Proche et Moyen-Orient

A MORT L'IRAK (roman)


Terrible et utile roman sur la guerre en Irak. Parcours d’un criminel de guerre ordinaire

Alors que les troupes de Bush s’enfoncent dans un Irak ravagé par toutes les violences, un roman nous éclaire sur les causes et les conséquences de ce conflit.


draguidragui@yahoo.fr
Vendredi 23 Février 2007

En effet Denis Gorteau nous livre un récit de guerre étourdissant par son style et son contenu. On se retrouve brutalement plongé dans l’invasion de l’Irak en 2003. Originalité du point de vue : on est dans la tête d’un soldat américain de base qui vient en Irak pour fuir ses fantômes et se venger du 11 septembre. Que fuit-il au juste ? Comment va-t-il profiter de la situation ? C’est l’enjeu trouble du livre.

Certes, et la préface le rappelle, le portrait de cet anti-héros meurtrier est exagéré et extrême, mais si ce soldat n’est pas représentatif des autres envahisseurs, il est, malheureusement représentatif de l’invasion…
Ecrit vraisemblablement au tout début du conflit, ce roman anticipe les « bavures » et autres crimes de guerre qui vont ponctuer l’échec de G. Bush à Bagdad. La conclusion montre à quel point l’auteur a été capable de décrire l’horreur. On suit donc les troupes américaines du Koweït vers le nord, vers la capitale durant les trois semaines qu’a duré officiellement la guerre. L’auteur retrace fidèlement les étapes de cette anabase avec des moments de résistances inattendus et aussi les premières victimes civiles de ce conflit qui en compte aujourd’hui plus de 500 000…
Célinien dans le style, ce court roman de moins de deux cents pages a une autre qualité : ne voulant pas résumer son livre à un catalogue de crimes de guerre, Gorteau a aussi précédé son roman d’une très sérieuse introduction historique et géopolitique de la guerre. En environ trente pages on peut comprendre cette guerre avant d’y plonger comme dans un bain trop froid. Histoire, enjeux stratégiques, culture arabo-islamique… L’auteur, par ailleurs enseignant, nous explique pourquoi cette guerre marquera durablement le XXI°s, il précise ainsi qui se bat et pourquoi.
On ne peut savoir si c’est volontaire mais ce livre capte un public très varié : amateurs de récits de guerre, lecteurs de polars et personnes désireuses de comprendre sans parti pris peuvent se procurer et dévorer avec intérêt cet ouvrage.
Pour conclure, rappelons, comme c’est précisé sur la couverture, que ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains.

Denis Gorteau, A MORT L’IRAK, Yvelineditions, 196 pages, 14 euros

mail de l'auteur : denisgort@yahoo.com


Vendredi 23 Février 2007

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires