ALTER INFO

À découvert Israël utilise des Palestiniens comme boucliers humains


Dans la même rubrique:
< >


Aljazeera.com
Dimanche 15 Avril 2007


Aljazeera, Emile Tayyip, 14 avril 2007


​​​​Les Palestiniens se plaignent depuis longtemps de servir de boucliers humains pour l'armée Israélienne, mais il était difficile d'en obtenir la preuve.


​​​​Cette semaine, un clip vidéo filmé par un activiste de la paix étranger et présenté sur le site Internet du journal du journal Israélien Yedioth Ahronot, a incité l'armée Israélienne à suspendre un commandant dont les troupes ont forcé deux jeunes Palestiniennes de Naplouse en Cisjordanie occupée mercredi dernier à se tenir devant leur véhicule pour le protéger contre les pierres jetées par d'autres civils -- la dernière preuve que l'armée Israélienne utilise toujours des boucliers humains Palestiniens en violation du droit international et d'une décision de la Cour Suprême Israélienne en 2005 contre les pratiques inhumaines.


​​​​Vendredi, l'armée Israélienne a dit dans un communiqué que les soldats apparaissant dans la vidéo « ont apparemment fait un usage interdit de civils » et que le commandant de l'unité serait suspendu « de toute activité opérationnelle, en plus de l'enquête en cours sur le sujet. »


​​​​Le ministre de l'information Palestinien Mustafa Barghouti a dit que la suspension n'aborde pas le problème fondamental. « Ils le traitent comme un incident isolé, » a-t-il dit. « Le problème est systématique et... ils (les forces d'occupation Israéliennes) continuent cette pratique en dépit de l'ordre de la cour. »


​​​​L'utilisation de boucliers humains souligne l'une des multiples violations des droits de l'homme commises par Israël pendant qu'il écrit sa cinquième décennie d'occupation militaire en Cisjordanie. Le droit international, y compris les Conventions de Genève et les règlements de la Haye, interdisent de mettre les civils en situation dangereuse lors des opérations militaires.


​​​​La décision de la Cour Suprême en 2005 a été provoquée par des protestations contre l'utilisation par les militaires de boucliers humains Palestiniens lors d'une offensive en 2002 en Cisjordanie. L'armée justifiait cette pratique illégale à l'époque, en prétendant qu'elle n'avait jamais permis à ses troupes de se servir des civils pour s'abriter pendant les batailles.


​​​​Mais en août 2002, un étudiant Palestinien de 19 ans a été tué lors d'une fusillade qui a éclaté après qu'il ait été forcé de frapper à la porte d'un bâtiment où se cachait un combattant recherché.


​​​​Avichay Sharon, 25 ans, ancien des commandos Israéliens qui servait de 2000 à 2003, affirme que l'utilisation « de boucliers humains » demeure banale.


​​​​« Quand vous devez décider entre risquer la vie de vos soldats ou juste celle d'un spectateur Palestinien, la solution... devient soudainement beaucoup plus logique qu'elle le paraît, » a dit Sharon qui appartient à « Rompre le Silence, » un groupe d'anciens soldats qui disent que la tactique de l'armée en Cisjordanie contrevient au caractère moral d'Israël.


​​​​« Chacun l'a fait, l'a vu, en a été témoin, » dit Sharon.


​​​​En février dernier, Associated Press Television News (APTN) a filmé un civil Palestinien forcé d'agir en bouclier humain et conduisant des Israéliens lourdement armés dans une chasse à l'homme contre des combattants recherchés en Cisjordanie.


​​​​« J'avais peur de mourir, » a dit Sameh Amira dans une récente interview. « Ils m'ont fait aller devant eux... et ils tiraient derrière mon dos, » a dit l'homme âgé de 24 ans, qui a déclaré n'avoir aucun lien avec un quelconque groupe de résistance.


​​​​La vidéo d'APTN a incité l'armée à entamer une rare enquête criminelle pour voir si ses soldats ont violé la loi. Elle a aussi encouragé d'autres civils Palestiniens, dont une fillette de 11 ans, à se proposer avec de semblables récits, d'être obligé de marcher devant des soldats recherchant des combattants.


​​​​Jihan Dadoush, habitant à Naplouse, a dit que les forces d'occupation Israéliennes ont attaqué sa maison, interrogé son père, et une sœur plus âgée s'est alors tournée vers elle. « J'avais très peur parce que les soldats me criaient dessus, alors je leur ai parlé d'une maison où de jeunes hommes vont parfois, » a dit la fillette de 11 ans.


​​​​Quelques minutes plus tard, les soldats sont revenus et ont ordonné à Jihan de venir avec eux, menaçant de l'arrêter et ignorant les craintes de son père de la laisser seule.


​​​​« Je criais, ' Où amenez-vous ma fille ? Ramenez-la ! Ramenez-la ! ' a dit son père, Nimr Dadoush, lors d'une interview, expliquant que sa fille a une maladie de cœur. ' Ils ne m'ont pas répondus '. »


​​​​Jihan a dit que les troupes lui ont ordonné de montrer la planque. « Ils m'ont fait marcher devant eux. Il y avait beaucoup de soldats derrière moi avec leurs armes et ils m'effrayaient, » a-t-elle dit.


​​​​Jessica Montell, directrice de l'exécutif des droits de l'homme Israéliens du groupe B'Tselem, a dit que les soldats Israéliens exposent sciemment au danger les boucliers humains Palestiniens, ajoutant que les plaintes de civils Palestiniens amènent rarement des punitions. Par exemple, moins de 8% des enquêtes militaires sur les abus physique des forces d'occupation Israéliennes ont abouti à des condamnations dans les six dernières années, a-t-elle dit, en citant les chiffres de l'armée.


​​​​Cependant, Montell, dont le groupe aide Amira et Dadoush, a dit que la vidéo est une preuve « cruciale » rarement disponible.


​​​​L'enquête militaire pourrait entraîner depuis des mesures disciplinaires jusqu'à des inculpations criminelles, a dit Montell, ajoutant qu'elle espère que l'enquête déterminera qui est responsable de l'utilisation des boucliers humains.


​​​​« Il est difficile d'imaginer que les soldats en prennent l'initiative individuellement. Au moins à un certain niveau, un certain commandant ordonne et entraîne les soldats, » a-t-elle dit.



http://www.aljazeera.com/me.asp?service_ID=13415

Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info




Dimanche 15 Avril 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires