Conspiration

9/11 : Les enregistrements sismiques dévoilent des signatures explosives pour WTC1, WTC2, et WTC7


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 13 Novembre 2019 - 00:15 «We are saving Israel for last» (Q)


Des signaux sismiques sont partis de New York, et ont été enregistrés par des sismographes dans plusieurs stations. Les enregistrements de la station de Palisades (34km), publiés par le Lamont-Doherty Earth Observatory of Columbia University (LDEO) sont les plus nets et les plus précis.


JPCiron
Mercredi 11 Septembre 2019

Le Dr André ROUSSEAU (ancien Chercheur au CNRS en géologie & géophysique, spécialiste des ondes acoustiques) a repris l’Étude de ces enregistrements, et a publié ses conclusions en 2012 dans un document de 23 pages disponible en PDF (1) :

http://journalof911studies.com/resources/RousseauVol34November2012.pdf

Le chercheur précise que la nature des ondes enregistrées, leurs vitesses de propagation, leurs fréquences et leurs magnitudes invalident les explications officielles.

Rappelons que l'explication officielle invoque comme sources de ces ondes sismiques : la percussion des tours jumelles WTC1 et WTC2 par des avions, et l'effondrement de trois édifices, WTC1, WTC2 et WTC7.

Je résume ci-après l’Étude (en Anglais) du Dr Rousseau.

Avant de lire le PDF du Dr Rousseau, je me suis offert un (nécessaire) petit cours sur les différentes sortes d'ondes sismiques : explications en (2).

Les ondes sismiques sont créées lors d'une brusque libération d'énergie, similaire à ce qui se passe lors d'une explosion.

Une explosion souterraine est sismiquement très similaire à un tremblement de terre. Avec des ondes « P », « S », et « de surface ».

Une explosion aérienne libère de l'énergie dans l'air (dans ce cas, les ondes « P » sont simplement du son), qui ne produit pas de signaux sismique (sauf parfois quelques ondes de surface, sur une courte distance).

Une explosion subaérienne se divise en ondes aériennes (son) et en ondes de surface au sol.

De la sorte, si on entend une explosion, elle est de l'une de ces deux dernières catégories d'ondes. Une explosion souterraine peut ne pas être entendue, mais produira des ondes sismiques (le sol tremble).

>>> LES ENREGISTREMENT SISMIQUES ATTRIBUÉS AUX DEUX AVIONS SUR WTC1 ET WTC2

Les graphiques pour ces deux impacts supposés sont exposés en pages 17 et 18 du PDF.

L'auteur de l’Étude explique qu'un crash d'avion produit des fréquences d'ondes supérieures à 10 Hz (et qui sont souvent de plus de 100 Hz).

Rousseau note que la fréquence observée (de l'ordre de 1 Hz) correspond par contre parfaitement à celle d'une explosion. Tant pour WTC1 que WTC2.

De ce fait, les enregistrements réalisés à Palisades ne peuvent pas être ceux de crashs d'avions.

Ces signaux sismiques correspondent à des explosions de type subaérien.

Par ailleurs, le signal sismique d'un crash d'avion sur le haut d'une tour serait largement amorti avant même d'arriver au sol... et ne serait plus perceptible par les capteurs au sol, 34 km plus loin. En effet, un avion est un objet substantiellement creux, et, lors du choc, son énergie cinétique se transforme en partie en chaleur, et le reste est transmis en vibrations, lesquelles se disperseront rapidement dans la quantité d'éléments verticaux et horizontaux qui constituent la tour. Il ne resterait pas grand chose comme énergie à transmettre au sol (éventuellement un ''bruit'' sismique accessoire, mesurable si le capteur sismique est proche).

Très près de l'instant où l'avion heurtait le WTC1, les personnes préparant une réunion de l'ONU dans le WTC7 ont senti leur propre bâtiment trembler un moment et ont vu les lumières vaciller.

L'auteur fait aussi remarquer que la magnitude de ces deux impacts supposés d'avions sur les tours jumelles sont dissemblables : en termes d'énergie, la signature de l'impact sur le WTC1 est pratiquement le double de celle du WTC2.

La différence de magnitude entre les deux signaux peut seulement être liée à la différence de puissance des explosions et/ou à la distance de l'explosion par rapport à la surface du sol.

Pour information, je place ici ce que l'alors Entrepreneur Donald Trump disait, en 2001, à propos de la solidité des tours jumelles : « Je pense qu’ils n’avaient pas seulement un avion, mais aussi des bombes qui explosaient presque simultanément (…) Je pense juste qu’il y avait un avion avec plus que du carburant. » (3)

>>> LES ENREGISTREMENTS SISMIQUES ATTRIBUÉS A L'EFFONDREMENT DES TOURS.

Les deux Tours ''jumelles'' WTC1 et WTC2 ont les même hauteur et dimensions, la même structures externe et interne, et ont à peu près la même localisation géographique.

En vertu de la thèse officielle, leur effondrement devrait être très similaire, et donc produire des signaux sismiques comparables. Contrairement à ce que cette thèse suggérerait, les signaux sismiques enregistrés sont très différents.

Lors de l'effondrement des WTC1 et 2, la masse individuelle moyenne des fragments solides tombés au sol étaient relativement faible, et leur chute s'est étalée sur une dizaine de secondes, ce qui est très long en termes géophysiques. Par contre, la forme ''en cloche'' de l'enregistrement sismique est caractéristique d'une source d'énergie par impulsion, et non par percussion de quantité de débris sur le sol.

En outre, l'énorme masse d'une tour n'est pas un bloc compact qui serait tombé au sol (comme un météore). Ce sont des débris et d'énormes nuages de poussières. Ce qui se traduirait au sol par un ''bruit'' sismique, de différentes magnitudes, étalés dans le temps, qui est largement insuffisant pour créer des ondes sismiques.

Le Rapport de André Rousseau contient aussi des témoignages qui corroborent ses considérations scientifiques.

> WTC1

L'enregistrement des signaux sismiques du WTC1 met en évidence trois types d'ondes, qui sont caractéristiques d'une brève et puissante explosion intervenue dans un milieu confiné, solide, compact (proche du sous-sol). La vitesse des différentes ondes enregistrées est parfaitement cohérente avec le terrain rencontré entre le WTC1 et Palisades.

Le graphique de la page 19 l'explicite : une « P wave » qui arrive la première (6000m/s), suivie de la « S wave » (3500 m/s), et pour finir, l'onde de surface : une « Rayleigh wave » (1800 m/s).

Une caméra sur tripode filmait le WTC quand, quelques secondes avant l'effondrement, une vibration fait trembler l'image. (page 14).

Un assistant de Commissaire témoigne (page 12) avoir entendu un grondement, et puis le building est descendu. Il explique qu'ils ont vu des flashes lumineux au niveau bas de la tour, un ''flash-flash-flash'', puis la tour est tombée.

> WTC2

L'enregistrement du WTC2, par contre, ne montre aucune trace de « P wave » ni de « S wave ». (voir page 20).

La « Rayleigh wave » (2125 m/s) est semble-t-il suivie par une seconde onde, 4 secondes plus tard. Chacune ayant une amplitude inférieure à celle du WTC1.

Le WTC2 s'est effondré après une ou plusieurs explosion subaériennes. Elles n'ont pas été entendues, sauf près de la tour.

Là, un officier témoigna (page 14) avoir senti le sol trembler, avoir entendu un bruit terrible, puis les débris commencèrent à tomber. Un peu plus tard le même scénario se reproduisit, et il comprit que l'autre tour, le WTC1, tombait elle aussi.

Le témoignage d'un pompier (page 13) mentionne une violente explosion dans le WTC2, avec comme du feu qui était éjecté à une trentaine de mètres de chaque côté. Tout d'un coup, le sommet de la tour commença à s'effondrer.

Un autre pompier explique que, tout d'un coup, il y eut une explosion (page 12)

> WTC7

L'enregistrement des signaux du WTC7 présente une structure similaire à celle du WTC2 : pas de « P wave » ni de « S wave » (page 21), et semble-t-il deux ondes de surface « Rayleigh wave » (2200 m/s) séparées d'environ 7 secondes..

L'amplitude de ces ondes est similaire à celle émise proche du moment du crash.

La fréquence, on l'a dit, est typique d'une explosion pour les 3 tours.

Un témoin rapporte (page 13) avoir entendu comme un coup de tonnerre, suivi par une onde de choc qui s'est propagé sur tout le bâtiment, faisant éclater les fenêtres vers l'extérieur... une seconde plus tard, le niveau du bas a cédé, et tout l'immeuble a suivi.

La conclusion du Dr ; André Rousseau est claire : la démolition contrôlée suggérée par l'observation visuelle et par les témoignages est confirmée et démontrée par l'analyse des ondes sismiques émises près des moments des impacts des avions et des effondrements.

JPCiron

:: :: :: :: :: :: NOTES :: :: :: :: :: ::

….. (1) - Journal of 9/11 Studies « Were Explosives the Source of the Seismic Signals Emitted from New York on September 11, 2001 ? » par Dr. André ROUSSEAU (ancien Chercheur du CNRS en géologie & géophysique, spécialiste des ondes acoustiques) – Novembre 2012

http://journalof911studies.com/resources/RousseauVol34November2012.pdf

….. (2) - Voici quelques notions sur les ondes sismiques, que j'ai utilisé pour mon propre usage : http://www.geo.mtu.edu/UPSeis/waves.html

Les appareils des stations sismiques sont équipés pour les détecter.

Il y a plusieurs sortes d'ondes sismiques :

> Les ondes Primaires (P), très rapides, qui avancent par compression. Voir animation de la ''P wave'' :
http://www.geo.mtu.edu/UPSeis/images/P-wave_animation.gif

> Les ondes Secondaires (S), moins rapides. Voir animation ''S wave'' :
http://www.geo.mtu.edu/UPSeis/images/S-wave_animation.gif

> Les ondes de surface ''Love wave'' (du nom du mathématicien). Voir animation :

http://www.geo.mtu.edu/UPSeis/images/Love_animation.gif

> Les ondes de surface ''Rayleigh wave'' (du nom du mathématicien). La Rayleigh est moins rapide que la Love. Voir animation :
http://www.geo.mtu.edu/UPSeis/images/Rayleigh_animation.gif

….. (3) - Trump interviewé en 2001 :


https://www.dailymotion.com/video/x5c3x60

“Comment un avion, même un 767 ou un 747 ou quoi que ce soit d’autre aurait-il pu passer à travers l’acier ? Je pense qu’ils n’avaient pas seulement un avion, mais aussi des bombes qui explosaient presque simultanément parce que je ne peux pas imaginer que quoi que ce soit puisse passer à travers ce mur… Je pense juste qu’il y avait un avion avec plus que du carburant.” – Donald Trump, 2001



Mercredi 11 Septembre 2019


Commentaires

1.Posté par saidab le 11/09/2019 21:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et maintenant que la preuve est faite et confirmée, qui fait quoi ? Pour quoi faire ?,nñ

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires