Société

343 salopards qui ont des soucis de poireau


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 11 Décembre 2019 - 12:00 La dernière croisade du Crif



Gilles Devers
Jeudi 31 Octobre 2013

343 salopards qui ont des soucis de poireau
C’est une femme, Elisabeth Levy, couronnée en 2013 par un Y’A Bon Awards pour l’ensemble de son œuvre, rédactrice en chef de Causeur – un véritable foyer microbien – qui est la cheville ouvrière de la bouse puante… que publie Causeur : « Touche pas à ma pute ». Nul, affligeant et grave.Voici les premiers signataires : Frédéric Beigbeder, Nicolas Bedos, Philippe Caubère, Marc Cohen, Jean-Michel Delacomptée, David Di Nota, Claude Durand, Benoit Duteurtre, Jacques de Guillebon, Basile de Koch, Antoine (le chanteur), Daniel Leconte, Jérôme Leroy, Richard Malka, Gil Mihaely, Ivan Rioufol, Luc Rosenzweig, François Taillandier, Eric Zemmour.
Ces mecs (au sens génétique) tentent le grand coup de la liberté, avec des références d’ados attardés. Des petits, qui n’assument rien : il ne faut pas toucher à « leur pute », mais ils sous-entendent aussitôt que, peut-être, ils ne sont pas « allés à la pute…» Quelle misère.
Bien sûr, nos 343 salopards, à la tête effroyablement vide et aux couilles fantastiquement pleines, sont de braves garçons : « Nous n’aimons ni  la violence, ni l’exploitation, ni le trafic des êtres humains. Et nous attendons de la puissance publique qu’elle mette tout en œuvre pour lutter contre les réseaux et sanctionner les maquereaux ». Admirez la puissance de l’analyse…
Avec une telle prémisse, on sent que ça va voler haut loin : « Nous aimons la liberté, la littérature et l’intimité. Et quand l’Etat s’occupe de nos fesses, elles sont toutes les trois en danger. » Avant l’expression de ce désarroi : « Aujourd’hui la prostitution, demain la pornographie : qu’interdira-t-on après-demain ? » D’où le cri final, extasié : « Touche pas à ma pute ! » Tout ça pour ça...femme,prostitution,médias

Alors, deux remarques.

L’appel des 343 salopes était un acte de courage de la part de femmes, qui en 1971, affrontaient la réprobation morale en reconnaissaient avoir eu recours à l’avortement, et la répression pénale car l’avortement était une infraction, régulièrement poursuivie. C’était un combat essentiel, qui allait préfigurer l’affirmation des droits de la femme. Là, les ados de la mère Levy ne craignent rien : pas de loi pénale, et en plus, planqués derrière des formules alambiquées, ils n’osent même pas revendiquer franchement leur recours aux relations sexuelles tarifées.
Ensuite, le « touche pas… », c’est la logique pourave de SOS Racisme : l’autre n’existe pas sans moi, et je suis son mentor et sa référence sociale. Impossible d’admettre l’égalité. Le pote, la pute, ne parlent pas, et n’ont d’ailleurs rien à dire, car le gentil protecteur-dominateur le fait pour eux. Vraiment un sale truc de sales mecs. Des mecs n’ont aucun respect, pour eux-mêmes, et surtout pour les femmes.
Morgane Merteuil, du Syndicat du travail sexuel (Strass), leur a d’ailleurs bien répondu : « Nous ne sommes pas vos putes ».
Le drame pour la société – car c’est un drame – c’est que ces ahuris squattent les médias et les plateaux télé, et font tous les jours des ravages dans la société avec leur discours aussi divers qu’avariés.  

ngbbs4973bd414c3b4.jpg


http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/

 


Jeudi 31 Octobre 2013


Commentaires

1.Posté par Doc en Stock le 04/11/2013 12:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Daniel Leconte n'a pas signé le manifeste des 343 salauds "Touche pas à ma pute". En effet, le fondateur et dirigeant de la société de production Doc en Stock a été mis en avant par "Causeur" dans la liste des signataires de cette pétition en fin de semaine dernière. En réalité, Daniel Leconte admet avoir été mis au courant de l'initiative mais n'y a pas fait figurer sa signature.

C'est Elizabeth Lévy, la rédactrice en chef de la rédaction de Causeur qui confirme cette information par une brève sur son site Internet jeudi 31 octobre en fin de journée " Il n’est pire sourde que celle qui entend ce qu’elle veut entendre. Surtout quand, en prime, elle est bavarde et parfois un chouia désordonnée. Je plaide donc coupable : à la suite d’une conversation téléphonique, amusante et sautillante, avec mon ami Daniel Leconte, l’éminent producteur que l’on sait, j’ai cru qu’il avait donné son accord pour signer le manifeste que vous savez. Je me suis trompé : mon oreille avait fourché. Il n’a donc pas à reprendre une parole qu’il n’avait pas donnée. Il ne fait pas partie des 343 salauds. "

Pouvez-vous enlever son nom de votre article svp ?
Merci

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires