MONDE

75.000 morts à Haïti, problème de coordination des aides


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 11:41 La guerre à la vérité de l'Ouest



Mercredi 20 Janvier 2010

75.000 morts à Haïti, problème de coordination des aides
Le séisme du 12 janvier en Haïti a fait 75.000 morts, 250.000 blessés et un million de sans-abri, a annoncé mardi la Direction de la protection civile haïtienne.

Pour l'instant, les équipes de secours internationales ont sauvé un total de 121 personnes prises sous les décombres de bâtiments effondrés.
Mardi soir, une jeune Haïtienne de 25 ans a été sortie vivante et en bonne forme des décombres d'un supermarché.        

Toutefois, la situation reste désastreuse à Haïti qui manque désespérément d'hébergements pour les sans-abri, d'eau, de nourriture, de fournitures médicales et de personnel qualifié, a ajouté dans un communiqué la Direction de la protection civile.    

La moitié des bâtiments dans la région de la capitale haïtienne ont été détruits par le tremblement de terre, selon ce communiqué.  
  
Réagissant à l'afflux des aides internationales, le président haïtien René Préval a salué leur rapidité, mais s'est plaint du "problème de coordination" de cette aide massive.  

  "L'aide arrive et on n'est pas préparé à la recevoir. Quand elle arrive, on nous dit: où sont les camions pour la transporter, où sont les dépôts? L'aide va aller en augmentant, c'est la coordination de l'aide, pour savoir en quelles quantités, quand et comment la distribuer, qui est important", a déclaré Préval sur la radio publique française RFI.  

  Préval a écarté toute critique à l'égard des Etats-Unis, dont les soldats ont débarqué mardi devant le Palais présidentiel en ruines. "Il y a des blessés et des endroits pour les mettre. Si la pelouse du Palais présidentiel peut servir à sauver des vies, je crois que les élans idéologiques doivent faire place à la charité. C'est sur la pelouse du palais qu'ils doivent recevoir des soins, c'est ça qui est essentiel".  

    "Nous avons une collaboration avec plusieurs partenaires (...) Les Américains, qui sont sous l'égide de la (force des Nations unies) Minustah, tout en ne faisant pas partie de la Minustah, ont offert leur aide pour la reconstruction. C'est toujours la Minustah avec la police aidée par les Américains" qui est en charge de la sécurité à Haïti, a-t-il dit. 

Mardi, le Conseil de sécurité de l'ONU a approuvé  l'envoi de 3.500 Casques bleus supplémentaires en Haïti pour protéger les couloirs humanitaires et assurer la sécurité des convois d'aide.      

Ces renforts vont porter à plus de 12.500 le nombre de troupes de la Mission de paix de l'ONU (Minustah), stationnée dans l'île depuis 2004 et qui dispose en plus de quelque 2.000 personnels civils.   
  L'ambassadeur de Chine à l'ONU, Zhang Yesui, qui préside en janvier le Conseil de sécurité, a déclaré que ces renforts seraient déployés pour une période de six mois.  

Dans une vidéo-conférence depuis Port-au-Prince, le porte-parole de la Minustah, David Wimhurst, a qualifié d'"exagérées" les informations faisant état de pillages à grande échelle et de chaos régnant à Port-au-Prince.      

Edmond Mulet, chef par intérim de la Mission des Nations Unies, a également estimé que les incidents n'étaient pas plus nombreux qu'à l'ordinaire et que "la sécurité était sous contrôle".    

  Mulet a d'autre part indiqué qu'un accord avait été conclu avec les Etats-Unis et le Canada aux termes duquel l'ONU demeurait chargée de coordonner la distribution de l'assistance et que les forces des deux pays protégeraient les convois d'aide.      

Les forces américaines opéreront essentiellement dans le secteur de Port-au-Prince tandis que les Canadiens se déploieront dans le sud d'Haïti, y compris dans la ville de Jacmel.    
   
En Chine, les plus hauts dirigeants et la population ont rendu un dernier hommage à ses huit policiers morts lors du séisme à Haïti.
  
La cérémonie s'est déroulée au cimetière de Babaoshan, dans l'ouest de Pékin, lieu où reposent les héros révolutionnaires et hauts responsables du régime communiste.
  
Hu Jintao, président de la République et numéro un du Parti communiste, et les autres dirigeants ont également salué les familles des victimes, huit policiers, dont quatre appartenaient à la Force de La Minustah.
 
Les autres étaient venus à Port-au-Prince dans le cadre d'une délégation chargée de rencontrer pour consultations les responsables de la Mission de paix
de l'ONU (Minustah).
 
Leurs corps avaient été accueillis avec tous les honneurs mardi à Pékin et ils ont été désignés officiellement comme "martyrs".

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Mercredi 20 Janvier 2010


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires