Politique Nationale/Internationale

A propos du texte de Nicolas Crosnier : « Pourquoi l’Azerbaïdjan fait du meurtrier d’un Arménien un héros national »



Jean Géronimo
Vendredi 14 Septembre 2012

A propos du texte de Nicolas Crosnier : « Pourquoi l’Azerbaïdjan fait du meurtrier d’un Arménien un héros national »
(Rue89 – Le nouvel Observateur, 9/09/2012)
http://www.rue89.com/2012/09/09/pourquoi-lazerbaidjan-fait-du-meurtrier-dun-armenien-un-heros-national-235190

Cette analyse est contestable sur plusieurs points, dont celui de ne pas prendre en compte la dimension psychologique et symbolique, très lourde, pour les arméniens.
Pour une analyse plus complète du drame, replacé dans un cadre plus géopolitique, dix éléments doivent être mentionnés.

1) Pour rappel, l’Azerbaïdjan est une des plus sévères dictatures de la zone post-soviétique. Cela permet de mieux « comprendre » la décision de son président. Le président Aliev a été l’ami de Bush, faut-il le rappeler, lequel a qualifié l’Azerbaïdjan de « régime démocratique »… J’ai du mal à adhérer, sincèrement.

2/ Soulignons que le génocide arménien n’a jamais été officiellement reconnu, et en ce sens, les arméniens ne sont pas mieux traités que les autres, comme l’affirme l’auteur. Bien au contraire ! Sinon, ce génocide aurait été  - fort justement - reconnu depuis longtemps !!

3/ L’Azerbaïdjan mène un jeu trouble grâce à sa puissance énergétique, utilisée comme arme politique, parfois pour influer sur les négociations internationales et les décisions juridiques. Un « petit pays » certes, mais qui sait se défendre, surtout avec ses dollars (issus de sa rente énergétique) et avec la complicité américaine.

4/ L’Azerbaïdjan (avec la Turquie) est étroitement liée aux projets énergétiques (oléoducs, gazoducs) élaborés par Washington pour contourner la Russie et réduire sa puissance géopolitique. Une sorte de levier stratégique.

5/ L’Azerbaïdjan est définie par Brzezinski comme un « pivot géopolitique », susceptible d’être utilisé au service de la stratégie d’expansion américaine en Eurasie. Cela explique la bienveillance américaine – donc de la gouvernance mondiale et de ses règles informelles – à l’égard de ce « petit pays », qui verrouille sa position stratégique dans la région.

6/ L'Azerbaïdjan a appartenu au GUAM, construction américaine pour contester la domination russe en zone post-soviétique et accélérer son reflux (« roll back ») depuis la fin de la guerre froide. Cette adhésion ne laisse place à aucune ambigüité sur l’attitude de ce pays face à la Russie et ses alliés.

7/ L’Arménie est un allié fidèle de la Russie, inversement à l’Azerbaïdjan, proche de Washington. Cette affaire touche donc, par ricochets, les intérêts des administrations américaine et russe. Comme une gifle politique inutile, à la Russie.

8/ Le nationalisme, utilisé comme levier identitaire dans l’ancienne zone d’influence soviétique, est structuré contre un ennemi ethnique (parfois russe, parfois arménien...) ou religieux. Dans cette optique, et pour cimenter l’unité politique, tous les coups sont bons (dont les meurtres ethniques).

9/ Le groupe de Minsk a stabilisé une forme de paix  entre arméniens et azerbaidjanais et empêché la poursuite d’une guerre meurtrière. Il a donc une fonction politique utile, contrairement aux affirmations de l’auteur regrettant « 20 ans d’échecs ». Plutôt 20 ans de massacres évités.

10/ Les courants et « héros » fascistes antisémites et anti-soviétiques sont aujourd’hui réhabilités en Hongrie, en vue d’y renforcer l’idée nationale (comme dans de nombreux pays de la zone post-soviétique, dont l’Europe de l’Est et les Etats baltes). Troublante coïncidence avec cette sacralisation d’un « héros national » en Azerbaïdjan, visant, dans le même temps, à rompre avec l’héritage soviétique, synonyme de perte d’identité et de soumission au « colonisateur russe ». Une forme de « réécriture de l’histoire », régulièrement dénoncée par V. Poutine.

L’ensemble des 10 éléments mentionnés m’incitent à considérer la libération de Ramil Safarov comme une violation des droits et de la moralité humaine, sous couvert d’arrangements et d’ententes entre différents Etats protégés par Washington. Ententes qui s’expliquent encore mieux par la dimension économique : la Hongrie (et l’Europe) a besoin d’énergies, l’Azerbaïdjan en est riche - et Washington a besoin de ces deux Etats pour des raisons politiques et stratégiques. Une évidence.

Ce qui est inadmissible, est l’inaction de l’Europe et des Etats-Unis, qui ont montré plus de « présence » dans d’autres affaires. Pourtant, c’est un terrible symbole pour le peuple arménien. Et, surtout, une blessure indélébile.

Une justice internationale à géométrie variable, qui n’émeut guère l’opinion internationale, endormie par l’unilatéralité de la vision occidentale sous leadership américain, via des médias sous contrôle. Une information anormalement favorable aux Etats hostiles à la Russie et à ses alliés (dont l’Arménie).

Le plus choquant, est que l’auteur, N. Crosnier, affirme sur la fin de son texte que l’acte (le meurtre) est « justifié », par différentes considérations.

Par respect pour l’humain et la vie, on  ne pourra jamais justifier une telle chose.

Au nom de ceux qui ne sont plus.

Et de la justice, s’il en reste.

Jean Géronimo*
Spécialiste de la Russie



* Auteur de  "La Pensée stratégique russe", publié aux éditions Sigest


Vendredi 14 Septembre 2012


Commentaires

1.Posté par berni le 02/12/2012 12:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les occidentaux se prosternent devant l'Azerbaidjan pour son pétrole.

Personne ne se préoccupe de la souffrance du peuple arménien.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires