Conflits et guerres actuelles

APOCALYPSE NOW


Pourquoi parlons-nous d’Apocalypse ? Par simple soif d’alarmisme ? Par penchant pour les thèses du « complot », comme les désignent ceux qui, dans le camp adverse, tentent d’endormir les peuples avec leur propagande relayée par les grands médias dominants ? Non, simplement parce que tous les ingrédients sont maintenant réunis. Nous pensions que les consciences allaient se réveiller après la guerre d’Irak. Mais, le monde faisait une bonne sieste, sous les images édulcorées des CNN dupliquées en série à travers tous les continents.


farahmaamar@yahoo.fr
Samedi 29 Juillet 2006

Pendant ce temps-là, et au lieu de tirer les leçons de sa folle aventure en Irak, qui est d’ailleurs un lamentable échec au même titre que cette autre guerre perdue d’avance en Afghanistan, l’impérialisme cherchait un nouveau front. Quel prétexte cette fois-ci ? Parti en Asie lointaine pour combattre le terrorisme, il était censé ramener la démocratie en Irak et y détruire ces fameuses armes de destruction massive. Qu’allait-il inventer cette fois-ci ? Libérer deux soldats ! De deux choses l’une : ou les inventeurs de ces blagues successives (qui n’amènent malheureusement que mort et destruction sur le terrain) sont des abrutis congénitaux ou alors ils prennent les opinions pour un ensemble de tarés avalant n’importe quelle couleuvre !
Et bien, nous y sommes : la guerre est au Liban. Elle n’est pourtant gagnée ni en Afghanistan, ni en Irak, mais on a les moyens et les sous pour allumer un troisième front ! Nous voulons bien croire que tous ces conflits sont menés pour le bien de l’humanité. Mais alors, où sont les résultats ? Ben Laden et Zawahiri – qui apparaissent comme par hasard au bon moment pour donner plus de poids aux thèses des sionistes et des impérialistes- semblent plus libres que jamais et, à voir les installations technique du studio que s’offre le numéro deux d’Al Qaïda pour son dernier show, on jurerait que la CIA n’est pas loin ! En Mésopotamie, vous savez maintenant jusqu’où la folie de Bush a mené le peuple irakien.
La fuite en avant, qui est la marque des dictateurs et des chefs de guerre ultras, allume donc une nouvelle guerre au Liban. Nouvelle dans tous les sens du terme, parce qu’elle porte l’empreinte des nouveaux barbares qui ont déjà montré leur inhumanité à Baghdad et Falloudjah. Cependant, et alors que le monde avait exprimé sa réprobation – timide certes, mais incontestable- lors de la précédente campagne, on ne voit, cette fois-ci, que des têtes courbées, de la Russie à la Chine et de la France à l’Allemagne !
C’est pourquoi nous disons que le monde n’a jamais été aussi prêt d’une nouvelle déflagration mondiale. Quand la décision politique est entre les mains d’un petit groupe d’extrémistes qui disposent d’un arsenal militaire prêt à pulvériser la Terre plusieurs fois, il ne faut pas prendre à la légère cette menace. Surtout que ces guerriers de l’Apocalypse savent comment berner leurs amis : en se présentant comme les combattants exclusifs du mal, comme les sauveurs du monde ! Quel mal ? N’importe lequel, pourvu que ça marche ! Et même s’il n’existe pas, les stratèges des cabinets spécialisés dans la manipulation sont là pour l’inventer On a fait marcher les Américains pour l’Irak. Les armes de destruction massive n’ont jamais existé et, pourtant, c’est pour les anéantir qu’on a fait la guerre à Saddam. La grande presse, les Networks qui comptent sont dans le coup : l’opinion est bernée. La guerre est menée au nom du peuple américain ! La morale ? Qui s’en soucie ? Et quand la vérité apparaît au grand jour, un petit éditorial tentera de sauver la face des journaux trainés dans la boue ! Mais la mécanique, infaillible, ne s’arrête pas et d’autres arguments fallacieux seront convoqués pour justifier une autre agression.
Aujourd’hui, le danger d’une extension du conflit est bien réel. La boulimie des nouveaux missionnaires n’a pas de limite : ils lorgnent vers la Syrie et l’Iran. Ils ne savent pas s’arrêter parce qu’ils sont programmés pour conquérir de nouveaux territoires et y semer la ruine, afin de garantir à Israël cet espace vital qui, de leur point de vue, est légitime historiquement. Le monde ne bouge pas. Pire, il se laisse faire en croyant aux balivernes sorties des cabinets sionistes de Washington et New York dont la tâche est d’occuper les médias, de faire parler les gens influents sur les plateaux de télévision et de manipuler les foules. La manipulation est devenue une science que l’on enseigne comme les mathématiques ou la physique.
L’espoir de ramener tous ces fous dangereux à la raison s’amenuise d’année en année : la Chine et la Russie s’occupent de leurs affaires et l’Europe, qui semble-t-il s’est donnée les moyens de jouer un rôle diplomatique conséquent, n’a fait que céder lamentablement à la pression des Américains. Il n’y a plus rien à attendre de ce côté-là, si ce n’est une figuration sous bénédiction américaine dans les prochains scénarios.
Voilà pourquoi nous craignons le pire, c’est-à-dire l’embrasement de la région et les prémices d’un nouveau conflit mondial. Ne souriez pas ! Cela commence toujours par un groupuscule d’extrémistes convaincus que leurs théories réactionnaires doivent se concrétiser sur le terrain. Cela commence toujours par un impressionnant arsenal de guerre aux mains d’intégristes rigides. Cela commence toujours par le silence devant les premiers crimes. Puis par le silence devant des crimes plus atroces. Puis par le silence devant l’horreur. Puis, par la lâcheté. Puis par la collaboration et la trahison. Puis par le chaos total…
Depuis les années 1930, il n’y a jamais eu autant d’injustice dans les relations internationales, autant de guerres menées par une seule puissance, autant d’arrogance, de haine, de mépris de la vie humaine. Autant de lâcheté de la part du « machin » installé à Manhattan et qui n’a même pas été capable de condamner l’assassinat de ses propres soldats au Sud-Liban. On peut parler du début de l’effondrement du cadre légal international qui, bon an, mal an, et avec la présence d’une seconde puissance mondiale, maintenait notre planète loin des turbulences fatales.
Contre la violence des impérialistes et de leurs alliés stratégiques, les sionistes, le monde doit s’unir sans tarder, sans perdre une journée, pour essayer de réduire les risques de la déflagration générale. Il est tout simplement incroyable que tous les hommes de bonne volonté, les esprits éclairés de l’Europe, les forces de progrès, les classes ouvrières, les jeunes et les altermondialistes se taisent aujourd’hui face à ce déferlement, unique dans les annales, de brutalité et de barbarie. Ni la libération de trois prisonniers, ni la lutte contre un terrorisme que l’on cherche coûte que coûte à ranimer par de telles injustices, ni n’importe quelle recomposition géostratégiques ne valent la peine de détruite un pays et de tuer ses femmes et ses enfants (sans oublier le massacre qui se passe en Palestine). Réagir aujourd’hui en ouvrant les yeux sur les dangers réels de cet aventurisme est le devoir de tout homme de paix.
Ne nous ramenez pas, par votre silence complice, à l’Europe de 1939 où hommes politiques et éditorialistes tentaient de rassurer leurs peuples : Hitler ne nous attaquera pas ! Non, pas nous ! Ils avaient sacrifié la Pologne en continuant à tranquilliser leurs citoyens : pas nous ! On connaît la suite… Ne sacrifiez pas le Liban à la voracité des nouveaux nazis !
M.F.


Samedi 29 Juillet 2006


Commentaires

1.Posté par Gilles COUTURIER le 15/05/2007 05:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jusqu'à l'avènement de ce nouveau siècle, je désespérais. La guerre au Koweit a gaché les années 90. L'an 2000 et la bonne santé de la bourse auraient pu laisser croire à un nouveau siècle florissant. Il ne reste rien de ces raisons d'espérer...
Le peuple américain est, après tout, le rebut de l'europe entière. Ont été jetés sur ce territoire vierge tous les insoumis, prisonniers, rebelles, et autres brutes qui se sont conduits comme de sommaires prédateurs. Les indiens locaux leur ont appris l'usage de différents poisons ( coca-cola, marlboro...) qui aujourd'hui polluent le monde entier. Ce n'est que le juste retour du baton, le retour du boomerang...
Ce n'est pas grave, pour fonder une société durable et en paix, il suffisait d'appliquer les dix simples règles dictées par Jésus CHRIST, et de marquer sur nos mairies: Aimons nous les uns les autres...

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires