PRESSE ET MEDIAS

A la recherche de la nouvelle Star en politique...


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective



Mercredi 15 Avril 2009

w41k.info/newsnet ::
Alors évidemment il n'y aura pas les jeunes filles en délire agitant des pancartes avec les noms de leurs politiciens favoris, frôlant l'évanouissement dès qu'un regard leur sera lancé, et repeignant leur cahiers de textes avec des portraits auréolés de coeurs roses étoilés, mais quand même le destin du monde en dépend.

A de nombreuses reprises, au risque de passer pour le crétin de service, j'ai tracé les lignes d'une société plus juste en désignant les nombreux points essentiels qui constituent une base solide pour une société humaine qui se doit de tendre « efficacement » vers la justice, et de suivre les préconisations quasiment bibliques ordonnées par les Droits de l'Homme.

Si on avait été un siècle plus tôt, ainsi que toutes les périodes antécédentes, j'aurais été parfaitement d'accord pour dire que le rêve d'une société dont les lois sont aimées, adulées, désirées, un monde où les biens de première nécessité sont un droit légal, ce qui a pour conséquence que toutes les sortes de criminalités sont vaporisées sur place car rendues caduques, que ce rêve utopique était un peu comme de la folie. (étant donné que l'équité est le fruit de la mathématique, et le calcul, lui, est assuré par l'informatique).

Mais là maintenant nous sommes à l'ère de l'informatique fraîchement née, et si en tant qu'informaticien (logicien, algorithmicien, inventeur de l'informatique théorique et de la topologie des systèmes, dont deux livres publiés sur le sujet svp...) je suis ulcéré par quiconque tient des propos illogiques, inconstructifs, ou passablement névrotiques (c'est à dire fondés sur la nervosité et faisant l'éloge du court-terme et de la courte-vue, par laquelle les plus débiles se trouvent confortés dans leur débilité), il reste néanmoins intempestif, anachronique, et surtout nuisible que des gens issus de l'ancienne école de la courte-vue aient encore le moindre pouvoir aujourd'hui, ou le moindre avis à donner sur ce qui arrive.

Dans cette société, la dictée percutante des publicités vient en renfort d'un discours malaisé voulant faire gober aux populations encore une peu trop crédules, selon lequel il serait tout-à-fait normal que les institutions privées à but lucratif que sont les banques et les assurances aient un rôle social à jouer. Et à chaque fois on nous montre des banquiers habillés de vêtements colorés, tous sourires, exclamer la joie qui est la leur de servir leur société en faisant bien leur travail qui consiste à prêter de l'argent aux pauvres pour qu'ils s'en sortent. Ah il est beau ce monde, en voyant ça on se demande quelle idée pourrait frapper les utopistes de chercher de nouvelles idées.

Pourquoi parté-je de « La nouvelle Star » pour réorienter cette énergie fantastique vers des soucis mortels ?

Dans le modèle de société que, si les politiciens ne nous empêchaient pas de le faire, le peuple aurait pu mettre en place depuis longtemps, comme je l'ai souvent rappelé, la culture aurait une place prédominante dans le système économique.

Ces gens, sont des grands-maîtres. D'autant plus que c'est en jouant contre un courant constamment défavorable qu'ils ont pu faire vivre leur art et le développer, et grâce à la force de leur esprit envoyer une immense énergie d'espoir aux peuples du monde entier.

Quand on les écoute s'ils sont bons on ne les écoute plus.
J'ai énormément de satisfaction et d'impatience à chaque fois d'entendre, dans l'émission internationalement connue « la nouvelle Star », l'opinion experte de Mathieu Blanc-Francard, alias Sinclair (ça ne s'invente pas ! Euh pardon) car il sait puiser au tréfonds de son subconscient et formuler, sans s'encombrer de délicatesse, une impression qui touche à l'âme, et dans laquelle on reconnaît facilement qu'il a « raison ».

En fait pour savoir si un chanteur, un artiste (ou un politicien) est « un bon » , il faut avoir suffisamment de bagage technique pour ne plus avoir à se fier qu'à ce qui est devenu réflex à force de travail intense. Quand un chanteur chante (quand un politicien politise) le top du top c'est si on ne l'entend plus, si sa voie sait se faire oublier, et qu'il est du coup permit à l'esprit de s'évader vers des mondes inconnus, vers de nouvelles associations d'idées, et de nouveaux rêves. En fait il faut s'écouter soi-même, et décrire les paysages qu'on nous aura fait visiter, et cette description sera d'autant plus précise, saillante et magique, que l'art qui nous y aura conduit est grand et divin.

-

L'histoire c'est que cette énergie néguentropique, si puissante que parfois même la musique et les arts sont des moteurs pour des vies entières, ne doit pas être un mensonge, une illusion, une nouvelle publicité délirante qui active le rire ou la jouissance en se contentant de chercher à déclencher des stimuli pré-conditionnés, sur lesquels se basent pourtant les humoristes autant que de nombreux autres business.

Cela ne doit pas être un mensonge. Et d'ailleurs pour que l'art touche, il doit venir du coeur, même si ce coeur est encore indécis sur les buts de la manoeuvre, au moins il est fondateur d'un espoir tellement réel qu'il en devient presque palpable.

Et si après cela je pose la question suivante (qu'adviendra-t-il de ce rêve et de cette beauté ?, si) :
Ce monde est principalement mafieux. C'est la loi du plus fort et le hasard absolu qui désigne dans quel camp, celui de l'agresseur inconscient ou celui de l'agressé incapable d'exprimer la raison de son désaccord, on se trouve dès la naissance.
1/5ième de la population mondiale est en situation de famine et c'est l'occasion pour les 1/10000 les plus riches d'y exercer leur jeu de pouvoir et d'humiliation, tout en se faisant passer pour des sauveurs en leur jetant des pour-boire à la gueule.
La criminalité de rue est bien plus sévèrement punie que les génocides servant des buts industriels et les tentatives d'instaurer progressivement des dictatures dont le but est de préserver une mentalité propice au business mafieux.
Votre musique là, comme tout ce qui s'achète d'ailleurs, ne peut pas être vendue sans être accolée à une quantité astronomique de coûts associés dont les seuls bénéficiaires sont toujours les mêmes. Quoi qu'on achète dans cette société, on le paye 100 ou 1000 fois sont prix réel, et aura été conçu pour s'auto-bio-dégrader en peu d'années.
Ce monde à l'agonie nécessite à chaque seconde de sa longue survie d'avant-mort bien plus d'énergie qu'il n'en faudrait pour en bâtir un neuf, juste, et surtout accrochez-vous bien qui soit réellement « Pensé » dans le but d'obtenir la justice.
La question est la suivante : ce monde en vaut-il la peine ?

Cela vaut-il la peine de s'échiner à donner l'intégralité de son temps de vie à des sociétés dont les bénéfices servent à le polluer davantage, si c'est pour se retrouver en fin de vie sans aucune économie, aucun droit, et à n'avoir rien construit de positif pour les générations ultérieures ?

-

Ce que j'admire en Amérique Latine, est de retrouver sous une forme renouvelée de nombreux aspects du savoir-vivre, du respect presque « British », des compliments ornés de fioritures décoratives, d'un amour puissant et exprimé vaillamment, pour qui ? Pour des politiciens.
Et même ces politiciens entre eux, ne sont pas avares d'éloges et de compliments presque cérémonieux tant ils viennent du coeur et sont emplis d'amour, de tendresse, et de délicatesse.

Et s'il en est ainsi, contrairement à l'ancienne école de l'esclavage, ce n'est aucunement en raison d'un « bonne éducation », d'un dressage obtenu par la force des coups, de protocoles obligatoires ou encore pire, discriminatoires, ce n'est pas une méthode hypocrite pour obtenir des faveurs ou encore pire, de la pure bêtise mue par une inculture et une inconséquence qui frise l'indécence (comme en en voit si souvent), non ce savoir-vivre ensemble et cette cohésion sociale, ces cris de joie et ces chants venus du peuple pour leurs politiciens en qui ils voient une délivrance mêlée d'espoir et de foi intense, ne sont issus que de la seule sincérité.

-

Une fois élu représentant honorifique pour le pays de France, notre président attise-t-il la joie et la stupeur dès lors qu'il foule le sol des habitants de son pays ?
Non chez nous on a même plutôt une tendance à toujours de dire que du mal de tous les politiciens, à tel point que trouver un semblant d'honneur et de vérité chez l'un d'eux ne peut que paraître suspect. A la limite c'est en se comportant comme un Elvis imbus de sa personne, ordonnant qu'on dégage les masses pataudes de sa route d'un revers de la main, qu'on trouve un début de « normalité ».

C'est précisément par ce comportement ostentatoire, prompt à dénoncer ce qui est ostentatoire à ses yeux, hypocrite et menteur, prompt à qualifier d'hypocrite et menteuse toute forme de contradiction, insultant et grossier, et si conssterné d'entendre la moindre critique, ou défiant toutes les lois de la logique, de la raison, et du conformisme, puisque les plus grands philosophes eux aussi se le permettent, réclamant qu'on transporte leur faible carapace par des moyens dispendieux, puisque les riches aussi ont leurs avions et hélicoptères privés, cherchant à tout prix à susciter des applaudissement en récitant des discours écris par des tiers auteurs, puisque les stars des arts ont eux aussi ce privilège, ayant le pouvoir de faire tomber la malédiction ou l'enchantement sur qui il veut, puisque les évêques, eux comme Dieu, ont ce puissant pouvoir sauvage, c'est précisément en constatant ce comportement simiesque et déluré que les peuples savent reconnaître qui est un patron! et qui ne l'est pas.

En fait ce sont des artifices qui sont assez commun des gens qui sont sont réellement des grand-maîtres dans leurs disciplines respectives.
Mais comme il faut être soi-même un grand-maître pour pouvoir en juger avec certitude, les masses n'ont pour repères que ces artifices, sur lesquels les habiles sophistes de notre temps savent jouer à la perfection.

Tout n'est qu'illusion, et toute cette société ne mène qu'à une immense désillusion.

Et décidément la seule chose qui sauve l'honneur de l'humanité est bien la grandeur de sont art et de sa culture, sa capacité à reconnaître le divin non pas par l'observation froide et consensuelle d'artifices prédéfinis, mais en écoutant son coeur.

Et là où ça nous mène, n'a rien à voir avec là où nous mène le système injuste et périclitant d'aujourd'hui.
Cela se sent tout de suite, même le plus inculte des citoyens peut le sentir.



Une foule en délire



L'impartialité ça vient du coeur et du savoir



C'est pas Sarkozy qui aurait eu "4 bleus"

8119

A la recherche de la nouvelle Star en politique...


Mercredi 15 Avril 2009


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires