Palestine occupée

A Gaza, le blocus ôtera la vie de plus 1200 malades, à tout moment



Mardi 8 Avril 2008

A Gaza, le blocus ôtera la vie de plus 1200 malades, à tout moment
Dans la bande de Gaza, des centaines de malades attendent que leurs noms soient sur les listes des morts. Le blocus imposé depuis quelque dix mois par les forces de l'occupation israélienne continue à y faire des ravages, surtout dans le domaine de la santé.

Khaled Radi, porte-parole du ministère palestinien de la santé dans le cabinet dirigé par Ismaël Haniyeh, affirme que le nombre de malades est en augmentation. L'occupation israélienne interdit aux malades de voyager à l'étranger pour recevoir le soin dont ils ont besoin. Elle interdit l'entrée des médicaments... En effet, le domaine de la santé est le plus visé par le siège.

Catastrophe sanitaire

Dans une interview donnée à l'envoyé de notre centre CPI, mercredi dernier, le 2 avril, Khaled Radi a exhorté le monde entier à régir de façon urgente pour empêcher qu'une catastrophe sanitaire immédiate arrive dans la bande de Gaza, à cause des agissements de l'occupation israélienne.

Le nombre de malades dont le blocus ôte la vie est en augmentation constante. Jusqu'à ce moment, nous avons 121 malades qui sont tombés en martyre, victimes de cet injuste blocus.

Tout silence de toute institution quelle qu'elle soit est considéré comme une participation directe à ce crime. Effectivement, dit le porte-parole, tout silence donnera à l'occupation toute la liberté qu'elle cherche dans son blocus, dans l'interdiction de l'entrée de médicaments...

Des enfants

Parmi les 121 martyrs, se trouvent 35 enfants. Ils sont morts parce que l'occupation israélienne leur avait interdit de voyager pour le soin qui leur était nécessaire.

Il y a 1220 malades qui ont des soucis au niveau du cœur ou qui ont un cancer répartis sur les hôpitaux d'Al-Chifaa, Al-Nasr et de l’hôpital européen. Et par ses mesures, l'occupant veut tuer un maximum de personnes d'entre le peuple palestinien, dont surtout les malades, pour casser leur volonté.

Parmi les enfants victimes, se trouve Abd Khawatter. Il a perdu la vie à trois ans seulement. Ibrahim Az-Zine a rendu l'âme à huit ans.

Et un nourrisson a quitté le monde à deux semaines seulement. Un autre bébé aura le même destin, si l'occupant ne permet pas son transfert à l'étranger.

Un appel de détresse

Cette détérioration de la situation sanitaire de la bande de Gaza a poussé le ministère de la santé à lancer un appel de détresse au monde entier, dans un communiqué de presse. Notre Centre Palestinien d'Informations en a reçu une copie.

Le communiqué souligne la continuation de la politique agressive de l'occupation israélienne contre la bande de Gaza. Fermeture des points de passage. Interdiction de l'entrée de médicaments, de nourriture pour enfants, d'équipements médicaux. Interdiction de voyager pour recevoir le soin adéquat...

Tous les services de santé sont sur le point de s'écrouler, insiste le communiqué. Le blocus et les agressions incessantes de l'occupant israélien sont venus au bout de la capacité du ministère de la santé palestinien, déjà si limitée.

Le monde entier, ses institutions, ses organisations sont appelés à assumer leurs responsabilités. Plus de 120 malades ont perdu la vie. Des milliers d'autres attendent leur tour. Tout le domaine de la santé est en péril.

La coupure systématique d'électricité et de carburant ne fait qu'empirer la situation. Tous les services en pâtissent. Les générateurs locaux avancent vite vers leur fin de vie, à force de travailler pour compenser cette coupure. Les ambulances et tous les engins de la santé n'arrivent pas à assumer leurs rôles.

Les mesures de l'occupant israélien et le silence mondial transformeront bientôt Gaza en une tombe collective, avertit le communiqué.

Pas plus tard que mardi dernier, la mort a frappé deux autres malades d’entre les habitants de Gaza. L'occupant leur avait interdit le voyage. Ainsi, le nombre de malades tués par le blocus dépasse les 121 personnes, sans parler de ceux que le manque de médicaments assassine.

En somme, dans la bande de Gaza, la mort n'est plus un fantôme. La mort est désormais une réalité qui pourra y frapper tout un chacun, à tout moment.

A Gaza, le blocus ôtera la vie de plus 1200 malades, à tout moment
La situation des prisonniers du monde est meilleure que la vie des habitants de Gaza


Le directeur des opérations de l'UNRWA, John Ging, a dit que la situation des prisonniers dans les prisons du monde est meilleure que celle des habitants de la bande de Gaza qui vivent sous le blocus sioniste sévère, depuis plus de dix mois.

Dans son discours lors d'un festival organisé aujourd'hui lundi par l'organisation internationale de la santé et l'UNRWA dans la faculté des Sciences appliquées à Gaza, sous le slogan "La protection de la santé face au changement de l'environnement", à l'occasion de la journée mondiale de la santé, Ging a dit : "Les journalistes soulignent toujours que la bande de Gaza est devenue une grande prison ouverte, et j'affirme qu'en ce qui concerne les niveaux de vie et les services dans la Bande, la situation des prisonniers dans les prisons du monde est meilleure que la vie des habitants de la bande de Gaza", tout en soulignant que le prisonnier en Europe a le droit à davantage de soins sanitaires que les habitants de Gaza.

Il a appelé les organisations et les associations internationales à comprendre la situation des citoyens palestiniens à Gaza, en disant que le blocus est injuste et illégal.
Le responsable international a remercié les fonctionnaires du secteur sanitaire à Gaza, et il a dit que leurs efforts sont très grands dans la Bande.

De son côté, le représentant de l'organisation mondiale de la santé Mohammed Dhaher a dit : "Nous commémorons la 60ème occasion de la fondation de l'organisation internationale de la santé ainsi que la catastrophe (Nakba) du peuple palestinien".

A Gaza, le blocus ôtera la vie de plus 1200 malades, à tout moment
11 mille captifs palestiniens vont annoncer une grève de la faim lors de la journée du captif

Plus de 11 mille captifs palestiniens dans les prisons de l'occupation israélienne ont annoncé qu'ils vont organiser une grève générale de la faim dans toutes les prisons sionistes à partir du 17 avril prochain, à l'occasion de la journée du captif palestinien.

Les captifs ont affirmé que ce pas est venu après les pratiques de la direction des prisons sionistes contre les captifs et captives palestiniens et suite à l'augmentation de leurs souffrances dans les prisons sionistes. Plusieurs d'entre eux sont exposés à des violations très dangereuses qui s'opposent aux droits de l'homme et aux lois internationales.

Les captifs ont accusé les organisations internationales de négliger le dossier des captifs palestiniens dans les prisons sionistes, tout en soulignant que ces organisations doivent jouer leur rôle pour défendre les droits des captives et captifs palestiniens.

Ils ont appelé tous les hommes libres du monde à adopter leur question juste et à les soutenir dans leur résistance légale pour obtenir leur liberté et leur dignité.

Il est prévu que les organisations et associations actives en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, ainsi que les villages arabes dans les territoires palestiniens occupés en 1948, organisent des activités de solidarité avec les captifs.

http://www.palestine-info.cc http://www.palestine-info.cc



Mardi 8 Avril 2008


Commentaires

1.Posté par hélène le 08/04/2008 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



le thibet, le thibet le thibet le thibet!!!!!!!!!!!!!!!!!vive ménard champion des droit de l'homme israélien!!

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires