Diplomatie et relation internationale

150 ans de mensonge dans la politique étrangère des USA


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe


A l’occasion du 3° anniversaire de la débâcle du Président Bush en Irak, il est important d’examiner pourquoi le gouvernement a pu si facilement tromper tant de gens pour les conduire à approuver la guerre.

Je pense qu’il y a 2 raisons qui plongent profondément dans notre culture nationale. L’une est l’absence de profondeur historique. L’autre est l’incapacité à raisonner en dehors du cadre du nationalisme.


Lundi 3 Avril 2006




Si nous ignorons l’histoire, alors nous sommes de la viande toute prête pour les politiciens les intellectuels et les journalistes qui fournissent les couteaux à découper. Mais nous connaissons un peu d’histoire et si nous savons combien de fois les Présidents nous ont menti, nous ne nous ferons pas prendre une nouvelle fois.

Le Président POLK a menti à la nation sur les raisons de la guerre avec le Mexique en 1846. Ce n’était pas parce que le Mexique « répandait du sang américain sur le sol américain » mais parce que le Président et l’aristocratie esclavagiste convoitaient la moitié du Mexique.

Le Président MAC KINLEY a menti en 1898 sur les raisons de l'invasion de Cuba en disant qu’il voulait libérer les Cubains de la tutelle espagnole, mais la vérité est qu’il voulait en réalité chasser l’Espagne de Cuba pour que l’île puisse s’ouvrir à United Fruit et à d’autres entreprises des Etats-Unis. Il a aussi menti sur les raisons de notre guerre aux Philippines proclamant qu’il voulait seulement civiliser les philippins alors que la véritable raison était de prendre possession d’un riche territoire dans le Pacifique, même si nous dûmes tuer des centaines de milliers de philippins pour y parvenir.

Le Président WILSON nous a menti sur les raisons de notre participation à la première guerre mondiale disant que c’était une guerre pour « rendre le monde plus propice à la démocratie » alors qu’en réalité ils ‘agissait d’une guerre pour rendre le monde plus propice à la puissance américaine montante.

Le Président TRUMAN a menti quand il a dit que la bombe avait été lancée sur Hiroshima parce que c’était une cible militaire.

Et tout le monde a menti sur le Vietnam :

Le Président KENNEDY sur l’étendue de notre engagement.

Le Président JOHNSON sur le golfe du Tonkin.*

Le Président NIXON sur le bombardement secret du Cambodge.

Ils affirmèrent tous que la guerre était faite pour préserver le Sud-Vietnam du communisme, mais en réalité ils voulaient conserver le Sud-Vietnam comme avant-poste américain sur le flanc du continent asiatique.

Le Président REAGAN a menti sur l‘invasion de la Grenade affirmant qu’il y avait là une menace pour les Etats-Unis.

BUSH l’ancien a menti sur l’invasion du Panama conduisant à la mort de milliers de simples citoyens de ce pays. Il a encore menti sur les raisons de l’attaque de l’Irak en 91. Il ne s’agissait guère de l’intégrité du Koweït, mais bien plutôt d’affirmer la puissance des Etats-Unis dans un Moyen-Orient riche en pétrole.

Il y a encore un plus gros mensonge : l’idée arrogante qui veut que ce pays soit le centre de l’univers, exceptionnel, vertueux, admirable, supérieur.

Si notre point de départ pour juger du monde qui nous entoure est la ferme croyance que cette nation élue par la Providence et moralement supérieure à toute autre nation sur le terre, alors il est peur probable que nous demandions au Président de se justifier quand il dit que nous envoyons des troupes ici ou là, ou que nous bombardons ici ou là, dans le but de répandre nos valeurs : démocratie, liberté et n’oublions pas : libre entreprise – dans certains endroits du monde abandonnés par Dieu. Mais nous devons faire face à certaines réalités qui troublent cette idée d’unique nation vertueuse.

Nous devons faire face à une longue histoire de nettoyage ethnique, au cours de laquelle le gouvernement des Etats-Unis a chassé des millions d’Indiens de leurs terres en les massacrant ou en les déportant.

Nous devons faire face à notre longue histoire qui n’est pas encore derrière nous d’esclavage, de ségrégation et de racisme.

Nous devons faire face au souvenir toujours vif d’Hiroshima et Nagasaki

Ce n’est pas une histoire dont nous pouvons être fiers.

Nos dirigeants ont tenu pour acquis et répandu dans l’esprit de nombreux peuples que nous avons vocation, à cause de notre supériorité morale, à dominer le monde. Les Démocrates et les Républicains partagent cette conception.

Mais sur quoi est fondée cette idée de supériorité morale ?

Une plus juste appréciation de nous-mêmes en tant que nation nous préparerait tous mieux au torrent de mensonges qui va accompagner le prochain projet de manifester notre puissance dans un autre endroit du monde.

Cela devrait nous inviter à créer une autre histoire de nous-mêmes, en libérant notre pays des menteurs qui nous gouvernent et en rejetant l’arrogance nationaliste de telle façon que nous puissions nous rassembler pour la cause commune de la paix et de la justice avec les autres peuples du monde.

* En Août 1964, les Etats-Unis annoncent que deux de leurs destroyers qui avaient pénétré dans les eaux territoriales du Nord-Vietnam on été attaqués par les Vietnamiens. Deux jours plus tard, Johnson obtient l’accord du Sénat pour lancer sa grande campagne de bombardement sur le Nord-Vietnam. Interrogés à leur retour des marins qui étaient à bord des deux navires déclareront qu’il n’y avait pas eu d’attaque. Trop tard !



Howard Zinn

The Progressive / Comaguer


Article paru dans la revue étasunienne « The Progressive » à l’occasion du 3° anniversaire de l’invasion de l’Irak (Traduction COMAGUER)


stop usa


Lundi 3 Avril 2006

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires