Coup de gueule

5 octobre 1988 -5 octobre 2008 : L'Algérie peine à prendre son essor


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 29 Juillet 2016 - 14:18 Le Père Hamel était musulman!


"Nous n´avons pas reçu cette planète en héritage, nous l´empruntons seulement à nos petits-enfants",

Antoine de Saint-Exupéry


vdida2003@yahoo.fr
Lundi 6 Octobre 2008


Professeur Chems Eddine Chitour

La decennie 80 dans le monde
Souvenons-nous à l´échelle mondiale, l´Empire soviétique miné par sa guerre en Afghanistan, et les révoltes réprimées, orchestrées en Pologne à la fois par un Occident au faîte de sa puissance et un pape polonais qui a fait de Solidarnosc son fer de lance pour combattre l´Empire soviétique. On découvre la pérestroïka, la glasnost et autres concepts mis en place pour dynamiter l´Empire soviétique. Pour le bonheur des Russes, l´Empire a disparu, la Russie perdait ses provinces, au grand bonheur du monde unipolaire sous la gouverne américaine. Comme l´avait annoncé George Bush père après la deuxième guerre du Golfe de 1991, les Etats-Unis prenaient le leadership d´un nouvel ordre mondial basé sur la puissance des armes et la puissance du libéralisme sauvage. La Russie traversa des moments difficiles, mais avec des dirigeants de la trempe de Vladimir Poutine, elle refit surface.

Parallèlement et pendant les années 90- 2000, la balkanisation du monde se poursuit. Après l´Union soviétique qui perdit toutes ses Républiques, la Yougoslavie fut le second domino à tomber. Le problème palestinien connut plusieurs redditions des Arabes en rase compagne; ce furent les accords de Madrid, puis celui d´Oslo. Les potentats arabes, plus divisés que jamais, cherchèrent protection auprès des Etats-Unis, maintenant que le "monde était américain". L´Occident se cherchait un nouvel ennemi, maintenant que la guerre froide était terminée, le capitalisme triomphant et le complexe militaro-industriel avaient besoin d´entretenir la tension mondiale. L´Islam, le tiers exclus de la révélation abrahamique, fut le coupable idéal. On donna du service à tous ceux qui ont combattu l´Empire soviétique au nom de l´Islam, aidés en cela par la CIA. Bin Laden reprit du service et on aboutit, après bien des années, au 11 septembre 2001. La doctrine Monroe et le consensus de Washington formatèrent le monde et gare à celui qui avait des velléités de s´en affranchir!

Pendant ce temps et malgré toutes les manoeuvres, un pays a réussi le tour de force de marier l´efficacité du capitalisme avec la dimension sociale, la Chine qui a traversé ces deux décades à la vitesse d´une fusée en étant pratiquement première partout, notamment dans les réserves de change où ses 1800 milliards de dollars sont d´un grand secours pour l´économie américaine.

Ce que nous savons d´octobre 88
1988: Nous sommes à la fin d´un règne sans partage avec un parti unique et sa poigne de fer qui a verrouillé le paysage politique. Pendant plus de 12 ans, le pays détricotait minutieusement ce que le défunt président Boumediene avait construit laborieusement. Nous sommes bien contents que, par sa fameuse phrase à la face du monde "Kararna ta´emime el mahroukate", il ait pu sauver la souveraineté de l´Algérie. Avec seulement 22 milliards de dollars, Boumediene avait assis les fondations de l´Etat et nous lui sommes reconnaissants qu´il nous ait laissé un outil de raffinage de 22 millions de tonnes- le premier d´Afrique- et un embryon de pétrochimie qui, heureusement, ont échappé au rouleau compresseur des adeptes de la dictature du marché...

Que se passe-t-il après? Il faut dire que le début des années 80 a correspondu avec l´euphorie d´un baril à 40 $ et un dollar à 10 francs. L´Algérien découvrait le PAP (programme anti-pénurie), ce fut le début de la bazarisation du pays, à coups de dollars, l´Algérien découvrait- sans effort, sans sueur, le fromage Emmental, la machine à laver, le hors-bord- même pour ceux du Sud, au nom de l´équilibre régional...- C´était aussi l´époque de la suppression de l´autorisation de sortie avec possibilité de changer l´équivalent en dinars de 5000 francs!

A partir de 1984, la consommation mondiale connaissait une pause, notamment à cause du prix élevé, du développement des énergies renouvelables mais aussi et surtout de l´irruption sur le marché pétrolier de nouveaux producteurs hors Opep. Ce fut le cas notamment de la Norvège et de la Grande-Bretagne. L´Opep ou plutôt l´Arabie Saoudite, voulant protéger sa part de marché du fait de la diminution de la part de l´Opep qui est passée de 30 à 15 millions de barils/jour, a cru bon d´inonder le marché. Résultat des courses: le baril tombe à moins de 10 dollars en juillet 1986. Ce qu´on appela le contrechoc pétrolier. Du même coup, des petits pays furent ruinés. Les recettes de l´Algérie ne dépassèrent pas les 4, 5 milliards de dollars. L´Algérie s´endetta lourdement pour nourrir la population. Les Algériens se réveillèrent brutalement et découvrirent que le mirage était terminé, la révolte du pain fut certainement un facteur déclenchant de la mal-vie qui a donné lieu à l´éruption sociale et ouvert la porte à toutes les récupérations de la douleur des jeunes.


Où en sommes-nous vingt ans après?
A la veille de 88, dans un de ses discours, le chef de l´Etat avait assuré la nation en disant que nous n´étions pas concernés par les convulsions du monde. Mal lui en a pris. Ce fut Octobre 88, qui attend toujours son autopsie sur les tenants et aboutissants de ce début de tragédie qui a fait rentrer l´Algérie dans la spirale de la violence. On cite 500 morts. Pourquoi sont-ils morts? Bien que son intérêt est beaucoup plus historique, la question reste toujours posée.

A défaut de lister tout ce qui ne va pas et qui pourrait aller mieux, écoutons ce qu´écrit dans un article pertinent Khaled R à propos de la rémunération de nos chers "élus". Interviewant un responsable du CNES, il écrit: "Pour une catégorie privilégiée, la rémunération ne tient pas compte du résultat, voire de l´efficacité. En plein mois de Ramadhan, l´État a décidé d´une augmentation des salaires des députés de 300%. Cette hausse a créé un malaise au sein de la masse des fonctionnaires. Le membre de l´APN ou du Sénat touche désormais un salaire de 30 millions de centimes, sans compter les primes et autres avantages, contre 13 millions de centimes auparavant, avec effet rétroactif à partir de janvier. Il recevra donc en sus un pactole de 240 millions de centimes. La décision crée ainsi de grandes disparités dans le système de rémunérations".

"Cette augmentation des députés n´a aucun sens. On verse, de très hauts salaires à des députés qui se tournent les pouces. Pourquoi ces députés n´ont pas demandé par exemple un débat sur la politique des salaires en Algérie...En somme, le système des salaires, en Algérie, est lié à la rente ».

"On ne demande en contrepartie du versement de hauts salaires aucune contrepartie en termes de rendement, de résultat ou de performance. Tant que le baril de pétrole dépasse les 80 dollars, ces salaires de la rente ou de la honte menacent, en outre, la cohésion sociale et démobilisent les travailleurs. " (1)
Certes, nous avons traversé plusieurs décennies, la décennie noire, la décennie rouge, voire aussi les décennies blanches en ce sens que nous n´avons rien créé de pérenne. La population de 1988 n´est pas celle de 2008 qui, à bien des égards, est toujours aussi fragmentée et en errance.
A quand la décennie verte de l´espoir? Certes, il ne faut pas nier en bloc des réalisations qui, malheureusement, n´ont pas associé des Algériens et des Algériennes à qui on distribue une rente sans qu´il y ait une contrepartie tangible. Il est vrai que l´on ne peut pas mettre sur le même pied, l´ouvrier d´El Hadjar qui sue sang et eau et le député gros et gras car bien nourri.

Il est vrai que l´on ne peut pas mettre sur le même plan, l´enseignant qui fait son djihad au quotidien pour des clopinettes et le trabendiste du conteneur qui gagne en une fois le salaire d´un enseignant qui doit se réincarner plusieurs fois comme High Lander pour y arriver.

Par ailleurs, le pays est plus fragmenté que jamais. Quand on montre à la télévision, plus indigente que jamais, des harraga, c´est que nous sommes en train de traverser le no man’s land qui nous amène inexorablement au chaos. Et pourtant, le pays n´a jamais été aussi riche!
Qu´avons-nous fait depuis vingt ans, à part manger la rente? Que faisons-nous de notre seule source de devises? Selon l´analyste de la Banque Merrill Lynch, en cas de forte récession mondiale, le baril du brut de pétrole pourrait tomber à 50 dollars. Pour la banque américaine, "le déclin de la demande de pétrole aux Etats-Unis dépasse nos attentes, la demande européenne recule également rapidement".

Le cours du brut léger américain s´établissait, hier 4 octobre , autour des 98 dollars à New York et le baril de Brent de la mer du Nord, autour et sous la barre des 90 dollars. Que fait l´Opep à laquelle nous avons lié notre sort? Rien! tétanisée, elle ne bouge pas; nous risquons à la fois de perdre sur les prix et les volumes. Depuis le 11 juillet dernier le baril a perdu 58 dollars soit 40% de sa valeur, et nous continuons à produire 1,5 million de barils/jour qui nous donnent une autonomie d´une génération.

C´est tout ceci qui fait mal. Ne peut-on pas mettre à profit toute cette expérience, toute cette douleur accumulée pour repartir du bon pied. L´Algérie appartient à celles et ceux qui croient en elle. Où en sommes-nous? maintenant à la veille d´une échéance électorale? Nous n´avons pas tiré les leçons de 88, nous avons 20 fois plus de ressources qu´en 1988 et, pourtant, nous sommes toujours en panne. Quand les partis politiques ne réagissent pas dans le coulage de l´école, qui ne disent rien du scandale de la rapine des députés, qui voient l´économie de bazar s´installer et les Algériens au chômage, c´est qu´il y a quelque chose de détraqué dans la mécanique Algérie.

Comment, vingt ans après, conjurer ces signes indiens qui font que l´on continue à errer ? Seuls le consensus, le dialogue, la parole désarmée, l´intérêt supérieur du pays permettront de réconcilier les Algériens et mettre fin à la guerre sourde de positions entre deux visions pour l´Algérie, celle d´une Algérie satellite d´une nation arabe qui n´existe pas et celle, nostalgique de fafa, d´un art de vivre, type quartier latin. Ces deux visions tentatrices n´ont évidemment aucune idée de ce que pourrait être la vie selon la mentalité algérienne.

Qu´allons-nous laisser aux générations suivantes? Mutatis mutandis. La boutade de Saint-Exupéry s´applique sans conteste à notre frénésie de gaspillage d´une ressource qui ne nous appartient pas. A nous de nous organiser pour donner de l´espoir à cette jeunesse qui a perdu ses illusions. Pour cela, seul le parler vrai, le patriotisme, la fidélité à des valeurs nous permettront enfin de bâtir une Algérie qui sortira de la malédiction de la rente pour se mettre au travail.

(1) Khaled R. Après l´augmentation des rémunérations des parlementaires, quels salaires pour les hauts cadres algériens? Liberté du 29 septembre2008


Prot. Chems Eddine Chitour

Ecole nationale polytechnique


Lundi 6 Octobre 2008


Commentaires

1.Posté par arrakis le 06/10/2008 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonne analyse, mais le plus gros enjeux en ce moment , c'est les 43 milliards en bon du trésor US, si le dollard se crache ! la moitié de ces économies vont partir en fumé.
à suivre.

2.Posté par yacine le 06/10/2008 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

...Afghanistan, bin laden, balkanisation.... salaire des députés.... pffff

En ce début Octobre 1988 l'Algérie et dans une crise économique grave, l'inflation bat des record.....la dette extérieure est estimé à 27 milliards de Dollar, ...une classe bourgeoise a grandi à l’ombre et sur le dos de l’état pendant la période dite du « socialisme algérien », .... pendant que le reste (la majorité des algériens) font face a toutes sorte de pénuries.

Mais depuis le début de Octobre 1988 la zone industrielle de Rouiba connais un mouvement de Grève initié par les travailleurs de la SNVI, a cause de la suppression "d'une prime de jouet" de 100 dinars, le mouvement va s'étendre a d'autres entreprises dans la zone industrielle de Rouiba et Reghaia .

Mais une folle rumeur parcours les rues d'Alger a partir du 3 octobre, "raieha tetekhelet le 5" (ça va dégénérer le 5), personne ne sais d'où vient cette rumeur ni que se cache derrière, dans la soirée du 4/10/1988 première émeute dans le quartier de Bab El-Oued à Alger, pillage de magasins, incendies de voitures, affrontements avec les forces de l'ordre.

05/10/1988 des jeunes d'Alger saccagent toute la rue Didouche-Mourad, magasins, compagnies aériennes, commissariats, mairies, ainsi que des voitures de l'état, La jeunesse des émeutiers et leur négativité destructrice effraient le plus les pouvoirs. L'armée n'intervient pas. L'émeute produit une grève de facto, beaucoup plus générale que celle voulue par le syndicat UGTA.

06/10/1988 le président chadli décrète l'état de siège, mais les émeutes continu et s'amplifie, la police et les forces anti-émeutes n'arrivent pas a contrôlé la situation, ils sont débordé par le nombres des manifestants, pire Plusieurs commissariats sont mis à sac, et les insurgés y prennent les armes.

07/10/1988 entrer en jeu de l'armée qui tire sur la foules, une manifestation de militants islamiste a Bab el Oued est réprimé, bilan environ 30 morts .

08/10/1988 une grande compagne de rafle des services de sécurité, ils arrêtent au hasard et de nuit des centaines de jeunes .

Les événements vont durer jusqu'au 12/10/1988, Le bilan officiel est de 176 morts et 900 arrestations, les estimations officieuses vont jusqu'à 500 morts et 4 000 arrestations. Les condamnations d'émeutiers vont jusqu'à huit ans de prison .

http://elgosto.blogspot.com/2008/10/le-5-octobre-1988-20-ans-dj.html


3.Posté par mouemina le 06/10/2008 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le changement, s’il y a volonté de changement, commence par soi-même – tout algérien et algérienne doit changer de l’intérieur –
C'est-à-dire, on doit rejeter tout ce qui est immorale : voler, arnaquer, mentir, tricher, corrompre, faillir à la promesse etc.
Actuellement, tous Les principes, se sont perdus en Algérie, tellement on a vulgarisé le mensonge, la triche, la corruption sous prétexte que la majorité se les autorise.
C’est ce qui fait de nous un peuple faible et errant, incapable de trouver le moyen de se débraser d’une bande de mafia qui nous gouverne « hizb França »
Les raisons de cette détestable situation algérienne, n’incombe pas uniquement au gouvernement. Mais nous avons tous contribué d’une manière ou d’une autre à ça, par le silence, le laisser-faire.
Donc il appartient à tout algérien et algérienne de contribuer à la transformation de cette situation ..
Non !! Ce n’est pas une fatalité, on peut changer .mais en commençant par changer SOI-MÊME et apprendre à nos enfants les vraies valeurs de l’Islam : l’honnêteté, la fidélité, la sincérité dans tout travail accompli ou service rendu, tous les principes et seulement après, quand on deviendra fort de l’intérieur, Allah nous aidera à se débarrasser de cette mafia et goûter au bonheur INCHA'ALLAH

Allah (swj), nous dit :

« En vérité, Allah ne modifie point l'état d'un peuple, tant que les [individus qui le composent] ne modifient pas ce que est en eux-mêmes. Et lorsqu'Allah veut [infliger] un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n'ont en dehors de lui aucun protecteur. » (Coran :13 :11)

Se sont nos actions néfastes qui attirent le mal qui nous touche, catastrophes naturelles, sécheresse, misère, famine, etc.


Qu’Allah nous guide et nous illumine la voie droite amine


4.Posté par claudio le 06/10/2008 13:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La dette extérieure de l'Algérie n'est pas de 27 milliards de dollars, comme dit plus haut. Elle est de 4 milliards seulement puisque ce pays, à la suite de négociations avec le Club de Paris, a pu rembourser ses dettes par anticipations à la fin de 2006. C'est actuellement l'un des pays les moins endettés du monde.
L' Algérie a, en 2007, été sollicitée par le Club de Paris pour devenir un état créancier, compte tenu de la taille de sa réserve de change (150 milliards de dollars).
Ce pays, qui mène une politique financière soi-disant prudente, risque effectivement de laisser des plumes à cause de la crise financière mondiale.
Il serait bon que cette fortune soit très vite investie dans le pays pour créer une économie durable et profitable au peuple algérien.
Cela ne semble pas être la volonté des pouvoirs publics actuels. Quelles en sont les raisons ? C'est une question que je pose.
Mouemina dit que les algériens doivent changer. Certes ! Mais changer en quoi ?
Ne faudrait-il pas plutôt que l'Algérie retourne à ses sources véritables ? Celles de la prestigieuse Numidie au lieu de sombrer dans un panarabisme obscur et désastreux.
Ils faut commencer par réapprendre aux algériens qui ils sont réellement, que leur histoire multi-millénaire est l'une des plus glorieuses du monde et qu'ils doivent l'assumer avec fierté.
Les algériens ne manquent ni courage ni de compétences. Il suffit de les faire valoir et de les exploiter pour le bien de tous. Les moyens existent et il faut une volonté politique pour y parvenir.

5.Posté par ARGAZ le 06/10/2008 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les voleurs toujours les memes qui se gavent et le pauvre charbe qui subit vous pouver leur donnees des milliard malheureusement sa profitera toujours au meme

6.Posté par Saber le 06/10/2008 23:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faite confiance à Bouteflika il sortira l'Algérie de la CRISE.

7.Posté par zoubir le 07/10/2008 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Donnez - nous une indemnite de départ et laissez - nous partir
on aura une autre vie qques part et les recettes que vous aurez apres notre départ virez les à vous cmptes .
vous allez voir que le peuple va mieux se debrouiller ici ou ailleiurs

8.Posté par Merzak OUABED le 05/10/2011 23:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LA REVOLTE DES OMBRES

Quand le soleil amnésique
Oublie de se lever
Et de briller sur ma cité dortoir.

Quand le printemps de ma vie
Perd son équinoxe
Et rate sa floraison.

Quand l'horizon recule
S'éloigne
Et fuit de ma vision binoculaire.

Quand l'espoir moribond
Est achevé‚
Des mains indéfinies et familières.

Quand le cadavre de mon avenir
Gît, sous les décombres
de mes rêves écroulés.

Quand le présent décomposé
M'annonce
Que l'imparfait sera mon futur.

Quand la vermine insatiable
Se reproduit et s'épanouit
Sur ma misère planifiée.

Quand l'impitoyable opulence
Agresse et violente
Ma dignité et ma nudité.

Quand les ombres verticales et immobiles
Epousent
Les murs des villes et villages.

Quand l'injustice hideuse
Etouffe
Et écrase au nom de la loi.

Quand le trop plein de mes frustrations
Et de mes désirs refoulés
Débordent de mon inconscient.

Alors . . .
Alors, je me révolte.
Alors je renonce … à la malvie
Je secoue les ombres

Qui s'animent, s'agitent
Divorcent avec les murs et
Déferlent sur la rue.

Je crie, je hurle et je scande
Je me libère, j'explose
Et je m'exprime... enfin.

Par le verbe, par la plume
Par le feu, par la haine, par le sang
Par la mort séduisante

Qui me drague et qui m'ouvre
Ses bras
Pour un flirt avorté ou... éternel -

Alors de mes mains justes
Et fécondes
J'abats l'injustice, cette bête immonde.

J'ébauche un soleil radieux
Fidèle et plus juste.

Je trace un horizon
A portée de main.

Et je dessine les contours
D'un avenir.

Qui ne me sera jamais plus
Confisqué.

Car il m'appartient
Car je suis la JEUNESSE !


Merzak OUABED

En mémoire du 5 Octobre 1988


Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...

Publicité

Brèves



Commentaires