurtriers ont opposé Abkhazes et Sud-Ossètes à la Géorgie à partir de 1992 et n'ont cessé qu'après l'intervention d'une force internationale de maintien de la paix composée de soldats russes. Elu en 2004, le président Mikhaïl Saakachvili a promis de rétablir l'autorité de Tbilissi sur les régions séparatistes. Le processus de paix a été suspendu en 2006.

L'Abkhazie prête à signer un accord militaire avec la Russie (diplomatie abkhaze)

La république autoproclamée d'Abkhazie est prête à signer un accord militaire avec la Russie, a fait savoir lundi à RIA Novosti par téléphone depuis Soukhoumi le chef de la diplomatie abkhaze Sergueï Chamba.

L'ancienne république autonome d'Abkhazie a proclamé son indépendance envers la Géorgie après la chute de l'URSS en 1991. Des affrontements meurtriers ont opposé les Abkhazes aux forces militaires géorgiennes à partir de 1992 et n'ont cessé qu'après l'intervention d'une force internationale de maintien de la paix. Président depuis 2004, Mikhaïl Saakachvili a promis de rétablir l'autorité de Tbilissi sur la région sécessionniste. Les négociations sur le règlement du conflit sont suspendues depuis 2006.

"Nous sommes prêts à signer un accord militaire avec la Russie. Nous en avons parlé déjà depuis plusieurs années, depuis que nous avons déclaré un éventuel établissement des rapports d'association entre la Russie et l'Abkhazie. Nous sommes prêts à respecter tous les intérêts de la Russie dans cette région en échange d'une protection militaire de la part de la Russie et d'une coopération économique ouverte avec elle", a indiqué M. Chamba.

Et d'ajouter que si la Russie était intéressée à être militairement présente en Abkhazie, la république était prête à l'assurer.

"Nous comprenons que la Russie a des intérêts militaires en Abkhazie, car c'est une région stratégiquement importante. Elle l'a toujours été. C'est justement la raison pour laquelle à toutes les rencontres des leaders des principaux pays du monde, on parle de la petite Abkhazie", a fait remarquer l'interlocuteur de l'agence.

Selon le chef de la diplomatie abkhaze, l'Abkhazie intéresse la Russie et tout particulièrement à la lumière de la récente levée par Moscou des sanctions économiques frappant la république autoproclamée.

Le 6 mars dernier, le ministère russe des Affaires étrangères (MID) a annoncé que la Russie avait levé les sanctions économiques, commerciales, financières et de transport, introduites contre l'Abkhazie en 1996 et a invité les autres pays membres de la Communauté des Etats indépendants (CEI) à se retirer également de ce régime des sanctions.

Le 16 avril dernier, le président russe Vladimir Poutine a chargé le gouvernement de concevoir des mesures d'aide aux populations d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. Le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé que Moscou apporterait son aide aux habitants de ces républiques conformément aux normes du droit international et compte tenu de sa décision de se retirer des sanctions décrétées en 1996 par la Communauté des Etats indépendants contre l'Abkhazie.

http://fr.rian.ru http://fr.rian.ru



Mardi 29 Avril 2008

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires