Croyances et société

A la recherche du bonheur


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 10 Septembre 2017 - 09:40 L'Imamat (Réfutations)


Oui l’homme recherche le bonheur ou plutôt une sensation de paix et de tranquillité comme si inconsciemment il savait que cela existait quelque part. On peut même se demander s’il n’est pas programmé pour rechercher le bonheur. Je me rappelle de ces histoires d’esclaves se révoltant sur des bateaux comme sur la Amistad (http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Amistad) pour essayer de retrouver leur liberté. La recherche du bonheur assurément un combat sans fin pour l’humain, à moins qu’il ne sache reconnaître quand il est heureux ! Posons-nous en effet la question.


Thanatos
Mercredi 5 Mai 2010

A la recherche du bonheur
Au plan religieux certains expliqueraient cela par le fait que nos ancêtres seraient sortis d’un paradis nommé Eden et auraient fortement regretté cet endroit comme cela est décrit dans le livre apocryphe intitulé « l’apocalypse d’Adam et Eve » (pour les anglophiles :
http://www.earth-history.com/Pseudepigrapha/FB-Eden/adam-eve-1.htm). Dans ce livre il est fait mention des souffrances de ces deux êtres quant à leur exil de cet endroit magnifique. Mais pour autant si l’on prend cette histoire dans la globalité on se rend compte qu’ils n’ont pas hésité à trahir leur Dieu en quête d’un bonheur plus grand ne se contentant pas de l’endroit « idéal » où ils étaient. Alors si l’on accepte l’idée que cette histoire est vraie, on peut se demander mais que voulaient-ils de plus ? Ils voulaient devenir des « dieux » vraisemblablement ! Un rêve aussi fou que celui d’Icare. A présent nous sommes dans un monde de souffrances et de maladie où il est « légitime » de chercher un mieux quelque part. Nous sommes choqués par notre fragilité physique et psychique et notre impuissance face aux déchaînements des éléments. Nous ne nous pouvons que nous poser cette question qui est de savoir s’il est possible d’être en paix et en sécurité dans ce monde ? Question pertinente d’autant plus que si vous n’êtes pas malade, vous pouvez être pauvre, si vous n’êtes pas pauvre, vous pouvez être soumis aux caprices de dame nature etc… Si bien que certains en sont à se demander : « mais qu’est-ce qui pourrait encore me tomber dessus ? ». Si on se dit que nos ancêtres n’avaient pas à subir toutes ces contrariétés on peut se demander pourquoi ont-ils mangé ce satané fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal ? Sans doute pour savoir ! Car l’humain est un être rongé par la curiosité et qui veut comprendre et savoir. Il n’est pas étonnant alors que nous soyons fascinés par les découvertes scientifiques ou par des « exploits » comme quand par exemple certains ont marché ( ?) sur la lune. Cet attrait pour l’inconnu nous rend susceptibles d’être victimes de toute sorte de manipulations et cela est troublant et inquiétant. Nul besoin de blâmer nos ancêtres alors (si tant est que l’on croit en cette histoire que certains peuvent percevoir comme étant une métaphore sur l’incapacité de l’humain à être satisfait) puisque nous sommes prêts à répéter la même erreur encore et encore en ouvrant des boîtes de Pandore.
 Car je ne vois l’erreur d’Adam et Eve que comme l’ouverture de la boîte de Pandore (http://fr.wikipedia.org/wiki/Pandore). Une curiosité malsaine qui plongea l’humanité dans les ténèbres. Et des « Pandores » le monde semble en compter tant. Qu’est-ce qui animait ceux qui ont fabriqué la bombe atomique comme Robert Oppenheimer
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Oppenheimer) ? Cherchaient-ils un moyen d’apporter la paix le plus rapidement possible ? L’histoire officielle dit que la paix fut ramenée par les attentats terroristes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki ! La paix fut ramenée mais l’humanité rentra dans une nouvelle ère de terreur avec une arme terrifiante. Qu’a dit Oppenheimer et je le cite
: « Je suis le Temps, qui en progressant, détruit le monde » en faisant référence à la citation sanskrit du Bhagavad Gita
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Bhagavad_Gita): kālo'smi lokakṣayakṛt pravṛddho. Conscient sans doute qu’il avait donné au monde une arme incroyablement redoutable et qui en cas de conflit de grande ampleur pourrait plonger l’humanité dans une ère de ténèbres sans précédent. Oppenheimer et ses amis voulaient-ils ramener la paix ou cherchaient-ils à assouvir leur curiosité ? Sans doute un peu des deux, sans doute… Surtout qu’il aurait dit et je cite : «L'homme est poussé par le besoin de savoir.». Oppenheimer a aussi dit : « Je l'ai senti moi-même. Le scintillement des armes nucléaires. Il est irrésistible si vous les approchez comme un scientifique.
De sentir que c'est là dans vos mains, de libérer cette énergie qui alimente les étoiles, de la plier à votre volonté. D'exécuter ces miracles, de soulever un million de tonnes de roche dans le ciel. C'est quelque chose qui donne aux gens une illusion de pouvoir illimité et c'est, en quelque sorte, la cause de tous nos ennuis - cela, ce que vous pourriez appeler l'arrogance technique, qui a raison des gens quand ils voient ce qu'ils peuvent faire avec leur esprits » (Else, Jon.The Day After Trinity: J. Robert Oppenheimer and The Atomic Bomb). Et ça continue ! On nous parle des OGM pour éradiquer la faim par exemple sans aucun doute un « miracle » que la « révolution verte » devait permettre d’atteindre ! On parle d’OGM (ici un article intéressant :
http://www.ogmdangers.org/enjeu/philosophique/document/Bill_Joy.html) et en même temps certains prennent d’incroyables précautions en construisant une « arche de Noé végétale » (www.alterinfo.net/L-arche-de-Noe-vegetale-en-Arctique_a14802.html). L’humain est un incorrigible rêveur, un éternel insatisfait et un spécialiste des regrets. Il cherche toujours compliqué quand il faut faire simple et après se morfond sans fin. Pourquoi ne peut-il être pragmatique et se poser les bonnes questions ou devrais-je dire poser et se poser les bonnes questions ? Par exemple d’où vient la famine ? Qu’il fasse le tour de la question et sans doute aura-t-il des éléments de réponse pertinents. La précipitation est ce qui cause notre perte mais le comprendrons-nous un jour ? Je l’espère.
 Alors souvent nous avons un bonheur mais comme le dit Maslow quand un besoin est satisfait (même temporairement) nous en cherchons d’autres quitte à nous en créer (et à perdre le risque de tout perdre). Je pense que c’est déjà bien de pouvoir manger, avoir un toit et des amis. Mais pour beaucoup d’entre nous ce n’est pas assez (Ah cette chère grenouille qui se voulait plus grosse que le bœuf voir ici :
http://www.lafontaine.net/lesFables/afficheFable.php?id=3) ! Mais à vrai dire je pense que l’oisiveté est un des pires maux dont nous souffrons et c’est en cela que je crois que la modernité que certains nous promettent est une abomination (modernité qui le rappelle coupe le lien par exemple de l’humain à la nature). L’humain qui se bat pour assurer ses besoins primaires n’a guère le temps d’avoir les pensées et envies insensées de certains oisifs.
Je ne dis pas qu’il faille être dans un système où nous ne pouvons pas prendre le temps de méditer. Je ne suis pas un partisan de travailler plus pour gagner plus, je serai plutôt un partisan de travailler raisonnablement pour vivre mieux. Je pense que le problème est le nombre de chimères dont on nous bourre le crâne et qui égarent nombre d’entre nous. Je me fiche de savoir que l’humain a marché sur la lune par exemple quand je vois des gens crever de faim ! Je me fiche de savoir ce qu’il y avait au début de l’univers (projet du LHC) quand certains en arrivent à se prostituer pour pouvoir survivre. Ce qui m’intéresse c’est comment faire pour que chacun ait droit au minimum. Un enfant qui naît doit être aidé, assisté et choyé. Car c’est un esprit de plus qui vient parmi nous et ma foi, c’est un espoir.
C’est l’espoir que la vie se perpétue et que notre race survit. En serons-nous un jour à vivre dans un monde terrifiant comme celui décrit dans l’œuvre de science-fiction « children of man »
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Fils_de_l%27homme_%28film%29) ? Prenons garde à ce que nos rêves ne nous privent pas de l’essentiel, de ce qui importe vraiment. Nous sommes des humains et pour moi, accepter l’idée que certains des nôtres meurent de faim à cause de notre égoïsme est difficile à supporter. Nous regardons vers le futur, mais demandons-nous : « quel futur ?
». Devrons-nous réaliser mille merveilles technologiques au prix d’un génocide ? La récente marée noire nous laisse-t-elle de marbre ?
L’oublierons-nous comme nous avons oublié les précédentes ou le nuage radioactif de Tchernobyl ? Oui nous pouvons accuser nos dirigeants c’est ce qu’il y a de plus facile à faire ! Comme Adam a accusé Eve en Genèse (3.12 L'homme répondit: La femme que tu as mise auprès de moi m'a donné de l'arbre, et j'en ai mangé.) et comme Eve a accusé le serpent (3.13 Et l'Éternel Dieu dit à la femme: Pourquoi as-tu fait cela? La femme répondit:
Le serpent m'a séduite, et j'en ai mangé.). Comment nous séduit-on ?
C’est tellement simple !  
 Vous voulez un enfant et on vous dira que pouvez avoir un enfant « sur mesure » et vous trouverez l’idée alléchante. Vous tirez le diable par la queue un mythomane en quête de votre vote, vous dira que « vous pouvez travailler plus pour gagner plus ». Ah chaque fois que nous écoutons ces paroles séduisantes nous devenons l’esclave de celui qui les prononce. Oui c’est très facile de vous séduire et chacun ne regardera pas ses fautes, ses erreurs comme les politiciens non plus ! Personne ne se remettra en question pour repartir du bon pied ! Non, nous sommes trop occupés à rêver d’un monde plus beau, plus parfait et de ne pas nous dire que c’est impossible. Que ce monde là est comme ça et qu’en fait nous devons nous organiser pour assurer notre survie car nous ne sommes pas des dieux mais des humains. Je ne dis pas qu’il ne faut pas rechercher un haut rendement agricole puisque par moment nous devons faire face à des aléas climatiques, mais la question est comment ! Si la quête de profit est la seule chose qui intéresse les actionnaires et par ricochet les gestionnaires d’entreprise alors nous pourrons en mesurer les conséquences.
La bande à Oppenheimer était peut-être motivé par mettre fin à la guerre (le plus vite possible) et on a vu ce qui en est sorti. L’enfer est pavé de bonnes intentions ! Quand on met toute l’intelligence humaine à la recherche de solutions folles et « miraculeuses », le pire est à craindre ! Je me dis que ce qu’il faut souvent c’est tous autant que nous sommes nous retrousser nos manches et utiliser de « l’huile de coude ». Si nous ne sommes pas raisonnables, personne ne le sera à notre place. Si nous n’apprenons pas à connaître les choses importantes, personne ne le fera pour nous. Pour moi en ce monde tout n’est que vanité et quand on l’ignore nous sommes amenés à répéter les mêmes erreurs encore et encore.
 
 Pour conclure voici des passages d’un de mes livres bibliques préférés à savoir celui de l’ecclésiaste :  
 « 1.9 Ce qui a été, c'est ce qui sera, et ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera, il n'y a rien de nouveau sous le soleil. 1.10 S'il est une chose dont on dise: Vois ceci, c'est nouveau! cette chose existait déjà dans les siècles qui nous ont précédés. »  « 3.17 J'ai dit en mon coeur: Dieu jugera le juste et le méchant; car il y a là un temps pour toute chose et pour toute oeuvre. 3.18 J'ai dit en mon coeur, au sujet des fils de l'homme, que Dieu les éprouverait, et qu'eux-mêmes verraient qu'ils ne sont que des bêtes. 3.19 Car le sort des fils de l'homme et celui de la bête sont pour eux un même sort; comme meurt l'un, ainsi meurt l'autre, ils ont tous un même souffle, et la supériorité
de l'homme sur la bête est nulle; car tout est vanité. 3.20   Tout va dans un
même lieu; tout a été fait de la poussière, et tout retourne à la poussière. 3.21 Qui sait si le souffle des fils de l'homme monte en haut, et si le souffle de la bête descend en bas dans la terre? 3.22 Et j'ai vu qu'il n'y a rien de mieux pour l'homme que de se réjouir de ses oeuvres: c'est là sa part. Car qui le fera jouir de ce qui sera après lui? »  « 4.7 J'ai considéré une autre vanité sous le soleil. 4.8 Tel homme est seul et sans personne qui lui tienne de près, il n'a ni fils ni frère, et pourtant son travail n'a point de fin et ses yeux ne sont jamais rassasiés de richesses. Pour qui donc est-ce que je travaille, et que je prive mon âme de jouissances? C'est encore là une vanité et une chose mauvaise. 4.9 Deux valent mieux qu'un, parce qu'ils retirent un bon salaire de leur travail. 4.10 Car, s'ils tombent, l'un relève son compagnon; mais malheur à celui qui est seul et qui tombe, sans avoir un second pour le relever! 4.11 De même, si deux couchent ensemble, ils auront chaud; mais celui qui est seul, comment aura-t-il chaud? 4.12 Et si quelqu'un est plus fort qu'un seul, les deux peuvent lui résister; et la corde à trois fils ne se rompt pas facilement. »  « 5.10 (5:9) Celui qui aime l'argent n'est pas rassasié par l'argent, et celui qui aime les richesses n'en profite pas. C'est encore là une vanité.
5.11 (5:10) Quand le bien abonde, ceux qui le mangent abondent; et quel avantage
en revient-il à son possesseur, sinon qu'il le voit de ses yeux? 5.12   (5:11)
Le sommeil du travailleur est doux, qu'il ait peu ou beaucoup à manger; mais le rassasiement du riche ne le laisse pas dormir. 5.13 (5:12) Il est un mal grave que j'ai vu sous le soleil: des richesses conservées, pour son malheur, par celui qui les possède. 5.14 (5:13) Ces richesses se perdent par quelque événement fâcheux; il a engendré un fils, et il ne reste rien entre ses mains. 5.15 (5:14) Comme il est sorti du ventre de sa mère, il s'en retourne nu ainsi qu'il était venu, et pour son travail n'emporte rien qu'il puisse prendre dans sa main. 5.16 (5:15) C'est encore là un mal grave. Il s'en va comme il était venu; et quel avantage lui revient-il d'avoir travaillé pour du vent? 5.17 (5:16) De plus, toute sa vie il mange dans les ténèbres, et il a beaucoup de chagrin, de maux et d'irritation. »  « 7.20 Non, il n'y a sur la terre point d'homme juste qui fasse le bien et
qui ne pèche jamais. 7.21   Ne fais donc pas attention à toutes les paroles
qu'on dit, de peur que tu n'entendes ton serviteur te maudire; 7.22 car ton coeur a senti bien des fois que tu as toi-même maudit les autres. 7.23 J'ai éprouvé tout cela par la sagesse. J'ai dit: Je serai sage. Et la sagesse est restée loin de moi. 7.24 Ce qui est loin, ce qui est profond, profond, qui peut l'atteindre? 7.25 Je me suis appliqué dans mon coeur à connaître, à sonder, et à chercher la sagesse et la raison des choses, et à connaître la folie de la méchanceté et la stupidité de la sottise. 7.26 Et j'ai trouvé plus amère que la mort la femme dont le coeur est un piège et un filet, et dont les mains sont des liens; celui qui est agréable à Dieu lui échappe, mais le pécheur est pris par elle. 7.27 Voici ce que j'ai trouvé, dit l'Ecclésiaste, en examinant les choses une à une pour en saisir la raison;
7.28 voici ce que mon âme cherche encore, et que je n'ai point trouvé. J'ai trouvé un homme entre mille; mais je n'ai pas trouvé une femme entre elles toutes. 7.29 Seulement, voici ce que j'ai trouvé, c'est que Dieu a fait les hommes droits; mais ils ont cherché beaucoup de détours. »


Mercredi 5 Mai 2010


Commentaires

1.Posté par cielétoilé le 05/05/2010 15:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Thanatos ! Avez-vous ressenti la paix en vous devant un de ces majestueux paysage de la nature et un jour, l'oubli comme lorsque le matin , on se lève et qu'un court instant tout semble nouveau comme une illusion , un jour nouveau ? Auparavant ,en Afrique , c'était l'abondance de fruits sur les arbres à cueillir et de poissons dans les rivières ou dans la mer à pêcher . On m'a raconté les parties de pêche en bord de mer d'un grand-père , l'abondance puis le régal . Maintenant , la ressource devient de plus en plus rare par la sur-pêche , par la pollution et aussi privatisée .Bientôt tout sera privatisé , même les graines brevetées pour le plus grand malheur de tous , le vivant végétal ou animal appartiendra à des intérêts privés .J'ai même entendu un économiste parler de la possibilité de taxer l'existence . C'est-à-dire qu'à partir du moment où vous existez , on vous demande de payer et donc , vous êtes esclaves . C'est une monstruosité mais ils sont capables de le faire .Bien sûr, la nature , c'était aussi des lois un peu dures voir son enfant mourir d'une maladie par exemple .Alors , l'homme a cherché à s'affranchir de plus en plus de ces lois naturelles mais paradoxalement, désormais, cela se retourne contre lui et il crée la maladie et la mortalité par cancer dès le plus jeune âge , à cause des pesticides, des ondes , des radiations nucléaire compris etc . C'est un peu comme l'apprenti sorcier qui est dépassé par son pouvoir dont il n'a pas la maîtrise . désormais, il va vers les nanotechnologies, les OGM , la fusion nucléaire , la robotisation du vivant etc Toute cette liberté et cette créativité pourront être des merveilles dans le futur mais certainement pas maintenant à l'époque de l'argent-roi et de l'immoralité , de la vanité et de l'envie de puissance . Quand l'homme aura dépassé tout cela , alors, il aura enfin droit à sa part d'ange et à la fin de ses souffrances .

2.Posté par cielétoilé le 05/05/2010 17:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est un mal grave que j'ai vu sous le soleil: des richesses conservées, pour son malheur, par celui qui les possède. 5.14 (5:13) Ces richesses se perdent par quelque événement fâcheux; il a engendré un fils, et il ne reste rien entre ses mains. C'est ce qu'il adviendra de l'Amazonie en partie noyée par le barrage . Or la vraie richesse , c'est l'Amazonie , elle-même, rien dans ce monde ne pourra remplacer sa biodiversité et sa magnificence , la richesse de plantes et d'animaux . Ils vont noyer leur richesse . dans le futur , ils comprendront et cela sera trop tard . Mais vont-ils écouter le chef indien Raoni ?

3.Posté par Le blasé du cyber le 07/05/2010 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La recherche du bonheur la quête de chaque être humain mais beaucoup ne savent comment s'y prendre et c'est vraiment triste. Je suis d'accord avec toi mon cher Thanatos le vrai bonheur est sans aucun doute la paix de l'esprit, c'est tellement beau que ça semble un rêve inaccessible dans ce monde là. Mais le dicton dit tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.

4.Posté par Thanatos le 13/05/2010 13:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A cielétoilé

Je pense que le bonheur est dans les choses simples. Souvent je me réveille tôt et j'aime rester là à écouter le chant des oiseaux, respirer l'air frais du matin etc... Je pense que si l'humain n'accepte pas certaines limites il est perdu. Mais ma plus grande crainte est que trop cerveaux sont déconnectés de la réalité. Mais je pense que la réalité se rappellera à notre bon souvenir bien vite.

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...

Publicité

Brèves



Commentaires