Politique Nationale/Internationale

A propos de la visite du président Hollande en Algérie


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 22 Septembre 2014 - 08:47 Dans l'oeil du cyclone



Salah Sakhri
Jeudi 20 Décembre 2012

A propos de la visite du président Hollande en Algérie
A propos de la visite du président Hollande en Algérie.

Ce 19 décembre 2012, l chef de l’impérialisme français le socialiste F. Hollande se rend en Algérie pour une visite de deux jours. Sur un ton unanime, la presse algérienne se met dans une posture obséquieuse et interprète la visite comme le signe de l’ouverture d’une nouvelle ère de coopération mutuellement avantageuse entre les deux pays. Avec une présentation aussi élogieuse injustifiée de la visite présidentielle, les journaux algériens font abstraction de la nature agressive, exploiteuse et injuste des rapports économiques et politiques entre la France et l’Algérie. Ces journaux osent même une comparaison totalement infondée, absurde, entre l’Allemagne impérialiste et la France impérialiste. Leur prétendu rapprochement (en réalité un mariage de raison entre deux pays capitalistes en voie de déclin) entre la France et l’Allemagne serait un modèle pour nos scribouillards algériens. Absence de regard critique sur le contexte historique d’où est sorti ce mariage de raison franco allemand, les classes intéressées à «cette union» et ses buts stratégiques. Les commentaires de la presse algérienne sur un partenariat «stratégique» entre la France et l’Algérie ne correspondent à rien de bénéfique pour la partie algérienne d’une part et d’autre part, ils rappellent la fable de la grenouille qui se voit aussi gros que le bœuf ! Les échanges commerciaux et culturels français avec l’Algérie sont pratiquement à sens unique du fait que l’Algérie n’a à vendre que ses richesses naturelles. La langue française est au top du panthéon culturel en Algérie…alors que la langue arabe est marginalisée en France. L’Algérie n’a pas une économie productive qui lui permette d’aspirer une relation bilatérale mutuellement bénéfique. En réalité, l’Algérie est redevenue à la faveur de l’ouverture économique anarchique de la période Chadli (1979-1972) une semi-colonie commerciale de la France. De quelle égalité parle-t-on ! On nous dit que l’Algérie et la France partage une histoire commune. D’ailleurs, cette histoire dite commune a été imposée à coups de fusils et de triques par la partie française et non par un consentement du peuple algérien. Il n’y pas eu une histoire commune mais bien une histoire qui rappelle la communauté de destin entre la corde et le pendu ! L’Algérie a chassé l’impérialisme français par la grande port; aujourd’hui il revient par la grande porte et en fanfare. La France avec ses alliés a dévasté et a ravagé la Libye durant 8 mois (mars à octobre 2011) et, aujourd’hui, elle récidive en Syrie (elle exerce un chantage auprès de ses semi-colonies d’Afrique noire pour intervenir militairement au Mali; cependant la classe dirigeante algérienne feint d’ignorer cela et continue de regarder comme l’idiot de la fable chinoise le doigt qui lui montre la Lune. Le journal Al Watan (ce titre qui dire veut la patrie en arabe est inapproprié pour un auxiliaire de l’AFP) est allé jusqu'à écrire sans rougir dans son édition du 17 décembre «Alger se fait belle pour accueillir Hollande.». Ce titre qui évoque une relation que la morale publique réprouve, traduit parfaitement l’état d’esprit de la classe dirigeante algérienne. Passons outre la vulgarité d’un journal qui prétend incarner la modernité et les bonnes mœurs ! Nous avons besoin de la France pour nous développer nous répètent en cœur les politiciens bourgeois (petits ou grands) algériens. Ce mot d’ordre montre que le compter sur ses propres forces n’est plus à l’ordre du jour depuis bien longtemps. On ne peut dire que la place privilégiée occupée par la France ait tiré l’Algérie vers le progrès et la modernité ! Les entreprises notamment françaises ont fait main basse sur le pays. La gestion de l’aéroport de la capitale, du métro, les tramways et la distribution de l’eau leur est confiée sans aucune contre partie. Avant d’arriver à cette situation de dépendance et son corollaire l’humiliation nationale, l’Etat algérien avait fait fermer sur injonction des vampires du capital financier international (le FMI et la Banque Mondiale) des milliers d’entreprises industrielles publiques. L’entrée de centaines de milliards de dollars pour cause d’envolée du prix des hydrocarbures durant la décennie 2000, a donné au pays une relative aisance financière. Comme l’Etat s’était trouvé dépourvu au moment de rénover les infrastructures routières, immobilières et ferroviaires, etc. il dût faire appel aux sociétés étrangères pour palier l’incurie et la gabegie de l’économie algérienne. Aujourd’hui, les entreprises françaises sont à la pointe du combat pour demander la suppression de la dernière barrière (la participation étrangère est limitée à 49 % du capital) limitant le pillage de l’économie nationale. Pour cela, elles graissent et corrompent les fonctionnaires et les hommes politiques de tout bord algériens. Comme la corruption, les passes droits et le népotisme ont pris des proportions inouïs, d’où dans ce contexte il est facile de traduire en actes le dicton qui dit : vos souhaits sont des ordres monseigneur ! L’exemple le plus frappant de cette sujétion du personnel politique algérien au capitalisme français est l’abandon d’une industrie automobile nationale algérienne au profit des deux constructeurs automobiles français (Peugeot et Renault). Ces deux marques monopolisent le marché automobile algérien. Que les milieux francophones et francophiles algériens méditent sur le rapport entre la domination de la langue française et l’attirance naturelle du consommateur pour le «made in-France». Quand on dit que l’impérialisme empêche le développement des forces productives des pays opprimés, ce n’est pas une vu de l’esprit mais bien l’amère réalité ! Les ouvriers algériens ne sont pas imprégnées par les préjugés et l’ignorance crasse des philistins algériens pour croire à la fable «d’un partenariat» mutuellement avantageux entre l’Algérie et la France. L’avantage est à sens unique et non à double sens ! Les rapports entre la France et l’Algérie sont identiques, bien évidemment toute proportion gardée, à ceux qui ont cours entre le patron exploiteur et l’ouvrier exploité ! Les masses populaires algériennes non contaminées par le servilisme ambiant que les journaux algériens entretiennent pour polluer l’atmosphère sociale n’ont rien à atteindre ni à espérer du socialiste Hollande. La France impérialiste soutien sans réserve le despotisme intérieur en raison du fait qu’il est le garde-chiourme de ses intérêts. Le despotisme intérieur alimente le servilisme extérieur et le servilisme extérieur alimente le despotisme intérieur. Tout se tient et tout s’enchaîne. Tel est le mal qui empêche le peuple algérien de prospérer socialement et intellectuellement. Tant que l’Algérie reste enserrée dans les filets de la dépendance économique et politique, elle ne peut prétendre à une quelconque rénovation et à un quelconque prestige moral comme l’a eu en son temps notre glorieuse lutte de libération nationale. Le respect ne se demande pas mais il s’acquière et se forge sans et contre les Etats de proies impérialistes.

Salah Sakhri




Jeudi 20 Décembre 2012


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 21/12/2012 09:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le problème de l'Algérie, tout autant que celui de presque tous les pays arabo musulmans, tient en deux ou trois points : Une classe politique corrompue et oligarchique prête à tout pour se maintenir au pouvoir, (mais ce fait existe aussi dans les pays occidentaux), une corruption et un marché noir de la devise nationale, endémiques et des infrastructures de développement très insuffisantes qui font que le pays est dépendant à 80% de l'import pour satisfaire sa demande interne, dans tous les domaines.

Ce qui est tragique, c'est que l'Algérie, tout comme son voisin à l'ouest, le Maroc, dispose de moyens financiers importants, d'une jeunesse formée au niveau universitaire, de grandes capacités sur tous les plans, mais à cause de ces trois problèmes fondamentaux, elle stagne et gaspille ses possibilités. Ceci alors qu'autour d'elle rôdent les prédateurs américains, européens et israéliens qui cherchent de plus en plus ouvertement à déstabiliser ce grand et beau pays pour pouvoir le piller à leur aise. Ce qui est terrible, c'est qu'en apparence, les dirigeants algériens ne voient pas ce danger. Comme si les exemples de l'Iraq, de l'Afghanistan, de la Libye et maintenant de la Syrie, n'étaient pas assez éloquents !

Toute la question demeure de savoir si le peuple algérien saura reprendre son destin en mains, ou au contraire se laissera déstabiliser et au final détruit au profit de l'oligarchie mondiale dont M. Hollande n'est qu'un agent ? Pour être juste, nous dirons qu'il y a autant de chances d'un côté que de l'autre. Même si l'on n'entend très peu parler des forces constructives et éducatives de l'Algérie, elles existent. L'avenir nous dira très rapidement, maintenant, ce qu'il en sera.

2.Posté par delacroix le 21/12/2012 14:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il n'y a pas de quoi être étonné ,l' Algérie est gouverné par des harkis et des juifs ; alors tout ce qui peut arriver de malheur au peuple n' a rien de surprenant . Il y a une donnée très importante que l’auteur omet dans son analyse ; en Tunisie par exemple, dans les années 70 on a enregistré des centaines d’industries françaises venir s' installer pour des raisons non pas de """"partenariat avantageux"""" au deux pays France et Tunisie ,mais pour des délocalisations en raison des couts de la main d' œuvre qui étaient au moins 10 Foix Inferieurs à ceux en France. Ensuite quelque 25 années plus tard ce n' était plus la Tunisie qui était la moins cher ,mais ce fut les anciens pays du camp socialiste de l' EST qui offraient une main d' œuvre a très bon marché ! Alors, les industriels français ont de nouveau déménagé vers ces pays laissant derrière eux un pays en ruine avec un taux de chômage qui atteignait 70 % de la population active et ,et , et , et , il arriva ce qui devait arriver , l' immolation d' un jeune tunisien diplômé suite à une hogra de la police qui déclencha la """révolution du jasmin"""" alors qu'en vérité il s' agit d'une révolte de la misère et de la colère d' un peuple abusé .....Les medias de l’ occident ont parlé d’exigences de démocratie pour cacher les véritbles causes . En Algérie , cela va être plus grave parce qu’il ne s' agit pas d' usines qu' on va installer et les enlever un peu plus tard non , il s' agit de vendre à des consommateurs des produits obsolètes .En exemple les véhicules militaire ""tank"" et les """chars"""" fabriquaient dans la ville de GIAP qui appartiennent au modèle de la 2iéme guerre mondiale que la France a du mal depuis deux dizaines d' années à leurs trouver des acquéreurs vont peut-être intéressé l' ANP ???? Qui sait .......;

3.Posté par abdel le 24/12/2012 04:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonjour
merci salah

4.Posté par said le 24/12/2012 06:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je pense que des que cette generation qui reste au serviçe des anciens collons partira l algerie pourra alors respire mais la faute du gouvernement algerien c est de ne pas avoire ete un acteur credible pendant les evenements en libye
la france ne serai pas venu en terrain sur mais un terrain miné et faible quand aux negoçiations concernant les contrats signeé

5.Posté par Florian le 27/12/2012 06:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Philippe Ploncard d'Assac et ses interventions concerne tant les français de souches que les arabo-musulmans...voici le nom de sa conférence sur « Le rôle du décret Crémieux dans la détérioration des relations franco-arabes » qui aurait pu se nommer « Comment les séfarades d’Algérie ont acquis la citoyenneté française, via le décret Crémieux : histoire d’une injustice », veuillez donc trouver le lien de la vidéo ci-dessous :

http://ploncard-dassac.over-blog.fr/article-le-role-du-decret-cremieux-dans-la-deterioration-des-relations-franco-arabes-113771410.html

La liste des sujets qui ont étés traités :
- l’Épopée coloniale (Algérie française).
- Les différents aspects (positifs et négatifs).
- La IIIème république maçonnique-athée.
- Le décret (Adolphe Isaac) Crémieux.
- Les insurrections en Algérie.
- Édouard Drumont et l'ouvrage La France juive.
- De Gaule et le décret Crémieux.
- Immigration, doubles nationalités, métissage forcé et Grand-Orient.
- Le judaïsme et la nouvelle alliance.
- Les harkis et les pieds noirs.
- Iran et Vatican...etc.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves

VIDEO
| 12/09/2014 | 3809 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Hicham Hamza | 12/09/2014 | 5150 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
1 sur 174


Commentaires