Tribune libre

ALGERIE: LE PIÈGE DE LA CONSTITUTION


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 11 Mai 2019 - 00:15 Jean Bouise ou la dialectic du bon-Homme !



Abdelkrim BADJADJA
Dimanche 7 Avril 2019

ALGERIE:  LE PIÈGE DE LA CONSTITUTION
Tout le monde parle de l’actuelle constitution, et de la nécessité d’en respecter les dispositions qui prévoient notamment le maintien en place des institutions léguées par le régime de Bouteflika : le conseil de la nation, et l’assemblée populaire nationale tous deux dominés par les partis FLN et RND soutiens indéfectibles de l’ancien président, ainsi que le gouvernement dirigé par Bedoui fidèle parmi les fidèles de Bouteflika et composé à la va-vite par des opportunistes. Voilà autant de bombes à retardement qui risquent d’ankyloser la libération de l’Algérie.
Nous voilà presque en pleine période coloniale lorsque tout algérien qui osait prendre une initiative contraire aux lois coloniales était qualifié de terroriste.
Mais enfin chers compatriotes réveillez-vous : comment voulez-vous respecter une constitution violée en permanence par ceux-là mêmes qui l’avaient concoctées en fonction de leurs intérêts dans des officines hors constitution et que le parlement devait adopter tel quel ?
A mon avis, il faudrait se passer de la constitution, dissoudre le parlement, renvoyer le gouvernement, et organiser au plus vite une élection présidentielle, puis instaurer une assemblée constituante qui donnerait à notre pays une loi fondamentale qui répondrait aux aspirations de notre peuple loin des officines occultes et des calculs politiciens.
Qui devrait piloter ce processus ? L’armée qui est la seule institution solide, unie, et qui a affirmé à maintes reprises qu’elle était aux côtés du peuple.

REVEILLEZ-VOUS CHERS COMPATRIOTES, NE VOUS LAISSEZ PAS EMBARQUER DANS LE SCHEMA CONCOCTE PAR UN REGIME QUI VEUT SURVIVRE A TOUT PRIX.



Dimanche 7 Avril 2019


Commentaires

1.Posté par enphal le 07/04/2019 08:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faudrait ainsi jeter le bébé, l'eau et le bassin .. tout ce qui va avec, le savon .. ?

L'Algérien semble-t-il, fait la distinction nette entre un régime, ses représentants et les institutions de son pays.

le khawa khawa veut aussi dire que l'Armée soit garante des processus démocratiques et non pilote - Le Pilote, c'est le peuple désormais, seule Institution solide et unie. Son projet de société est on ne peut plus claire. C'est une évidence.

L'armée doit trouver le moyen, avec les référendum populaires vendredissant des 25 Millions d'algériens et plus à chaque fois, de faire partir les représentants de ces Institutions. Leur maintien à ce jour représente un gage inavoué à leur encontre.

Là est le piège en effet d'une Constitution, de toutes les Constitutions. Il faudrait aller au bout de l'application des Articles 102 et 7 ... la mesure d'empêchement du Président associée aux référendums du vendredis doit naturellement ricocher vers les représentants de ces Institutions. Une autre évidente et prochaine nécessité.

Une Transiton historique dans le sourire et la légalité constitutionnelle, la roue qui tourne. Une juste rétribution pour une démocratie semi-directe. Vendredire voudrait dire aussi référendum populaire. Le peuple reprend une partie de son pouvoir. Il exprimera désormais son avis sur tous les sujets. Il vendredira.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires