Histoire et repères

1962, le miracle de l’indépendance algérienne


Mercredi 5 juillet, l’Algérie fête le 55e anniversaire de son indépendance. Une indépendance communément admise comme inéluctable, alors que les archives montrent combien le contexte dans lequel l’État algérien a vu le jour était chaotique


Malika Rahal

Jeudi 6 Juillet 2017

Dans ses mémoires صورة الفتى بالآحمر (Portrait du jeune homme en rouge), le militant communiste libanais Fawwaz Trabulsi raconte « son » indépendance de l’Algérie. En 1962, il vivait, étudiait et militait en Angleterre. La révolution algérienne avait été au cœur de son activité, à tel point qu’on le prenait parfois pour un Algérien, raconte-t-il.

D’ailleurs, depuis le lycée, il était amoureux de Djamila Bouhired, la célèbre moudjahida (combattante). À l’indépendance, il avait reçu une délégation de militants irakiens. Ensemble, ils s’étaient congratulés et avait célébré la naissance de ce pays comme leur propre victoire.

Bien d’autres que lui dans le monde, tiers-mondistes, anticolonialistes, anti-impérialistes, socialistes, panafricanistes, en Amérique, en Asie, partout en Afrique et même en Europe, considéraient le 5 juillet 1962 et la fin de 132 ans de colonisation française comme une victoire.

Cinquante-cinq ans plus tard, cette indépendance a la force de l’évidence. Au cœur de la grande vague de décolonisation qui balayait alors le monde, de l’Égypte aux Philippines et de l’Inde à l’Angola, l’Algérie a servi de modèle, et a soutenu matériellement d’autres combats libérateurs.

Longtemps il m’a semblé que ceux qui minimisaient le caractère inéluctable de cette indépendance pratiquaient une forme de négationnisme : ils niaient que les colonies doivent accéder à l’indépendance quels que soient les aléas du chemin pour y parvenir.

Une plongée récente dans les archives de l’année 1962 m’a fait voir la question sous un angle différent. Car la mécanique chronologique de l’année de l’indépendance était toute particulière. Elle tourne autour de deux dates : la signature d’un accord de cessez-le-feu à Évian et appliqué en Algérie le 19 mars 1962 ; et le référendum d’autodétermination prévu par les accords d’Évian, qui aboutit à l’indépendance effective début juillet 1962.

Lors du référendum du 1er juillet, les habitants de l’Algérie devaient répondre par un oui massif à la question : « Voulez-vous que l’Algérie devienne un État indépendant coopérant avec la France dans les conditions définies par les déclaration du 19 mars 1962 ? »

Entre ces deux dates, une période transitoire était prévue pour organiser le transfert d’autorité. Ce dispositif créait la fiction que l’on pouvait faire dérailler le processus menant à l’indépendance ; il ouvrait la voie à l’Organisation armée secrète (OAS), pour développer un terrorisme européen nourri du désespoir de ceux qui voyaient leur monde s’écrouler.

Par ailleurs, les accords d’Évian retardaient l’entrée sur le territoire des autorités algériennes, du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) et de l’Armée de libération nationale (ALN) jusqu’à l’indépendance effective.
Un processus de paix qui peut échouer à tout moment

Ils prévoyaient une autorité nouvelle à l’intérieur, l’Exécutif provisoire. Dotée de sa propre police, elle s’ajoutait aux maquisards survivants — certes peu nombreux — qui redescendaient des maquis où ils avaient combattu la guerre durant, et à l’armée française toujours présente.

Bref, on ouvrait la voie au terrorisme de l’OAS, tout en multipliant les sources d’autorité. La recette semble, avec le recul, catastrophique.

Et les archives que j’ai pu consulter — archives consulaires étrangères, archives des ONG ou des fonds algériens d’archives privées, à défaut d’avoir accès aux archives publiques — véhiculent toutes le sentiment d’un imminent désastre.

Les consuls étrangers observent les événements qu’ils analysent non comme une avancée vers l’inéluctable indépendance, mais comme un processus de paix qui peut échouer à tout moment.

Ils sont sidérés lorsqu’ils décrivent attentat après attentat de l’OAS, comme l’explosion d’une voiture piégée le 2 mai sur le port d’Alger, après laquelle les snipers de l’OAS cachés dans les immeubles voisins abattent les blessés et les sauveteurs.

Tous les jours, ils s’étonnent que les Algériens ne cèdent pas au désir de vengeance, et notent régulièrement l’autodiscipline de la population. Ils indiquent aussi qu’il n’y a pas que la violence de l’OAS : des colons sont attaqués, des Européens sont kidnappés, et puis le conflit entre le FLN et les partisans de Messali Hadj (père du nationalisme algérien) redouble pendant cette période.

Mais la violence de l’OAS est de loin la plus meurtrière. Le FLN doit évacuer les blessés algériens des hôpitaux français, car les commandos OAS viennent les y achever.

À Oran, les observateurs étrangers décrivent des « quartiers musulmans » désormais entourés de snipers de l’OAS, régulièrement arrosés de tirs de mortier, et dont les habitants ne peuvent se ravitailler, ni soigner les blessés, ni enterrer les morts. Parmi ceux qui parviennent à rentrer dans ces quartiers pour visiter les cliniques, l’expression revient à plusieurs reprises : c’est un ghetto.

C’est d’ailleurs à Oran que la violence tant crainte se déchaîne effectivement, lors des festivités de l’indépendance, le 5 juillet.

Un long rapport rédigé en 1963 par le Comité international de la Croix- Rouge raconte l’atmosphère électrique de la foule qui se presse le 5 juillet, et la rumeur — fausse mais tellement crédible au vu des semaines précédente — qui aurait mis le feu au poudre : « Vers 11 h on a vu des femmes musulmanes rentrer en courant chez elles en criant : ‘’L'OAS ! L'OAS veut vous tuer !’’, etc. Affolement général parmi elles. On apprit ensuite que le bruit avait été répandu que l'OAS avait tué 200 femmes musulmanes dans des autobus. »⁠

Alors la foule se déchaîne. Les chefs locaux cherchant peut-être à se construire une réputation de dernière minute selon une mécanique courante des sorties de guerre, des personnes sont assassinées par la foule, certaines disparaissent et ne seront jamais retrouvées.

On s’affronte entre Algériens jusqu’à Alger

Quand on connaît bien la guerre d’indépendance, torture, viols, napalm, massacres et déplacements forcés, on se demande bien comment l’année 1962 pouvait être plus violente encore que les précédentes.

Même après le mois de juillet, personne n’est entièrement rassuré. D’abord parce que l’arrivée de l’Armée des frontières dans le pays ne se fait pas sans violence, les maquisard des wilayas n’étant pas prêts partout à laisser entrer ces soldats venus du dehors : on s’affronte entre Algériens jusqu’à Alger au mois de septembre.

Ensuite parce l’entrée en Algérie du GPRA et de l’ALN inaugure une lutte interne pour le pouvoir, cette « crise de l’été 1962 » qui permet à l’armée de Houari Boumediene et à son champion, Ahmed Ben Bella, de prendre le pouvoir.

Le spectre qui hante bien des sources algériennes de l’époque, c’est celui de la guerre civile qui pourrait faire s’effondrer l’État avant même sa naissance.

Enfin, et c’est sans doute ce qui est le plus mal connu, l’inquiétude est causée par le risque d’une crise humanitaire majeure.

Avec une industrie désorganisée par le départ massif des Européens, le chômage explose. Dans les entreprises agricoles souvent privées de leurs propriétaires et de leurs cadres, l’activité doit à tout prix reprendre pour conjurer une famine d’ampleur nationale.

Par ailleurs, environ un quart de la population algérienne a été déplacée, la majorité vivant dans des camps. En mars, ce sont peut-être 200 à 300 000 personnes qui ont le statut de réfugiés en Tunisie et au Maroc et veulent rentrer.
Nous sommes passés si près de l’anéantissement

1962 voit donc un peuple se mettre en marche, parfois pour revenir vers des villages rendus inhabitables par les destructions, des champs rendus inexploitables par les quelques douze millions de mines antipersonnel posées par l’armée française durant le conflit.

Les ONG internationales travaillaient déjà en Algérie durant le conflit. Mais 1962 voit des interventions spectaculaires : le Haut-Commissariat aux Réfugiés de l’ONU (HCR) s’associe à la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge pour rapatrier les réfugiés de l’extérieur, dans « l’opération de rapatriement la plus importante entreprise avec l’aide d’une organisation internationale depuis le temps de Nansen [le haut-commissaire aux réfugiés de 1920 à 1930], exception faite du retour dans leur pays des personnes déplacées de la Seconde Guerre mondiale⁠ », selon l’expression alambiquée du HCR.

Un film de Stanley Wright, « Comme la pierre est à la pierre » (1962) fait la promotion de cette intervention pour sensibiliser les donateurs du monde entier afin d’éviter une famine nationale.






Ce qui évite la famine et empêche l’effondrement du pays, c’est à la fois une extraordinaire solidarité internationale et la spectaculaire mobilisation interne qui permet d’organiser dans le chaos une rentrée scolaire en septembre 1962, et la reprise des opérations agricoles pour éviter une saison perdue.

Cette mobilisation ne s’appuie pas seulement sur l’énergie du temps de la guerre, mais sur les années de mobilisations culturelles, sportives, partisanes qui l’ont précédée : une partie de cette discipline et de cette organisation a par exemple été acquise dans le mouvement scout, ou dans les partis politiques qui existaient avant le déclenchement de l’insurrection en 1954.

S’y ajoute l’expérience de la guerre pour qu’en 1962 se mettent en place des cliniques clandestines et des systèmes de distribution de nourriture dans les lieux isolés pour assurer la survie. Dans les campagnes, des groupes scouts font des tournées pour noter les destructions, le nombre des morts, et aider à rechercher les disparus.

Dans les enterrements, ce sont parfois ces jeunes scouts en tenue qui font office de seule présence officielle, là où il n’existe pas encore d’administration algérienne.

Cinquante-cinq ans après, c’est ce qui me frappe lorsque je regarde l’indépendance : l’idée que si près de la fin de la guerre, tout pouvait encore être perdu.

L’indépendance aurait pu ne pas être, l’État algérien aurait pu ne pas naître, et nous sommes passés si près de l’anéantissement. C’est en ce sens que l’indépendance est, je crois, un miracle.




- Malika Rahal
 est historienne, elle travaille à l’Institut d’histoire du temps présent (Paris). Elle a beaucoup écrit sur l’histoire contemporaine de l’Algérie, avant et après son indépendance.

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique éditoriale de Middle East Eye.

Photo : Les leaders du Front de libération nationale (FLN) Mohammed Boudiaf (deuxième à gauche derrière le soldat au garde-à-vous), Rabah Bitat (troisième à gauche), Ahmed Ben Bella (quatrième à gauche) et le commandant de l'armée des frontières, le colonel Houari Boumediene (sixième à gauche, au 1er rang, avec des moustaches) participent à un défilé d'unités de l'Armée de libération nationale (ALN) et se recueillent devant le drapeau de la willaya V, à Oujda, au Maroc, le 23 mars 1962, quelques jours après la signature des accords d'Évian sur l'indépendance de l'Algérie après plus de sept ans de combats entre l'armée française et les nationalistes algériens (AFP).



Jeudi 6 Juillet 2017


Commentaires

1.Posté par saidab le 06/07/2017 22:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour ce documentaire, qui restitue à ceux d'un certain âge une histoire où la vie avait un autre sens.
Un autre temps ... Peut-être qu'en exposant les jeunes de nos jours-ci à des archives des temps passés, une conscience nationale et humaine plus forte émergerait ... Les temps modernes tuent les coeurs et les esprits à force de profusion de futiles ...

2.Posté par Bina le 18/07/2017 22:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Juste pour info pour les non-algérien(ne)s, ce film est certainement plus un outil publicitaire pour les organisations internationales qu'un document de véritable information......à bon entendeur

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires