Palestine occupée

29 mai, une journée en Palestine occupée


Dans la même rubrique:
< >

Il a fait beau, en Palestine, aujourd’hui. Le ciel était dégagé, excepté dans les secteurs que l’armée d’occupation a ennuagés de gaz lacrymogènes. Les températures sont 3 ou 4 degrés au-dessus de la moyenne saisonnière, ce qui fait craindre un nouvel été très chaud, très sec. Les colons illégaux vont commencer à remplir leurs piscines et arroser leurs vertes pelouses avec l’eau volée aux Palestiniens, qui en manqueront pour leur vie quotidienne, leurs cultures et le bétail.

Par ISM-France


Samedi 30 Mai 2009






















Ce matin, les troupes d’occupation sioniste ont donné l’assaut à plusieurs villages du district de Jenin : Qabatya, Sanor, Mseila et Siris. Les soldats ont tiré à balle réelle et des bombes assourdissantes et passé au peigne fin les secteurs envahis, causant la panique et la confusion. Il n’y a pas eu d’arrestation ; de telles incursions ont pour seul but d’effrayer la population, de lui montrer que l’armée d’occupation fait ce qu’elle veut, où elle veut et quand elle veut.

Nil’in a manifesté en début d’après-midi, comme tous les vendredis depuis un an, pour protester contre la construction du mur d’apartheid. Alors que les Palestiniens en foule, accompagnés par des militants internationaux, marchaient vers les terres du village, les troupes d’occupation les ont attaqués à la matraque et à la grenade lacrymogène. Trois d’entre eux ont été blessés et des dizaines ont souffert de l’inhalation des gaz.


Bi’lin aussi a manifesté, après la prière de midi, pour protester contre le vol et la destruction de 60% de ses terres. Une délégation de la fédération générale des syndicats de femmes s’était jointe aux habitants de Bi’lin et aux militants internationaux et israéliens, ainsi qu’un membre du Parlement palestinien, Qais Abu Laila, et la Ministre des affaires sociales, Majida al-Masri. Alors qu’ils arrivaient au mur, ils sont été accueillis par un barrage de bombes assourdissantes, de grenades lacrymogènes et de balles caoutchouc-acier tirés par les troupes d’occupation.
Trois Palestiniens ont été blessés : la Ministre des affaires sociales, Majida al-Masri, le caméraman d’Associated Press, Abed Khabesa et un fermier de Bi’lin, Rani Burnat.

En réponse aux tirs, les manifestants palestiniens ont jeté sur les soldats des ballons pleins de fientes de poulets, comme vendredi dernier. On ne rapporte aucun soldat incommodé par l’odeur. Pour la population de Bi’lin, cette journée commémorait l’assassinat de Bassem Abu Rahma, tué par une grenade lacrymogène il y a 40 jours pendant une manifestation non violente similaire.

A Al-Masara, près de Bethléem, une manifestation a eu lieu contre le mur et les colonies israéliennes qui engloutissent le territoire du village. Les Palestiniens étaient accompagnés par des militants français. Les soldats de l’occupation, massés derrière la portion terminée du mur, ont tabassé plusieurs d'entre eux.
Les manifestants ont demandé la libération immédiate du porte-parole du Comité populaire, Mohammad Buriejeih et de son frère Hassen, arrêtés il y a un mois pour les punir de leurs actions anti-mur.

La radio de l’armée sioniste a rapporté que deux soldats avaient été blessés dans une de ces manifestions. Blessés par les crottes de poule à Bil’in ? Par les pancartes à Ni’lin ? Par les cris de protestation à Al-Masara ? Et d’abord, que faisaient-ils là ?


A Gaza, Israël a déclaré que tous les passages commerciaux seraient bouclés à cause de la fête juive de Shavout. A Gaza, c’est tous les jours Shavout…

Selon des sources de la sécurité égyptienne, trois hommes armés ont ouvert le feu sur un checkpoint dans le Sinaï égyptien. L’un d’entre eux a été tué. Ces derniers jours, l’Egypte a déployé du personnel de sécurité et du renseignement le long de sa frontière avec la Bande de Gaza et a fermé beaucoup des chemins de contrebande par lesquels entrent les colis de nourriture.

Un reportage télévisé montre des officiers du renseignement égyptien en civil, dans le secteur de Rafah côté Egypte, fouillant et confisquant les livraisons destinées à la population de Gaza, dont les autorités égyptiennes estiment qu’elle n’est pas encore assez affamée.


A Washington, Barack Obama a rencontré le chef de l’Autorité Palestinienne sans autorité Mahmoud Abbas, pour lui redire qu’il veut faire avancer la solution de deux Etats, qu’Israël doit mettre fin à la construction de colonies et que les Palestiniens doivent empêcher les attaques contre Israël.

Mettre fin à la construction des colonies, c’est utile bien sûr, mais quid des colonies déjà construites ? Démanteler deux ou trois avant-postes et expulser de Cisjordanie les quelques centaines de squatters qu’ils représentent, c’est un bon début, mais quid des 449.800 colons illégaux restants ? Et les checkpoints ? Et l’armée d’occupation omniprésente ?

Peut-être faudrait-il commencer par ça, avant de demander quoique ce soit aux Palestiniens.

http://ism-france.org/news/article.php?id=12052&type=temoignage&lesujet=R%E9sistances http://ism-france.org/news/article.php?id=12052&type=temoignage&lesujet=R%E9sistances



Samedi 30 Mai 2009


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires