ALTER INFO

À propos de la conférence de la presse censurée de Poutine, la transcription vous n'étiez pas censé voir


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Mercredi 13 Juin 2007

À propos de la conférence de la presse censurée de Poutine, la transcription vous n'étiez pas censé voir

ICH, Mike Whitney, 10 juin 2007


​​​​Mardi, le président russe Vladimir Poutine donnait une conférence de presse d'une heure et demie suivie par de nombreux membres des médias du monde. Le contenu de cette réunion -- dans laquelle Poutine a répondu à toutes les questions sur la prolifération nucléaire, les droits de l'homme, le Kosovo, la démocratie et l'actuelle confrontation avec les USA sur la défense antimissiles en Europe -- a été totalment censuré par la presse. À part un bref extrait paru dans un éditorial du Washington Post, (et qui a servi à critiquer Poutine) la conférence de presse a été effacée des enregistrements publics. Elle n'a jamais eu lieu. (Lire la conférence de presse complète archivée ici [en anglais])


​​​​La performance de Poutine était un tour de force. Il a bien répondu à toutes les questions pourtant trompeuses ou insultantes. Il était franc et homme d'État et démontrait une bonne compréhension de toutes les questions principales.


​​​​La réunion donnait à Poutine une chance de fournir sa version de l'histoire dans le débat grandissant sur la défense antimissiles en Europe de l'Est. Il a présenté un bref rapport de l'état de détérioration des relations US-Russes depuis la fin de la Guerre Froide, et en particulier depuis le 9-11 à aujourd'hui. Depuis le 11 septembre, l'administration Bush a assumé une stratégie agressive pour entourer la Russie avec des bases militaires, pour installer des missiles sur ses frontières, pour renverser ses régimes alliés en Asie Centrale, et pour inciter un bouleversement politique à Moscou avec des groupes « pro-démocratiques » soutenus par les USA. Ces actions ouvertement hostiles ont convaincu de nombreux Russes intransigeants que l'administration US avance avec le plan néo-conservateur pour « changer le régime » à Moscou et fragmenter la Fédération Russe. Le témoignage de Poutine suggère que les intransigeants ont sans doute raison.


​​​​La politique étrangère belligérante de l'administration Bush a acculé dans un coin le Kremlin, forçant Poutine à prendre des mesures de rétorsion. Il n'avait pas d'autre choix.


​​​​Si nous voulons comprendre pourquoi les relations avec la Russie atteignent rapidement le point d'ébullition, il nous suffit seulement de passer en revue les principaux développements depuis la fin de la Guerre Froide. L'analyste politique Pat Buchanan donne un bon résumé détaillé de ceux-ci dans son derniers article « Poutine n'a-t-il pas un point ? »


​​​​Buchanan dit :


Bien que l'Armée Rouge ait décroché et soit rentré volontairement dans sa maison d'Europe de l'Est, et que Moscou estimait que nous avions l'accord de ne pas déplacer l'OTAN vers l'est, nous avons mis notre moment à profit. Non seulement nous avons introduit la Pologne dans l'OTAN, nous avons apporté la Lettonie, la Lithuanie, et l'Estonie, pratiquement le Pacte de Varsovie entier, plantant directement l'OTAN sur le porche devant la Mère Russie. Maintenant, il y a un projet en cours de réalisation pour y introduire l'Ukraine et la Caucasienne Géorgie, le lieu de naissance de Staline.
En second, les USA ont soutenu un pipeline pour livrer le pétrole de la Mer Caspienne depuis l'Azerbaïdjan à travers la Géorgie jusqu'à la Turquie, pour contourner la Russie.
En trois, bien que Poutine nous ait donné le feu vert pour l'utilisation des bases des anciennes républiques Soviétiques pour la libération de l'Afghanistan, nous semblons maintenant vouloir à tout prix rendre permanentes ces bases d'Asie Centrale.
En quatre, bien que Bush ait prétendu que les missiles de défense sont dirigé sur des États voyous comme la Corée du Nord, nous apprenons maintenant que nous allons placer les systèmes antimissile en Europe de l'Est. Et contre qui sont-ils dirigés ?
En cinq, à travers la National Endowment for Democracy, ses auxiliaires républicains et démocrates, et les institutions exemptées d'impôts comme les groupes d'experts, les fondations, et les instituts des « droits de l'homme » tels que la Freedom House, dirigée par l'ancien directeur de la CIA James Woolsey, nous avons fomenté les changements de régime d'Europe de l'Est, dans les anciennes républiques Soviétiques, et en Russie elle-même.
Les révolutions soutenues par les USA ont réussi en Serbie, en Ukraine et en Géorgie, mais échoué en Biélorussie. Moscou a maintenant légiféré des restrictions contre les agences étrangères qu'il voit, non sans justification, comme subversives pour les régimes pro-Moscou.
En six, les USA ont effectué 78 jours de bombardement sur la Serbie pour le crime d'avoir combattu pour garder sa province rebelle, le Kosovo, et pour le refus d'accorder le droit de marche à travers son territoire à l'OTAN pour prendre la direction de cette province. La Mère Russie a toujours eu un intérêt maternel pour les États orthodoxes des Balkans.
Ce sont les doléances de Poutine. N'a-t-il pas un petit point ?

​​​​Oui -- de l'avis de Buchanan -- Poutine a un point, c'est pourquoi sa conférence de presse a été passée sous silence. Les médias diaboliseraint plutôt Poutine que lui permettent d'exposer son affaire au public. (C'est vrai aussi pour d'autres leaders du monde qui choisissent d'utiliser leurs vastes ressources pour améliorer la vie de leurs propres citoyens plutôt que les remettent aux géants pétroliers transnationaux, comme Mahmud Ahmadinejad et Hugo Chavez.) Néanmoins, l'OTAN n'a pas encore approuvé le plan néo-conservateur de la défense antimissiles et, selon de récents sondages, l'opinion publique en Pologne et en République Tchèque est contre d'une manière écrasante.


​​​​Comme on pouvait s'y attendre, l'administration Bush avance sans se soucier de la controverse.


​​​​Poutine ne peut pas permettre aux USA de déployer leur système de défense antimissiles en Europe de l'Est. Ce système constitue une menace directe pour la sécurité nationale de la Russie. Si Poutine prévoyait de déployer un système semblable à Cuba ou au Mexique, l'administration Bush invoquerait immédiatement la doctrine Monroe et menacerait de l'éliminer par la force. Aucun doutes sur ça. Et personne ne devraient douter de que Poutine est aussi déterminé à protéger les intérêts de son propre pays de la même manière. Nous pouvons nous attendre à ce que la Russie pointe maintenant ses missiles sur des cibles européennes et remanie sa politique étrangère de manière à contraindre les USA d'abandonner leurs plans actuels.


​​​​Les médias ont essayé de minimiser les dangers du système proposé. Le Washington Post l'a même qualifié de « petit système de défense antimissiles » qui a déclenché une « vague de paranoïa parmi les adversaires nationaux et étrangers ».


​​​​Non-sens. Rien ne peu être plus loin de la vérité.


​​​​Comme Poutine l'a dit à la conférence de presse, « une fois que le système de défense antimissiles sera en place IL TRAVAILLERA AUTOMATIQUEMENT AVEC TOUTES LES CAPACITÉS NUCLÉAIRES DES ÉTATS-UNIS. Il sera partie intégrante des capacités nucléaires US.


​​​​Pour la première fois dans l'histoire -- et je veux le souligner -- il y a des éléments de moyens nucléaires US sur le continent européen. Ça change simplement l'entière configuration de la sécurité internationale..... Bien entendu, nous devons réagir à ça. »


​​​​Poutine a raison. Le soi-disant système de défense est en fait une extension (et une intégration) du système d'armement nucléaire existant aux USA qui fonctionnera maintenant comme une unité. Le danger de ceci devraient être évident.


​​​​L'administration Bush manœuvre d'une manière qui lui permettra de réaliser ce que Francis A. Boyle, le spécialiste en armes nucléaires, appelle « la politique US de longue date de première frappe nucléaire contre la Russie ».


​​​​Dans l'article de Boyle « Missiles US en Europe : Au delà de la dissuasion jusqu'à la première menace de frappe » il déclare :


Au moyen d'une première frappe US environ 99%+ des forces nucléaires Russes seront détruites. C'est-à-dire, que le gouvernement US pense qu'en réussissant ouvertement le déploiement des capacités de première frappe, il peut se déplacer au delà de la dissuasion, vers la « stratégie de persuasion. »... Ça a été analysé ad nauseam dans la littérature professionnelle. Mais surtout par un premier belliciste en chef de Harvard, Thomas Schelling -- gagnant du Prix Nobel des Sciences Économiques accordé par la Banque de Suède --, qui a mis en valeur l'expression « stratégie de persuasion » [compellence dans le texte anglais] et l'a distinguée de la « dissuasion. » ... Le gouvernement US est en train de sortir de la posture de « dissuasion » pour se convertir à la « stratégie de persuasion ». (Global Research 6-6-07)

​​​​C'est exact. Le but réel est de forcer Moscou à se conformer aux diktats de Washington ou d'affronter la perspective d'une « première frappe » d'anéantissement. C'est pourquoi Poutine exprime des inquiétudes croissantes sur l'abandon du Traité ABM par l'administration et le développement d'un nouveau système d'armes nucléaires brise-bunkers à bas rendement. Les « faucons » qui entourent Bush ont abandonné la politique de « dissuasion » du passé, et croient maintenant qu'une guerre nucléaire peut « être gagnée » par les Etats-Unis. C'est de la folie et ça doit être pris au sérieux.


​​​​L'administration Bush se voit comme principal acteur en Asie Centrale et au Moyen-Orient -- à contrôler les ressources essentielles et les couloirs de pipelines dans toute la région. Cela signifie que l'influence de la Russie devra être diminuée. Boris Yeltsine était le leader parfait pour le maître-plan néo-conservateur (c'est pourquoi les gens de droite l'ont louangé quand il est mort). La Russie s'est désagrégée sous Yeltsine. Il a surveillé le démantèlement de l'État, le pillage de ses ressources et des capitaux d'État, et la restructuration de son économie selon les principes du néolibéralisme.


​​​​Pas étonnant si les néo-conservateurs l'aimaient.


​​​​Sous Poutine, la Russie a regagné sa position économique, son influence régionale et son prestige international. L'économie est florissante, le rouble est stabilisé, le niveau de la vie est monté, et Moscou a renforcé ses alliances avec ses voisins. Cette prospérité Russe récemment découverte pose un véritable défi aux plans de Bush.


​​​​Deux actions en particulier ont changé de tièdes à ouvertement hostiles les relations Russo-US. La première fut quand Poutine annonça que quatre des plus grands gisements pétroliers de Russie ne seraient pas ouverts au développement étranger. (La Russie avait consolidé sa richesse pétrolière sous la gestion d'État de Gazprom) et, la seconde, quand le ministère de l'Économie Russe commença à convertir les réserves de dollars en or et en roubles. Ces deux actions sont considérées comme de hauts crimes par les dirigeants corporatifs US et les élites occidentales. Leur réponse a été rapide.


​​​​John Edwards et Jack Kemp ont été nommés pour mener un groupe de travail au Council on Foreign Relations (CFR) qui a concocté le prétexte de base pour un assaut tous azimuts contre Poutine. C'est l'idée que Poutine a commencé à « faire reculer la démocratie » ; c'est une excuse un peu légère pour justifier l'hostilité politique. Dans leur article « La mauvaise direction de la Russie », Edwards et Kemp déclarent « qu'une association stratégique » avec la Russie n'est plus possible. Ils notent que le gouvernement est devenu de plus en plus « autoritaire » et que la société devient de moins en moins « ouverte et pluraliste ». Baratin. Personne à Washington ne se soucie vraiment de démocratie. (Regardez juste nos « bons amis » en Arabie Saoudite, en Azerbaïdjan, en Ouzbékistan, et au Kazakhstan.) Ce qu'ils craignent est Poutine se débarrassant du dollar et contrôlant son propre pétrole. C'est ce qui compte. Bush veut aussi que Poutine soutienne des sanctions contre l'Iran et approuve sans discussion la résolution du Conseil de Sécurité pour séparer le Kosovo de la Serbie. (Depuis quand l'ONU a-t-il le droit de refaire les frontières nationales ? Est-ce que la création d'Israël est un si formidable succès pour que le Conseil de sécurité veuille de nouveau tenter sa chance ?)


​​​​Poutine n'accepte pas le modèle d'un monde « unipolaire ». Comme il l'a dit à Munich, le monde unipolaire fait allusion « à un monde dans lequel il y a un maître, un souverain -- un centre d'autorité, un centre de force, un centre de prise de décision. À la fin du jour c'est pernicieux non seulement pour tous ceux dans le système, mais aussi pour le souverain lui-même parce que ça se détruit de l'intérieur.... Bien plus important, le modèle lui-même est défectueux parce qu'à sa base il n'y a et ne peut y avoir aucune base morale pour la civilisation moderne. »


​​​​Il a ajouté :


Les actions unilatérales et souvent illégitimes n'ont résolu aucun problème. Et qui plus est, elles ont causé de nouvelles tragédies humaines et ont créé de nouveaux centres de tension. Jugez par vous-mêmes -- les guerres ainsi que les conflits locaux et régionaux n'ont pas diminué. Plus meurent qu'avant. Sensiblement plus, notablement plus !
Aujourd'hui nous sommes témoins d'un usage presque non maîtrisé de la force excessive -- de la force militaire -- dans les relations internationales, la force qui plonge le monde dans un abîme de conflits permanents.
Nous voyons un dédain de plus en plus grand pour les principes de base du droit international. Et les normes juridiques indépendantes, c'est un fait, deviennent de plus en plus proches d'un système juridiques d'État. Un État et, bien entendu, en premier lieu les USA, ont outrepassé leurs frontières nationales de toutes les manières. C'est évident dans les politiques économique, politique, culturelle et éducative, qu'ils abusent des autres nations. Eh bien, qui aime ça ? Qui est heureux de ça ?
Dans les relations internationales nous voyons de plus en plus le désir de résoudre une question donnée en fonction de soi-disant problèmes de convenance politique, basés sur le climat politique en cours. Et c'est bien sûr extrêmement dangereux. Il en résulte le fait que personne ne se sent en sécurité. Je veux souligner ceci -- personne ne se sent en sécurité ! Puisque personne ne peut sentir que le droit international est comme un mur de pierre qui le protégera. Naturellement, une telle politique stimule la course aux armements.
Je suis convaincu que nous avons atteint le moment décisif où nous devons sérieusement penser à l'architecture de la sécurité globale.

​​​​Comment quelqu'un peut-il contester l'analyse de Poutine ?


​​​​« Les actions militaires unilatérales et illégitimes », « l'usage non maîtrisé de la force excessive », le « dédain pour les principes de base du droit international », et ce qui est le plus important, « Personne ne se sent en sécurité ! »


​​​​Ce sont des faits irréfutables. Poutine a simplement résumé sommairement la Doctrine Bush mieux que tout autre.


​​​​L'administration Bush a majoré de cinq mille hommes ses bases sur la ligne de front, sur le périmètre de la Russie. Est-ce la conduite « d'un allié digne de confiance » ?


​​​​En outre, l'OTAN a déployé des forces sur les frontières de la Russie même tandis que Poutine continuait à respecter les obligations du traité et déplaçait les troupes et les équipements militaires à des centaines de milles de distance.


​​​​Comme Poutine l'a dit mardi : « Nous avons enlevé toutes nos armes lourdes de la partie européenne de Russie et les avons mises derrière les Monts Oural » et « réduit nos forces armées de 300.000 hommes. Nous avons pris plusieurs autres mesures requises par le Traité des Forces Armé Conventionnelles Adaptées à l'Europe. Mais qu'avons-nous vu en réponse ? L'Europe de l'Est reçoit de nouvelles armes, deux nouvelles bases militaires sont établies en Roumanie et en Bulgarie, et il y a deux nouvelles zones de lancement de missiles -- un radar en République Tchèque et des systèmes de missiles en Pologne. Et nous nous posons la question : qu'est-ce qui se passe ? La Russie se désarme unilatéralement. Mais si nous nous désarmons unilatéralement nous aimerions voir ensuite nos partenaires être disposés à faire de même en Europe. Au contraire, l'Europe est complètement dopée avec de nouveaux systèmes d'armes. Et naturellement nous ne pouvons aider mais sommes concernés. »


​​​​(C'est pourquoi les commentaires de Poutine n'ont pas paru dans les médias occidentaux ! Ils auraient été trop préjudiciables à l'administration Bush et à leurs plans expansionnistes.)


​​​​Qui a détruit l'ABM ?


​​​​Poutine a dit :


Nous n'avons pas initié le retrait du Traité des Missiles Anti-Ballistiques. Mais quelle réponse avons-nous donnée quand nous avons discuté de cette question avec nos associés US ? Nous avons dit que nous n'avons pas les ressources et que nous ne désirons pas créer un tel système. Mais en tant que professionnels nous comprenons qu'un système de missiles de défense d'un côté et aucun de l'autre ne crée qu'une illusion de sécurité et augmente les possibilités d'un conflit nucléaire. Le système de défense DÉTRUIRA L'ÉQUILIBRE STRATÉGIQUE DANS LE MONDE. Afin de reconstituer cet équilibre sans installer un système de missiles de défense nous devrons créer un système pour le surmonter, c'est ce que nous faisons maintenant.

​​​​Poutine : « UNE COURSE AUX ARMEMENTS SE DÉROULE. Est-ce nous qui nous sommes retirés du Traité ABM ? Nous devons réagir à ce que font nos partenaires. Nous leur avons déjà dit il y a deux ans, " ne faites pas ceci, vous n'avez pas besoin de le faire. Que faites-vous ? VOUS DÉTRUISEZ LE SYSTÈME DE SÉCURITÉ INTERNATIONA. Vous devez comprendre que vous nous forcez à prendre des mesures de représailles. "... "nous les avons avertis. Non, ils ne nous ont pas écouté. Ensuite nous avons entendu qu'ils développaient des armes nucléaires à bas rendement et ils continuent à développer ces armes. " Nous leur avons dit " qu'il vaudrait mieux rechercher d'autres manières de combattre le terrorisme que créer de telles armes et abaisser le seuil d'utilisation des armes nucléaires, et ainsi mettre l'humanité au bord d'une catastrophe nucléaire. Mais ils ne nous écoutent pas. Ils ne recherchent pas de compromis. Leur point de vue complet peut se résumer en une phrase : Qui n'est pas avec nous est contre nous. »


​​​​Poutine demande, « De cette manière que devrions-nous faire ? » La fâcheuse situation actuelle nous a amené « au bord du désastre ».


​​​​Poutine : « Certains ont l'illusion que vous pouvez faire tout exactement comme vous le voulez, sans vous soucier des intérêts des autres. C'est bien entendu pour cette raison précise que la situation internationale empire et aboutira par la suite à une course aux armements comme vous l'avez signalé. Mais nous n'en sommes pas les instigateurs. Nous ne le voulons pas. Pourquoi voudrions-nous détourner des ressources pour cela ? Et nous ne compromettons nos relations avec quiconque. Mais nous devons réagir.


​​​​Citez une seule mesure que nous avons prise ou une action conçue par nous pour faire empirer la situation. Il n'y en a aucune. Nous ne sommes pas intéressés par ça. Nous sommes intéressés par une bonne atmosphère, au dialogue sur l'environnement et l'énergie autour de la Russie ».


​​​​Alors, que devrait faire Poutine ? Et comment peut-il assumer ses responsabilités autrement devant les Russes sans prendre des mesures défensives de « représailles » contre l'acte de guerre de Bush. En étendant ses capacités nucléaires en Europe, toute la Russie est en danger imminent, et ainsi, Poutine doit décider « avec précision des moyens qui serviront à détruire les installations que nos experts pensent représenter une menace potentielle pour la Fédération Russe ». (Notez que Poutine NE MENACE JAMAIS DE POINTER SES MISSILES SUR LES VILLES EUROPÉENNES COMME LE RAPPORTENT LES MÉDIAS OCCIDENTAUX.)


​​​​Poutine a fait de grands progrès dans l'amélioration de la vie des Russes. C'est pourquoi son taux d'approbation du public s'élève à 75%. L'économie russe a été en expansion de 7% par an. Il a diminué de plus de la moitié le nombre de gens vivant sous le seuil de pauvreté et il l'amènera au niveau européen d'ici à 2010. Les revenus réels s'accroissent d'un étonnant 12% par an. Comme Poutine l'a dit, « Combattre la pauvreté est l'une de nos premières priorités et nous devons encore faire beaucoup pour améliorer notre système de pension aussi parce que la corrélation entre les pensions et le salaire moyen est encore plus bas ici qu'en Europe. »


​​​​Si seulement c'était vrai en Amérique !


​​​​La Russie est maintenant la neuvième plus grande économie du monde et elle a amassé une énorme réserve d'or et de devises -- la troisième des plus grandes du monde. Il est aussi l'un des principaux acteurs de la politique énergétique internationale avec une production pétrolière quotidienne qui dépasse maintenant celle de l'Arabie Saoudite. C'est aussi le plus grand producteur de gaz naturel du monde. La Russie deviendra seule plus forte pendant que nous avancerons dans le siècle et que les ressources énergétiques deviendront plus rare.


​​​​Poutine proteste fortement à l'idée qu'il ne s'engage pas pour les droits de l'homme ou qu'il « fait reculer la démocratie ». Il remarque comment la police utilise la matraque en Europe, utilise systématiquement le gaz lacrymogène, les engins à chocs électriques et les canons à eau pour disperser les manifestants. Est-ce ainsi que l'Occident honore les droits de l'homme et les libertés civiles ?


​​​​Quant à l'administration Bush -- Poutine a présenté une copie du rapport annuel d'Amnistie International condamnant la conduite des USA dans la guerre à la terreur. « J'ai une copie du rapport d'Amnistie International ici, qui inclut une section sur les USA, » a-t-il dit. « L'organisation a conclu que les USA SONT MAINTENANT LE PRINCIPE VIOLATEUR DES DROITS DE L'HOMME ET DES LIBERTÉS DANS LE MONDE ENTIER. »


​​​​Il a ajouté, « nous avons un proverbe en Russe : Ne blâmez pas le miroir si votre visage est tordu. »


​​​​Poutine est un nationaliste acharné. Il a aidé à reconstituer la confiance en soi de la Russie et à reconstruire l'économie. Il a démontré une volonté de compromis avec l'administration Bush sur chaque question importante, mais il a été à plusieurs reprises repoussé. La dernière chose qu'il veut est une impasse nucléaire avec les USA. Mais il fera ce qui se doit pour défendre son peuple de la menace d'une attaque étrangère. Le déploiement du système de missiles de défense exigera que la Russie développe ses propres nouveaux systèmes d'armes et change son opinion au sujet de faire confiance aux USA. L'amitié n'est pas possible dans le climat actuel.


​​​​Quant à la « démocratie », Poutine dit être mieux lui-même :


Suis-je un « pur démocrate » ? (rires) Bien sûr que je le suis, absolument. Le problème est que je suis tout seul -- le seul de mon espèce dans le monde entier. Regardez juste ce qui se passe en Amérique du Nord, c'est simplement effroyable -- la torture, les gens sans abri, Guantanamo, les personnes détenues sans procès ni enquête. Regardez juste ce qui se passe en Europe -- le traitement brutal des manifestants, les balles en caoutchouc et le gaz lacrymogène utilisé d'abord dans une capitale puis dans les autres, les manifestants tués dans les rues ..... Je n'ai personne à qui parler depuis que le Mahatma Gandhi est mort.

Bien dit, Vladimir.



http://www.informationclearinghouse.info/article17856.htm

Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info





Jeudi 14 Juin 2007


Commentaires

1.Posté par Gilles COUTURIER le 13/06/2007 07:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout ceci fait très très peur, mais cela dépend à qui ? Prenez deux exemples :
1- Si nous devions fabriquer les produits que consommera le marché Chinois...je vous laisse deviner. Malheureusement, c'est le contraire.
2-Bush est allé pilonner des grottes censées abriter Ben Laden au Pakistan...c'est à dire, à la frontière Chinoise. Pensez-vous vraiment qu'il ait été convaincant ? Est-ce que la Chine a seulement bougé d'un poil? Nullement !
Ce qui peut faire peur, par contre est que cet homme est une brute aveugle. En effet, cela fait cinq ans qu'il remue la vase de cet étang où il a perdu ses lunettes, en vain. Il y a fort à craindre qu'il ne les retrouve jamais !

2.Posté par petrus le 13/06/2007 10:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui, ça fait peur !

Les médias diabolisent continuellement Poutine et censurent ses considérations sensées et pacifiques sur la situation internationale. Bush, par contre est présenté de manière assez neutre malgré ses crimes et son "échec" en Iraq qui n'est pas vraiment analysé dans ses conséquences et ce qu'il implique. Même la torture est traitée par les médias de manière assez banale alors qu'il s'agit d'un fait extrêmement grave qui démontre la dérive dans la psychopathie de la société US.

Même sur les médias d'Etat comme France Inter qui n'a espérons-le rien à voir avec les médias sionistes on n'arrête pas de faire du tort à Poutine. Sa référence à Gandhi a été tournée en dérision et et rien d'autre de sa conférence n'a été évoqué. Les dirigeants occidentaux prennent de lourdes responsabilités en permettant aux médias de braquer l'opinion publique contre des gens comme Poutine, ou Chavez qui est traité de "dictateur".

Sur France Inter, régulièrement des "experts" vous expliquent que Poutine est un tiran et des gens à forte tendance sioniste vous expliquent des trucs que vous savez pertinemment faux ou orienté. Ils parlent de ce qu'endurent les Israéliens menacés par les qsams et banalisent la situation Palestinienne et son continuel massacre.

Je puis me tromper, mais ça ressemble à une préparation de l'opinion publique à la guerre contre la Russie. À moins que ça entre dans la "stratégie de persuasion" : Faire peur pour forcer à s'aligner spontanément sur les désirs des néo-conservateurs ?

3.Posté par soakely le 13/06/2007 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Napoleon et hitler se sont cassés les dents contre la russie. Jamais 2 sans 3. La fin de l'empire US arrive. Inch allah

4.Posté par Emre le 13/06/2007 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce sont des paroles très sensées, mais j'aimerais souligner 2 points TRES IMPORTANTS: -Poutine est effectivement un grand homme politique(c-a-d qu'il sait de koi il parle contrairement a son homologue américain)
-cependant il n'a rien de plus humain que Bush, croyes-moi bien que s'il avait les moyens et les crédits qu'on accorde aux Etats-Unis, Poutine ne se gènerait pas.
De tout temps la Russie a été l'instigatrice des guerres et des représailles les plus sanglantes au moyen et extrême Orient et l'exemple de la Tchétchénie est accablant...la population est passée de 5millions a 200.000 personnes en l'espace de 10ans!!!
Quelqu'un est au courant???? Ce peuple va disparaitre sans que l'opinion publique ne s'en rende compte.
Et finalement la guerre contre les "terroristes" de Poutine est motivée par les mêmes intérets que la "sainte guerre" américaine....!!!
SVP n'ouvrez pas les bras a n'importe quel salaud qui se pose contre le gouvernement américain.
Bien dit Vladimir.... "bient dit Vlad" tant que t'y est!!!

5.Posté par joker le 13/06/2007 14:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sur la tchetchenie

Emre tu devrais te renseigner sur la doctrine d'endiguement de la russie de brezinski, ennoncée avant que le terrorsime tchetchene se mette en place:

jen gros mettre en place des integristes musulmans (comme ben laden en afghanistan) tout autour de la russie
ca

6.Posté par joker le 13/06/2007 14:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tchetchenie, ex yougoslavie, afghanistan, ex republique sovietiques etc...

tout ca pour eviter une dynamique economique et commerciale sur le continent eurasiatique entre europe, russie , asie chine inde
qui bien evidement sonnerait le glas du commerce anglosaxon basé sur la spéculation

ce sont les memes motivations qui ont conduit a l'abandon de l'economie de List dans l'allemagne des annees 30 et poussé au pouvoir le national socialisme.

roosevelt avait changé la donne face a l'ologarchie fianciere etatsunienne mais des son affaiblissement a yalta la logique post coloniale a repris son cours....

a quand le jugement des bush cheney kissinger blair et autres "faucons"?

7.Posté par webmestre le 13/06/2007 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher Emre,
Ne croyez pas une seconde les mensonges racontés sur la Tchétchénie et les soi-disant djihadistes tchétchènes qui sont aux services des US et de Berezoswki., c’est lui, l’ex oligarque russe –juif- qui finance la ‘’résistance’’ tchétchène.

A l’instar de l’Afghanistan et l’invasion soviétique, la Bosnie, la Tchétchénie, la Somalie et tous les foyers de violences, les US sont les initiateurs.

Prenez le temps de bien comprendre qui est qui, une vision globale de la situation internationale est impératif pour faire la part des choses.
Evidemment, si vous êtes d’origine turque, il vous sera difficile d’accepter certaines facettes occultées du monde et des rôles joués par les uns et les autres, et ce depuis la chute du Califat ottoman.

La Turquie, a adopté depuis fort longtemps la doctrine atlantiste et la propagande idéologique pro US est à l’origine de certaines incompréhensions et de la lectures biaisée de l’histoire et de la géopolitique mondiale.

Poutine est un homme de principe et ses convictions politiques sont plus humaines que celles de nombreux dirigeants occidentaux.
Vous, vous méprenez sur nos connaissances et nos prises de positions.

Cordialement

8.Posté par Ed'haine nique le 16/06/2007 02:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Parfaitement M Webmester, et dans le cas de Politovskaïa nous espérons que ces excellents messieurs du Mossad et de la C.I.A ont leur compte de balles !
Par ailleurs nous remercions chaleureusement nos bons amis d'Israël pour l'avion qui est malencontreusement tombé à la frontière avec l'Egypte où 8 de nos soldats ont trouvé la mort, le seul avion au monde qui volât sans boite noire, comme par hasard le jour où fut élu l'homme libre qui va chercher ses ordres à Tel Aviv et au F.M.I. , le cas échéant chez Edouard de Rothschild, le digne descendant des trésoriers-payeurs du IIIème Reich ( A qui appartenait I.G. Farben ?) Nicolas Sarkovodkanovitch 1ER, dont nous avons pu apprécier à l'occasion comment il défendit avec la légendaire nergie des braves qui est la sienne notre identité nationale en ne demandant surtout pas que lumière soit faite sur cet " accident regrettable ", accident que nous ne mettrons pas en relation avec un autre très bon ami de la France, surtout de notre très sobre président, et par conséquent le meilleur ami de la paix et de la justice qui soit : le Grand, L'Immense Président de TOUTE LA PLANETE : l'excellentissime G.W. Bush qui fustigea fort à propos les manquements aux droits de l'homme du gouvernement Moubarak qu'il soutient depuis des décennies à coups de Millards de Dollars, détail sur lequel nous fermerons les yeux n'étant pas animé de ce mauvais esprit des crypto-marxisto-gaucho-islamistes, pas plus que de celui de ces réactionnaires laïcards, mais de l'esprit de corps moutonnier des médias sionistes du monde entier ( France Inter et les Guetta, Bromberger, Weill, Levaï, Patrick Roger et autre Duvic bille en tête sans parler de France KULTUR :la radio qui arrive à damer le pion à Radio Courtoisie ) nous crions avec la foi monothéiste du charbonnier : Vive Bush A mort Poutine même et surtout si nous pensons exactement l'inverse et qu'une envie irrépressible nous prend de Hurler : " u[Attention à vous Egyptiens ! Construisez vite des abris antiatomiques. N'oubliez pas qu'Eretz Israël c'est de l'Euphrate jusqu'au Nil. ]u"

A part ça, il est où Ben Laden ? A la Knesset au Pentagone, Au 10 Downing Street, à l'Elysée ou se cache-t-il dans les bourrelets graisseux du plus beau spécimen femelle de la race supérieure, la grande amie de Cohn Bendit : Angela Merckel ?
Bien à vous forumeurs et équipe d'Alterinfo.

P.S Allez faire un tour dans ce sompteux pays qu'est la Russie et son peuple divin alors vous constaterez par vous-mêmes où souffle en ce moment le vent de la liberté si c'est sur Moscou, St Pertersbourg ou Paris, New Yok, Londres, Berlin ou Tel Aviv.

9.Posté par Gilles COUTURIER le 25/06/2007 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tous les ingrédients seraient réunis pour nous voir prochainement engagés dans une nouvelle campagne de russie, car la Vodka est un formidable poison auquel a goûté notre président, elle ne peut se boire que sortant du congélateur pour la bonne raison que, à température ambiante, elle est parfaitement dégueulasse..

.La Vodka a été le révélateur du bon caractère de Bill Clinton.
elle est le révélateur du malaise de Sarkozy...

A bon entendeur, ça pue !

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires